Malade à crever

Heureusement que j’ai attrapé le « cadeau empoisonné » après noel!

Ma réception de demain s’annonce périlleuse. Vingt convives attendus et l’hôtesse malade à crever. Antibiotiques, vitamine C, thé, infusion, inhalation m’aideront sans doute à me remettre d’aplomb.

Espérons qu’un miracle arrive à bout de cette grippe.

Bon réveillon à tous.

Clothes swapping parties/ Soirées troc de vêtements

swap-till-you-drop00011Le « Clothes swapping parties » est le buzz du moment outre atlantique. Il est en train de faire son chemin tout doucement dans l’hexagone.

Mon premier exemple de clothes swapping pourrait daté d’il y a 20 ans. C’était plutôt une pratique peu répandue mais efficace. Deux soeurs avaient choisi de partager la même chambre sur le campus universitaire. Elles faisaient la tendance et tout le monde se demandait comment elles pouvaient y arriver avec leur bourse d’étudiante.

Poussée par ma curiosité, j’ai interrogé l’une d’entre elle et devinez quoi? Nos deux fashion addicts faisaient garde robe commune. La différence avec le « clothes swapping  » d’aujourd’hui est que les vêtements ne bougeaient pas. C’étaient un roulement permanent. Partager la même garde robe, et donner l’impression d’en avoir beaucoup.

Quelques unes ont suivi la mode mais sans succès. Il faut des affinités bien solides afin d’éviter les complications entre filles. Très vite, certaines tentatives se sont soldées par un échec.

Voilà que en 2008, Les Londonniennes lancent à nouveau l’échange de vêtements et les « parties  » qui vont avec.

Vous avez des soirées Swap-a-rama Razzmatazz

www.myspace.com/swaparazzmatazz.

Vous venez, vous essayez, vous échangez. Le principe c’est de ne jamais repartir avec les mêmes vêtements qu’à l’arrivée.  Tous les mois Dean, Nick et Eloise  organisent des soirées Swap-a-rama au Favela Chic; à Londre.

Pourquoi ne pas organiser  votre propre « clothes swapping« .

Vous avez même un site entièrement dédié au clothes swapping ici

A paris  Mon blog de fille en a organisé une en septembre

La balle est dans votre camps les filles. Lancez vous dans le clothes swapping. C’est tendance et vous sauvez la planète.

ALEXANDRA DUPARC, histoire d’amour avec les perles et l’or africain

Mes bijoux racontent l’histoire de la fragilité, de la sensualité, de la douceur. L’histoire d’une femme qui n’a pas besoin d’être « chargée » pour être belle. je veux lui donner l’envie d’acheter un vêtement qui ira avec ses bijoux et non l’inverse.

Alexandra Duparc.

Diplômée d’architecture d’intérieur et de design, Alexandra Duparc a oublié ses croquis pour enfiler des perles. Ses bijoux parlent d’histoire, de fragilité, de sensibilité et de douceur.

Véritables oeuvres d’art qui ont donné leurs lettres de noblesse à la bijouterie, les parures de cette jeune artiste subliment le corps humain. Minutie de l’assemblage, harmonie des formes et des couleurs, équilibre des matières, démontrent une maîtrise et une dose de talent impressionnantes de la part de cette créatrice qui, en quelques années, est passée du stade de l’autodidacte à la reconnaissance incontestée des professionnels.

bijoux-alexandra-duparc

Fille du cinéaste Henri Duparc, auteur entre autres des célèbres long-métrages Bal poussière et Rue Princesse, Alexandra a très tôt baigné dans l’art. Elle a voulu exploiter toutes les richesses dont régorge le patrimoine  culturel ivoirien. Dotée de sa double culture de femme métisse, pour Alexandra, ce croisement entre deux cultures constitue un vivier d’idées où l’art et la création réunissent deux mondes.

3 5  8  collier

Elle adapte l’artisanat africain et ivoirien en particulier, aux tendances actuelles. Fort du succès que rencontre ces différentes prestations pendant les élections de miss Côte d’Ivoire et, vu la demande sans cesse grandissante des créateurs de la place, Alexandra crée sa propre marque, Perle Indigo et ouvre un Show room à La Riviera Golf à Abidjan.

Nous espérons vivement que notre reine des perles aura son point de vente en France, pour le bonheur de ses admiratrices.

Images de Diva

Afric.com


Visages de femmes, willykean (suite)

J’avais un peu délaissé mon projet de blog exposition, commencé il y a déjà bien longtemps. Cette exposition intitulée  » Visages de femmes », vous dévoile les créations de willykean.

