Claude François : Cette année là

Oui, je sais, j’aime Claude François depuis le début. Je peux même dire que je l’ai aimé dans le ventre de ma mère sans le savoir… C’est pour ça que je suis ce que je suis…

Fan de Claude François, je suis, fan je reste; Cet après midi, je me suis arrêtée à un cyber et j’ai écouté Claude François. Je bougeais de la tête, je me tortillais comme ses claudettes devant l’air surpris du cyber gérant. Il devait me prendre pour une folle. Tans pis.

On est fan ou on ne l’est pas.

Je vais vous dire pourquoi j’aime Claude.

Chez nous, en dehors des jeunes pensionnaires que nous étions, très peu de gens aimaient la musique européenne. Alors que nos amies dansaient au son de la soul de Fela Kutis, de Nico Mbarga, De Kemayo, (vous ne les connaissez pas) ce n’est pas grave, si vous le désirez, un jour je pourrai vous faire écouter; bref. Nous dans notre pension de jeunes filles nous écoutions les Jairo, sheila, Johnny, Sylvie, Mireille Mathieu; Mike Brant….

Et Claude François. C’était le top. Tout simplement parce qu’il savait chanter et danser en même temps. Comme on dit chez nous, » il a la danse dans le sang ». Sur scène, on aurait cru qu’il était en transe. Il a osé montrer les femmes de façon naturelle, sexy, élégante avec des chorégraphies bien agencées.

Nous l’avons aimé en afrique aussi parce qu’il est habité par ses chansons, il était comme « possédé » contrairement à ses camarades de l’époque.

Lorsque je revois des reportages concernant Claude François je n’entends plus rien,  plus personne, je suis dans ma bulle.

Cette année là est l’une de mes préférées…

Et vous, Claude François ou quelqu’un d’autre?????

Dites moi.