Willykean chez les Mytiliculteurs

Beaucoup d’entre vous raffolent de moules, moi pas! Sauf en attendant les triplets. Là, par le « miracle » des envies de femmes enceintes, j’en ai goûtés.

recette-de-moules

Combien parmi vous ce sont vraiment intéressés à la façon dont les moules étaient récoltées?

Cet été je vous ai dit que mes vacances seraient sportives et culturelles. J’ai voulu découvrir la vie des éléveurs de Moules. Mon voeux a été exhaussé grâce à Anthony qui travaille chez LONGUET père et fils. Anthony  est un jeune Myticulteur, très passionné par son travail, qui m’a permis de les accompagner pendant la récolte. Mon reportage est orienté sur la récolte des moules cependant, nous ne pouvons pas parler de récolte sans parler des étapes qui précèdent.

Nous sommes partis le matin, sur un véhicule amphibie à cinq. L’équipe de trois employés de l’entreprise familiale dont Anthony, Valérie et moi.

http://www.dailymotion.com/video/x7cqdc_en-route-pour-la-peche_lifestyle

Le captage s’effectue au printemps. il consiste à poser les cordes dans l’eau afin que les petites moules viennent s’y accrocher jusqu’à former une « Naissin ».

La technique du Bouchot est la plus utilisée pour élever les moules en Normandie. Les pieux sont implantés en lignes parallèles régulièrement espacées sur 10 m de long. Les cordes enroulées autour des pieux forment le Bouchots.

Les pieux sont plantés l’extrémité la plus mince en bas espacé de 8 à 9 cm de côté. L’implantation se fait en hiver à la moto-pompe. Puis ils sont recouverts d’un film plastique en attendant la mise en place des cordes à moules. Le travail se fait en véhicule amphibie. Ces cordes clouées sur des pieux  sont expédiées de mai à juillet de Noirmoutier et de charente maritime. elles sont alors installées horizontalement sur les chantiers.  avant la mise en élévage.

Bon je ne suis pas une spécialiste de Mytiliculture; J’ai juste passé quelque temps avec Anthony et ses collègues pendant la récolte. Et ça été une matinée pleine d’imprévus (comme entre un des hommes crier au naturiste alors que nous longions la plage), et les moments parfois peu confortables d’une vie de l’éleveur de moule. Le moteur est bruyant et sans siège sur la plate forme, j’ai dû trouver une chaise d’appoint: le coffre à moteur. C’est comme si vous vous asseyiez sur un radiateur.

Mais j’étais heureuse.

La récolte tend à se mécaniser de plus en plus grâce aux « pêcheuses », sorte de bras hydrauliques ensserant les pieux et permettant leur récolte totale en quelques secondes.

(film ci-contre)

Nous rentrons donc de la pêche et les moules sont plongés dans des bassins d’eau de mer toute une nuit avant d’être nettoyés puis conditionnés pour la vente.