Pickpocket pris au piège

Mésaventure d’un pickpocket dans le bus

Un peu « vache » l’histoire mais il faut partager. En fait je me suis inspirée d’un tube de boysband africain.

Lundi matin, c’est la cohue à l’arrêt du bus. Il y a ceux qui vont travailler dans les bureaux, ceux qui ont leur commerce au pied des bureaux et ceux dont le bureau s’avère être le bus: les pickpockets.  Ils vont par bande de quatre souvent. Un système bien rodé. Celui qui repère la proie, celui qui pratique, et les autres qui s’éclipsent avec le butin….

Ce matin là donc, les passagers sont sérrés comme des sardines en bôite dans le bus. Pas besoin de se tenir à quelque chose, un peu comme ici lors des grèves de la SNCF.  Un commerçant, en sarouel était là au milieu de la foule. Les commerçants là bas sont riches, très riches et on dit souvent qu’ils transportent leur banque dans le sarouel.

Il s’est vite fait répéré par l’un des pickpockets. Il se faufile avec beaucoup de peine mais parvient à se placer près du commerçant. Il reste naturel, mais ses mains commencent à chercher, il trouve la poche du commerçant, y glisse la main espérant en extraire une liasse de billets…

Au fond de la poche, à la place des billets il rencontre un objet assez bizarre, quelque chose de dur, l’homme ne bouge pas, le pickpocket vérifie puis réalise que la poche en fait n’a pas de fond, et qu’il est en contact avec les parties intimes du commerçant, il commence à retirer tout doucement sa main et là, le commerçant parle enfin. Garre à toi si tu arrêtes. Continue ce que tu es en train de faire sinon je crie « au voleur ».

Tout le monde sait comment ces derniers sont traités. A la moindre alerte L’individu est cerné et risque gros. Alors notre pickpocket, très docile replonge la main au fond du sarouel et s’applique à masturber le commerçant ( je pense que nous sommes tous des adultes responsables et que nous pouvons appeler les choses par leur nom).

Le trajet est long, les gens descendent, le pickpocket prie pour que enfin vienne le tour du commerçant. Manque de chance, ce dernier a sa boutique à l’autre bout de la ville. Imaginez le tour de Paris en PC.

Tous les amis du pickpocket sont descendus aussi mais lui était coincé, la main dans la poche du commerçant; ils avaient un secret à partager.

Le commerçant demande un arrêt, le pickpocket peutenfin retirer la main.

Le commerçant satisfait le remercie avant de descendre et ajoute: »

« Vous vous croyez malins n’est pas, la prochaine fois, réfléchis par deux fois avant de glisser la main dans le sarouel des gens »

Celui là sera marqué à jamais et qui sait peut être même qu’il pensera à changer de métier…