ETERNAME:GAGE D’AMOUR

 Bague Byzance en or jaune avec citrine et saphir orange, Bague caramel en or rose avec topaze orange, Bracelet en bois d’amourette, pavage diamant et or jaune, Boucle d’oreilles ellipse en or jaune (Photo D.R)

 Bracelet en email et or jaune, bague arabesque en or jaune. (PHOTO D.R)

Les bijoux Eternamé valident indiscutablement les liens qui unissent les amoureux. Des bijoux, uniques, symboles d’une histoire partagée, viennent immortaliser votre déclaration, et rendre les femmes belles, très belles.

Sarah Besnaimou s’est transformée en génie créateur pour vous rendre belle et sceller votre histoire d’amour.

Le Boudoir

5, rue Clément Marot

75008 Paris

 


11 commentaires

  1. Je Découve Sarah Besnaimou elle est a mes yeux une incontestable créatrice, beaucoup de raffinement et de subtilités dans le choix des matières. personnellement j’aime beaucoup la topaze pour sa chaude couleur… merci pour tes coms bonne journée bisssssous Amitiés André

  2. Effectivement les modèles sont magnifiques, inspiration d’une directrice de création connue sur la place de Paris pour avoir marqué de son empreinte les boutiques de la place Vendôme, plus particulièrement dans les années 80 à 90, une marque de prestige dont la première lettre est un P avec pour PDG, M. HOCQ.
    Longue vie à Eternamé
    Cdl.

  3. Merci de votre visite et du commentaire très informatif à propos de la marque.

    Tout me laisse croire que vous êtes Membre de l’administration de cette illustre marque.

    Dans les cas, je suis heureuse de votre passage ici.

  4.  » une directrice de création connue sur la place de Paris pour avoir marqué de son empreinte les boutiques de la place Vendôme  » loooooooool elle est bonne celle là !! si c’est en étant stagiaire chez baby dior qu’on marque la place vendôme looool il va falloir que je change de job !!

  5. Bonjour,
    Mes activités journalistique mon conduit autour de la colonne Vendôme durant les années 80. Forcé de constater l’émergence d’un style différent, à la fois discret, mais tout en ayant une force indéniable. Charmé, et incontestablement enclin à vouloir comprendre, j’ai découvert une créatrice en herbe, dont sa jeunesse n’altérait nullement la maturité créatrice déjà fort implantée. L’activité professionnelle, si elle n’a qu’un temps, il est difficile de se défaire du plaisir à succomber au beau.
    Je fus agréablement surpris, au travers de la presse, de retrouver un style qui m’avait dans le passé déstabilisé. La recherche passée, je ne fus pas long à re découvrir cette même personne, toujours aussi discrète mais au combien talentueuse. Bravo à cette société d’avoir sur si bien s’entourer….
    Vous l’aurez donc compris, je n’appartiens à aucune des deux sociétés citées. Néanmoins, je comprends que les journalistes de la presses spécialisées n’aient plus en mémoire les créations de cette personne qui a marqué de son empreinte cette place de renom jusqu’à rencontrer T. F. à l’époque de YSL. C’était de mon époque.
    Cdl

  6. Bonjour,

    Je suis agréablement surprise de vous relire. Je partage avec vous le plaisir d’apprécier le travail de cette créatrice. La années s’ajoutent les unes aux autres, le talents évolue, mais reste.

    Il y a eu l’avant, il y a le présent.

    C’est ETERNAME.

  7. Bonjour,

    Effectivement, M OLIVE nous ne parlons pas de la même personne…. Sourire.

    Peut-on un temps se détacher de ce monde, lorsque durant des années, sous ma plume, j’ai pu un temps évoquer les plaisirs de toucher et de voir, des « objets » sensuels ?

    Invité lors d’une séance de « shooting », j’ai pu voir un objet d’une force indéniable.

    Mais le voir est une chose, le prendre en main et en comprendre son mécanisme transcende bien au-delà de la prime impression. Ce bracelet est magnifique par ses qualités intrinsèques tout autant que par la technicité des éléments rotoïdes conférant une légèreté et une grande souplesse.

    Bravo à cette directrice de création….

    Cdl

  8. Heureuse de vous retrouver Duménil,

    J’ai gardé longtemps le commentaire de ce visiteur (ou cette visiteuse) car je considère que un blog, est un lieu d’interaction intelligente et de civillité. J’ai écrit un mail à Olive, sans réponse jusqu’à ce jour. Et je doute fort qu’elle réagisse à nouveau ici. Si le contraire arrivait, nous en réjouirions tous.

    En tout cas j’apprécie vos interventions.

    A bientôt

  9. Bonjour,

    Dans mon précédent message, j’évoquais la rencontre entre un objet et l’homme.

    L’objet en question est aujourd’hui dans la presse ; ce « joyau » se trouve en page 130 du magasine : L’officiel, du mois de décembre et son nom : recto-verso.

    En ces périodes de crise, les prises de conscience sont de « bon ton ». Je vous livre ainsi ma réflexion sur un sujet souvent peu abordé : le manque d’investigation de mes compagnons de la presse spécialisée dans le luxe.
    Je ne peux m’empêcher de faire un billet d’humeur sur la dérive de cette presse mercantile qui ignore souvent le créateur, voire la directrice de création. Je ne souhaite nullement m’ériger entre eux et cette « presse » ; ils n’en ont pas besoin. Ils sont bien au-dessus, mais attention tout de même. Ils peuvent du jour au lendemain partir et voilà que le style change, regardez Poiray….
    Imaginez demain Eternamé.
    Bonne année…

  10. Bonsoir,

    Les créateurs sont à l’image de ces diamants bruts, ils ne demandent qu’à briller.

    Leurs créations sont autant d’éclats légitimes.

    Les laisser dans l’ombre, voire les déposséder de leurs créations en les rendant illégitimes sont autant d’éléments qui les font fuir.

    Les articles mercantiles sont souvent dangereux et le dernier issu de ce blog montre, s’il était nécessaire, l’inconscience des différents protagonistes.
    http://www.paris-joaillerie.com/paris-joaillerie/tendance/sarah-besnainou.html

    Dans l’article du magasine VOGUE de mai 2009, page 96, Madame Besnainou fait référence à cette directrice de création hors pair :  » Epaulée par une ancienne de la place Vendôme ».

    Une ancienne quoi, je vous prie ?

    A l’heure où des créateurs défendent leurs droites, je ne peux que féliciter Madame Besnainou de reconnaître en partie les qualités de sa directrice de création, car les bracelets sont bien d’elle et non d’un styliste londonien.

    http://www.guide-joailliers.com/joaillier/3jc-infos/index-593-un-createur-de-bijoux-reclame-des-droits-d-auteur-au-joaillier-van-cleef-et-arpels.html

    Néanmoins comme tous les créateurs lorsque l’ombre les envahie, ils quittent le boudoir pour d’autres cieux.

    A vous lire, bien cordialement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s