De quoi vous mêlez vous?

Trop d’agressivité nuit à l’individu

 

Je vous livre ce soir une histoire drôle liée à l’agressivité et à ses conséquences parfois désastreuses.

Il s’agit d’un villageois, très agressif, ne tardant pas à bondir au quart de tour, souvent fâché avec tout le monde. Un libanais arrive au village, il souhaite exploiter le bois de la forêt. Or les villageois se sont mis d’accord pour ne plus vendre aux gens qui viennent de l’extérieur, détruire leur forêt.

Tout le monde était d’accord, jusqu’à l’arrivée du Libanais. Yao, je l’appelle ainsi mon villageois, voit le libanais à huis clos et lui concède ses terres. A l’annonce de la nouvelle, les villages le convoquent chez le chef, tous les sages sont là avec leur connaissance ainsi que quelques jeunes universitaires.

Les sages parlent en premier:

« Mon frère Yao, nous avions décidé de ne plus vendre nos terres, pourquoi as tu fait ça. Certains étrangers arrivent chez toi, ils sont nourris et logés, tes femmes se plient en quatre pour leur faire plaisir et avant de partir, ils te disent:

« mon ami, merci pour ton hospitalité, je n’oublierai jamais mais une dernière chose, ta femme est tellement belle, je veux l’emmener avec moi »

Le sage termine et notre Yao, très énervé se lève d’un bond et pointant le doigt vers le sage, s’écrit:

« tu vé dire quoi même, c’est quelle histoire d’étranger qui veut prendre ma femme » Est ce que étranger là a dit que il veut prendre ma femme? ».

« Non, pas encore, c’est une façon de parler. »

« Bon alors ta façon là je n’aime pas. Si c’est ça là que tu as vu alors c’est bon! »

N’oublions pas que Yao est analphabète, donc il parle un français phonétique, raison pour laquelle je propose à ceux qui le souhaitent une traduction)

Un jeune homme demande à prendre la parole

« Vieux, nos fôrets sont la seule richesse qui nous reste. Donc il faut comprendre les autres quand ils disent de ne plus vendre… Mais puisque le mal est fait, il faut essayer de tirer partie de la situation: demander en contre partie au libanais de reconstruire le pont du village. »

« ah bon tu as fini de parler, c’est quelle affaire de contre partie et tirer partie. On va tirer sur qui ici. Depuis là vous tous vous parlé oh oh oh comme ça là, c’est quoi même?  Donc ton français là c’est sur moi tu vas t’entrainer? Si tu connais papier c’est pour toi, c’est pas pour moi. D’ailleurs même est ce que papier on manz? Je dis oh, c’est moi même mon bous qui as dit ké libanais n’a qu’à acheter non? Ahh on pé pli ici. Si zé di ké c’est bon, c’est bon. Pourquoi vous mété vote bous dans mon zafè?

« Bon si tu le prends ainsi… »

« Oui je prends comme ça. aujourd’hui et demain je prends comme ça, alors? »

« Bon nous n’avons plus qu’à nous retirer. »

 Les gens ramassent leurs tabourets et rentrent chez eux.

Quelques semaines plus tard, les pluies diluviennes s’abattent sur le village, le fleuve ménace de l’engloutir, il faut partir, comme tout le monde, notre ami prend quelques souvenirs à emporter. Sur la rive, les premiers habitants se jettent à l’eau, ils nagent, nagent de toute leur force pour atteindre l’autre rive. Yao est perdu dana son monologue

« hum comment je vais fai. ze si obligé ho..; Dié est grand. » et il fait comme tout le monde il se jette à l’eau à son tour, mais il ne sait pas nager comme moi? A peine deux mètres plus loin, il commence à boire la tasse.

‘Au secours, au secours, aidez moi! »

 Sur l’autre rive, les autres le voient se débattre, lutter, battre l’air… et quand il peut, on l’entend lancer des accusations et maudire: 

« Vous è méssants, vous è pas zenti. vous n’en qu’à me aidé. »

et eux de répondre:

« c’est nous mêmes nos oreilles et nos yeux non? Si on n’a pas entendu, si on n’a rien vu, est ce que c’est crédit. C’est ça on dit que c’est quand  y a chaleur là qu’on voit si margouillat sait porter pantalon!! Tu n’as pas dit que tu peux, que ta bouche là çest long jusqu’à on peut pas couper? »

« Pardon mes frères, nous sommes frères non? vous n’a qu’à avoir pitié vous n’a qu’à sauvé moi.. »

Comme je suis gentille, je vais donner une fin heureuse à l’histoire. La solidarité a repris le dessus, un villageois a plongé pour répécher Yao. Et depuis ce jour, il est devenu la risée du village.

« Tu n’a pas dis que tu peux? »

L’agressivité ne rend service à personne , on ne sait jamais quand l’on peut avoir besoin des autres; attention donc à ne pas se mettre tout le monde à dos comme Yao

 

Publié par willykean

I got inspired by Gloria Gaynor's song for my blog title. This song is really me. I am a mother of three, very passionate by fashion, litterature, cooking, art, and many other interesting subjects. My blog will be mainly written in french as i am not an english speaking. Only some of my post will be in english. My mission is to inform you, to share and learn from you. Je suis ce que je suis is a blog based on experience sharing, fashion, food, litterature, ,art....everything passionate hobbie of willykean. I started my blog in mars 2006, firstly powered by Marie claire. One year later, i move to Wordpress. Humour is another part of my blog; As the elders said in my culture, "a man who laugh forget about his empty stomach." Pour ceux qui me lisent déjà depuis mars 2007, Je suis ce que je suis. passionnée de mode, de littérature, cuisine, d'art, de musique.... Une boulimique de tout. Une envie de partager ma double culture ou même ma culture du monde. J'aime dire que je suis une citoyenne du monde, ouverte à tout. J'adore ébaucher des nouvelles, ou des romans, j'aime lire, cuisiner, Je suis une collectionneuse (bijoux, foulards, vêtements, poupées, pierres), magazines, chapeaux..... Une autre de mes passions qui prend énormément de place dans ma vie c'est la mode. Je suis autodicdate. J'ai crée pendant 6 ans mes propres vêtements, activité mise entre parenthèse pour le moment. Je suis la maman de trois adolescents de 12 ans qui sont devenus prioritaires dans ma vie de créatrice, puis de bloggeuse. Traiter même des sujets douleureux avec humour pour vous faire sourire... là est ma mission Cela ne m'empêchera pas de pousser un "coup de gueule" s'il le faut. Bon séjour chez moi.

2 commentaires sur « De quoi vous mêlez vous? »

  1. Coucou L’agressivité est une chose que je déteste je pense que nous sommes assez nombreux du même avis sinon quelle galère Bissssssous André

  2. Bien d’accord à propos d’agressivité mais je tiens tout de même à préciser que il ne faut pas que ça dépasse les bornes non plus sinon on risque de passer pour « l’imbécile de service ».

    Pas d’agressivité tant qu’on ne vous marche pas sur les pieds!

    Bon week end

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :