SWEET MOTHER,Prince Nico Mbarga and The Rocafil Jazz

 rocafil jazz

http://fr.youtube.com/watch?v=3mecNrIaWOA

Si vous avez transité en afrique dans les années 76, vous avez surrément entendu ce tube.

J’étais en quatrième. Pour être comptée parmis les IT GIRLS du moment il fallait adopter le look Rocafil, et savoir danser « Sweet Mother« . C’est une chanson de style highlife de Prince Nico Mbarga and The Rocafil Jazz. Cette chanson a été crée en 1976 et est restée l’une des plus populaires de toutes les chansons africaines.

Sweet mother a été réfusée par Emi en 1974, estimant que la chanson était trop enfantine.. Ensuite elle a été rejétée par Decca Records puis par Philips Records, En Décembre 1976  enfin, la chanson est produite par Rogers All Stars, une maison de disque nigérianne.

Cette chanson célèbre la maternité, elle est chantée en Pidgin english: un mélange de Highlife et de soukouss congolais.

Au délà de toute espérance, « Sweet Mother »est devenue le hit le plus populaire du moment en afrique: 13 millions de ventes.

Alors je vous explique. Pour être une vraie Rocafil, il vous fallait un pantalon très moulant, qui commence à se « libérer » à partir des genoux ou en dessous pour finir sa chute au sol. Les pattes d’eph qui font serpière si vous voyez ce que je veux dire.

rocaril rocaril20001 rocaril30001

Pour les filles il suffisait d’avoir un bandeau dans les cheveux, style hippie, les garçons arboraitent des coiffures à la Zazou. Certaines filles plus hardies que moi, n’hésitaient pas à copier la coupe des garçons.

Les chaussures? Des plates formes ou devrais je dire des ponts, genre rialto ou Les dernières bottes de Victoria Beckam en moins sophistiquées. Zoomez sur la photo et vous verrez de quoi je parle.

Moi je me suis contentée de ça!

Maintenant il faut danser!.

On vous a dit que c’était un mélange de soukous et de High life. Chez nous en côte d’ivoire il y avait cette touche d’élève qui surpasse le maitre.

Point de Highlife et de Soukouss donc, c’était dépassé. Alors SWEET MOTHER, c’était un peu comme du jerk avec si vous avez le cou solide, des lancées de tête à vous transformer en fantômes sans tête. un coup sec à gauche puis à droite. et les petits sauts pour accompagner les mouvements de tête; très sportif.

Les bons danseurs, finissaient la chanson en nage. Et même si vous les voyiez se tenir la tête dans les mains, ne pensez pas qu’il ont la migraine parce qu’ils auront trop bougé la tête. C’est une autre phase de la danse.

SWEET MOTHER is the winner.

Chorus
Sweet mother, I no go forget you
For this suffer, wey you suffer for me eh
Sweet mother, I no go forget you
For this suffer, wey you suffer for me eh

Verse 1
When I dey cry
My mother she go carry me
She go say « my pikin’
Wey thing you dey cry oh oh
Stop-stop (3x)
And make you no cry again oh
When I want sleep
My mother go bed me
She go lie me well well for bed oh
She cover me cloth
Say make me sleep
Sleep sleep, my pikin oh
When I dey hungry
My mother go run up and down
She go find me something wey I go chop o
Sweet mother, ah ah
Sweet mother, oh oh
Say, my sweet mother
When I dey sick
My mother go cry cry cry
She go say instead when I go die
Then make she die oh
She go pray God
Gold help me, God help me
Oh, my pikin o

Ao, my mother o
If I no sleep
My mother no go sleep
If I no chop
My mother no go chop
She no dey tire ah
Sweet mother
I no go forget this suffer wey you suffer me eh eh
Sweet mother eh eh
Sweet mother eh oh

Sweet mother I no go forget you o
For the suffer wey you suffer for me

And If I should forget you
Therefore I forget my life
The air I breathe
Ei, sesa
I dare you all men
Dare you not forget your mother
For if you forget your mother
You’ve lost your life

Repeat Chorus
Verse 2

Ma, Susan, my sweet mother
You are the one who suffer for me