PASSEPORT PLEASE (suite)

Le plus important ce n’est pas d’entrer, mais de sortir.

Vous allez très vite comprendre pourquoi. Après mes mésaventures à la frontière d’Autriche qui vous ont été contées ici, vous êtes sur le point de savoir comment on peut risquer de devenir clandestin sans le vouloir, rien que par imprudence…

Reprenons donc l’essentiel des faits. J’accompagne en Allemagne ma star d’employeur avec juste un visa pour l’Allemagne, elle a envie de faire du ski en Autriche en m’enmenant avec elle. On me refoule à la frontière puis je suis sauvée par l’intervention d’un fan policier… Tout va bien, après le séjour, tournage à Venise avant de revenir en france.

Moi qui croyais que les problèmes étaient restés dernière nous en Autriche!

Eh bien non.

Nous prenons le train pour Venise que je decouvrais pour la première fois avec toutes les appréhensions stupides que peut avoir quelqu’un qui n’a même jamais pris de péniche à Abidjan par peur de se noyer au cas où celle ci coulerait. Oui, je suis très alarmiste et j’ai tendance à penser au pire. Bon il y a eu le gag à notre arrivée à l’hôtel mais ça je ne le dirai pas ici. Ce que vous avez à savoir c’est que le bateau taxi est resté 10 minutes de plus parce que tout le monde était descendu sauf moi qui craignais de tomber à l’eau. Ils ont été patients et gentils; j’ai fini par descendre pour enfin libérer le taxi…

Bref. nous prenons donc le train pour Venise, hôtel 5 étoiles, pas loin de la Place Saint Marco, tout le monde est aux petits soins avec nous. J’avais même droit à aller sur le plateau pour assister aux tournages. Tellement formidable que j’oublie passeport, visa, retour… De toutes façons pour moi il n’y avait aucun souci à se faire.

Mais prise d’un doute justifié plus tard, je vais quand même me renseigner au commissariat à côté. Et là, le doute se fait de plus en plus présent. Les policiers ne sont pas sûrs mais ils me donnent l’adresse du consulat et me conseillent vivement d’aller me renseigner.

Me voilà donc au consultat: je patiente dans la salle d’attente. C’est mon tour. J’explique ma situation et demande s’il n’y aura pas de problèmes pour rentrer en france.

« Aucun pour nous Mademoiselle, par contre pour la Suisse si! »

« Si vous transitez par Zurich, il vous faut un visa. Sinon vous ne pouvez pas passer ».

« Mais pourquoi je lui réponds,  comment ça je ne peux pas passer; je ne vais pas pour rester en Suisse, je ne fais que traverser »

« Je sais, mais vous traversez la Suisse et il faut un visa. »

« Mais c’est à 1 h du matin, je serai endormie, je ne verrai même pas Zurich. »

« Je sais mais vous avez besoin d’un visa, c’est la loi. Et vous auriez dû le demander en france avant votre depart. »

« Mince, comment vais-je faire alors, il faut que je reparte bientôt. il me faut un visa. »

« Oui je sais, vous auriez dû y penser avant. »

« Mais je ne vais pas rester ici, je suis résidente en france. »

« Bon voilà ce que je peux faire pour vous. Nous allons vous délivrer exceptionnellement un visa mais il faut quelques jours pour vérifier tous les renseignements avant de vous le donner. »

« Quels renseignements? »

« Ceux qui prouvent que vous résidez bien en france! »

« Mais je réside en france » (je me demande bien où je résiderais si ce n’était pas en france?, j’en viens)

« Nous en voulons la preuve. »

Le policier qui était  jusque là très gentil commençait à s’impatienter, je le comprends, je ne fais pas les choses comme il faut et je veux le culpabiliser de me faire perdre mon temps.

« Alors vous le demandez ce visa ou pas? »

« Bien sûr que oui, je ne vais pas rester à Venise! »

Alors on me fait remplir des documents, plusieurs documents avec tout ce qu’il y a de précis comme questions.

Je rends ma « copie » et je demande à l’agent quand je revenais chercher mon passeport.

« Dans quatre jours environ. Repassez dans l’après midi »

J’ai patienté 4 jours avant de me présenter au consulat à nouveau.

Ils avaient fait leur enquête à L’Hay les Roses, à Levallois Perret puis à Gentilly chez mon Frere, en tout cas je leur tire mon chapeau car il ont fait leur travail comme il faut. (Parce que je vais vous dire moi, la dernière fois que la préfécture de Pontoise a dû faire une enquête sur mon père, ancien Quartier Maitre de la MARINE NATIONALE FRANCAISE,  qui voulait rester vivre avec nous ici (il a 84 ans), il a réçu la réponse un an et demi plus tard presque menaçante,  » dans l’absence d’une réponse de votre part, nous nous verrions dans l’obligation de classer votre dossier »

Pas grave, il n’avait pas envie d’être un sans papier à 84 ans, il était rentré dans sa deuxième patrie depuis un an et demi. Il aurait fallu qu’il se paye un autre billet pour revenir se présenter à la préfecture sans aucune certitude d’obtenir son titre de séjour. Déjà la première fois qu’il s’est présenté au guillet, une jeune employée d’origine asiatique lui avait signifié de façon désagréable qu’il ne devait pas espérer d’aide de la part de l’état. Information pour laquelle mon père a rendu qu’il n’avait pas attendu qu’elle soit là où elle est pour se nourir par ses propre moyens et que lui était français malgré les apparences et qu’il l’a été bien avant lui, il a servi son Pays??? lui! Il était QUARTIER MAITRE dans la marine nationale française)

 Bon assez poussé le coup de « gueule »

Mon passeport était prêt dieu merci. et j’ai pû traverser la suisse dans un train de nuit où je n’ai même pas réalisé à quel moment nous avons passé Zurich.

Ouf. Je ne suis pas clandestine. Je suis chez moi en france et tellement française que parfois j’oublie que j’étais ivoirienne avant tout et que étant désormais française, il me fallait un visa pour rentrer voir ma famille là bas. Et ça c’est une autre paire de manche.

Pas d’inquiétude, je finis toujours par trouver une solution.