Je reprends là où je m’étais arrêtée, toujours avec ces visages qui expriment divers sentiments, calme, douleurs, bonheur…

Ce soir je vous présente

FACE A TOI

face à toi

Complétement rassurée, elle s’abandonne sans retenue. L’Homme n’est plus celui qui l’emprisonne dans un carcan, celui qui la cache derrière ce voile sombre afin de castrer sa féminité, son état de femme.

Elle n’a plus peur, elle est heureuse, elle se sent respectée, aimée, désirée.

Ici, ce texte n’engage que moi. Je ne fais que vous livrer ce qui m’inspire.

Nous poursuivons avec ce qui pour moi ne peut être que la suite logique de FACE A TOI.

FEMME APAISEE

 

femme apaisée

Un semblant de sourire se dessine sur ton visage, enfin apaisée, ferme les yeux et respire le bonheur. Un tulmulte de sentiments, de beaux sentiments, de vrais sentiments, balaie ce enchevêtrement de ce qui ne porte pas de nom: douleur, souffrance, déception, trahison…

Enfin la vie, la vraie vie, celle qui vous porte, face à l’autre et vous transporte au sommet de l’extase.

Willykean

 

 

La cité de la mer à Cherbourg

leredoutable-1

Photo, Willykean

Implantée sur le site de l’ancienne Gare Maritime Transatlantique de Cherbourg, bâtiment Art déco de plus d’un hectare, La Cité de la Mer, ouverte au public depuis le 29 avril 2002, est un complexe unique dédié à l’Océan profond et à l’aventure humaine qui s’y rattache.

Afin de bien profiter de cette visite, mieux vaut prévoir une journée entière. La visite de certains poles de la cité étant tenue par un planning bien précis.

Nous avons commencé par le Pole sous-marin où l’on peut s’imprégner du quotidien des hommes d’équipes du Redoutable, le plus grand sous marin visitable au monde.

Ce fût un exploit pour moi, célèbre pour ma claustrophobie (intervention de pompiers la fois où je suis restée coincée dans un ascenseur de la poste). J’ai failli revivre le même scénario. Un court instant, j’ai senti l’étau se resserrer autour de moi, de ma gorge, j’ai manqué d’air, puis le calme est revenu.

Bref, ceci n’est qu’une parenthèse. Le reste de la visite s’est déroulé normalement, nous avons passé une demie heure dans les entrailles du Redoutable. Ne me demandez pas de vous faire un commentaire détaillé. Les visites sont auto guidées dans ce pole; et vu mon état pendant une partie de la visite, je n’écoutais plus l’exposé, je ne faisais plus que observer et jouer et au photo reporter.

entrailles1-1

Photo, Willykean

torpille-1

Photo Willykean

visite-1

Photo, Willykean

Le moment le plus excitant et important de la visite c’est l’animation au pole océan où vous expérimentez une immersion totale des fonds marins.

Pendant une demie heure, vous êtes préparés à explorer les profondeurs abyssales à la rencontre d’un monde très singulier, inhospitalier mais fascinant, où l’obscurité s’installe peu à peu jusqu’à devenir reine ; un univers, si bien résumé par Théodore Monod, où « Il fait noir, il fait froid, il fait faim, il fait profond. »

Je peux vous assurer qu’ils ont réussi leur coup. Pendant un moment j’ai failli abandonner. Puis encouragée par mari et enfants, j’ai continué la visite et c’est sans regret que à la fin, nous avons été invités à visionner le film dont nous étions les héros.

Ici , c’est une image empruntée à Elle. Vous ne me verrez donc pas sur la photo.

animation-cite-de-la-mer

La cité de la mer c’est l’endroit idéal pour passer une bonne journée de vacances en famille. Les enfants adorent.

 

 

La solitude, ce mal qui nous tue

Cet été, en basse normandie, le corps d’une dame a été retrouvé une semaine après son décès. Cette triste annonce m’est restée à l’esprit depuis.

A l’approche de noël, je ne peux m’empêcher de penser à ces femmes et ces hommes qui, anomymes, resteront sans personne à qui parler, sans personne pour leur mettre un petit paquet sous le sapin ou dans la hotte.

Comment en sommes nous arrivés là? A souffrir de solitude alors que le monde est si peuplé. Avons nous voulu ou créé notre propre solitude. ou  alors sommes nous devenus prisonniers de notre mode de vie de vingtième siècle?  Un siècle où l’on a peur de l’autre, où l’on protège farouchement sa propriété, son intimité. Tellement que à la fin l’on finit par se retrouver face à face avec son intimité, son égoisme.

