Parole d’enfant: je n’ai rien à dire c’est simple!

Mes lecteurs du débuts ont déjà entendu quelques anecdotes avec mes triplés.

Je maintiens la rubrique « mes triplés et moi » pour vous faire partager un volet de ma vie depuis leur naissance.

Il y a un adage qui dit que le silence est d’or. Il faut savoir parler avec parsimonie si l’on veut donner du poids à nos mots. En afrique d’où je viens, l’art de la parole est même considéré comme un bon avocat pour celui qui en a la maîtrise.

Bref, pour en venir aux faits, revenons 9 ans en arrière. Ma fille Coralie, alors âgée de 4 ans devient soudain silencieuse, elle qui d’habitude était un torrent de questions, très vive, « le futur petit genie » en quelque sorte.

La panique me gagne aussitôt, j’ignore si je suis la seule maman à m’affoler pour tout. Mais je l’interroge, je m’évertue à faire des grimaces et à  jouer au clown pour la faire rire ou la faire réagir.

Rien, silence total. Elle ne désserre pas les dents, muette comme une tombe.

Je décide de prendre rendez vous chez le pédiatre.

« Alors, dites moi ce qui vous amène Madame »

« Ma fille ne parle plus »

« Depuis quand est -t-elle ainsi? »

« Depuis de semaines. »

Bon, et prenant ma fille à part de la façon la plus douce possible…

« Tu vas bien? »

« Que se passe-t-il? Tu es fâchée avec ton frère ou ta soeur, avec maman.? »

Ce à quoi Coralie donne pour seule réponse: « oui, non, oui, non non non »

« Elle n’a rien Madame, laissez lui le temps, elle parlait déjà il n’y a aucune raison que cela change. »

Pas convaincue, je ramène ma fille à la maison. je continue de la harceler pour la faire parler. Rien n’y fait? Jusqu’à un samedi soir à table. Elle recommence à participer à la conversation. Elle rit, elle pose de questions à son père et moi étonnée je fais

« Mais tu parles! Pourquoi avais-tu arrêté de parler? tu as fait peur à maman… »

Ce à quoi ma fille me répond de façon très sage et posément.

« C’est simple, je n’avais rien à dire »

Mince, j’avais l’air bête avec mes questions de mère trop stressée.

Avez vous déjà été confronté(es) à des situations analogues avec vos bouts de choux?