Avec tant d’abondance et de gaspillage, pourquoi avons nous si peur de partager, Oui c’est vrai, j’ai déjà été témoin d’une  fête pour la galette des rois ou par peur de ne pas en avoir assez (chacune de nous avait apporté une galette),ma bande d’ amies a décliné ma propositon d’inviter les dames de l’autre service à qui, sans vergogne, nous avions emprunté le  micro onde afin de rechauffer nos galettes.

Il nous en ai restées des galettes. Il y en avait tellement à manger que nous en sommes sorties répues, écoeurées mêmes. Mais il ne fallait pas donner. Pourquoi? 

Pas étonnant qu’on se retrouve seul aujourd’hui comme des chiens perdus sans colliers. Le jour où notre soeur où notre belle soeur est arrivée à l’improviste, pas heureuse de la surprise, nous lui avons demandé si elle restait, pour combien de temps, et si elle comptait manger chez nous., oui, par sa faute il pourrait ne pas y avoir assez de pomme de terre. On compte les parts, on mesure les verres de riz, les légumes….Comme si on emporterait tout ça quand le moment viendra.

La solitude, est le mal du siècle, mais cette solitude là, nous l’avons crée par notre comportement, notre peur de l’autre, notre désir insatiable de solitude et d’intimité, notre cupidité.

Je ne comprends pas cet égoisme dont nous sommes rois. Comprenez mon grand étonnement lorsque j’invite une dizaine de convives, tous membres de la même famille, il y en a toujours une pour demander,

« mais pourquoi il y a autant de monde? »

« C’est toujours ainsi chez vous?  »

Mais elle fait partie de ce monde. Tout le monde devrait être le bienvenu, les gens devraient être heureux de se retrouver Mais au lieu de cela, ils sont inquiets du travail que ça demande, des dépenses qu’ils auront à faire, de la fatigue qui en découlerait. Jamais du bonheur que cela peut leur procurer de rire ensemble, de se taquiner, de ses chaimailler même.

Puis, un jour, les autres commencent par ne plus venir, ne plus prendre de nouvelles, ne plus se retrouver en famille et un beau jour, on leur apprendra qu’un tel a été retrouvé mort , seul chez lui. Et les autres ne seront même pas surpris; ils n’auront même pas l’air chagrinés. j’ai déjà entendu des gens à qui on disait que la cousine Berthe venait de décéder, s’inquieter du nombre de pizza à commander.

Pauvre de nous.

Imaginons une autre façon de vivre et battons nous contre la solitude, l’égoïsme…


AVRANCHE

La ville d’Avranches se situe sur la façade occidentale du sud-Manche. Bâtie sur une colline, la ville donne sur la baie du Mont-Saint-Michel. Avranches a donné son nom au pays de l’Avranchin

Voyageurs dont le périple mène en Basse Normandie, Avranche est un endroit à n’éviter à aucun prix.

Cet été j’y suis retournée, juste pour me ressourcer. La visite a commencé par L’Eglise Notre Dame des Champs.

avranche

Photo, Willykean

Façade le l’Eglise Notre Dame des Champs

L’intérieur est aussi beau et impressionnant que l’extérieur.

avranche1-2 

Photo, Willykean

J’adore les vitraux dans les églises; il y en avait de très beaux ici

vitraux-cathedrale-avranche

Photo, willykean

A la sortie de l’Eglise, nous avons poursuivi la visite au Scriptorial d’Avranche

avranche2

Photos, Willykean

Je dois avouer que je n’ai pas poussé la curiosité jusqu’à entrer dans le dit Scriptorial, trop déçue par ces travaux de « patchwork » inachevés et ce mélange de genre. Lorsque vous faites le tour de cet incroyable monument, vous vous retrouvez face à un batiment archi moderne, incrustré dans une partie du rempart. Je suis repartie sans avoir vu les célèbres manuscrits conservés dans ces lieux.

Nous avons fini la visite au jardin des plantes. Ce célèbre jardin fleuri, le plus beau des jardins fleuris ou s’immortalisaient tous les mariages, les baptèmes, les communions… Ce jardin s’est transformé aujourd’hui en jardin des plantes, ajoutons y « sauvage »; car il n’a plus rien ni d’un jardin fleuri, ni d’un jardin des plantes. C’est dommage!

Mais au milieu de cette « faune végétale », nous avons une belle surprise, celle de pouvoir admirer des oeuvres parsémées ici et là. L’une d’entre elles m’a beaucoup intriguée.

 

demoiseselle-jardin-ds-plantes

La demoiselle de dos. Photo, Willykean

Ce n’est pas le titre donné par l’auteur de cette oeuvre, c’est moi qui en ai décidé ainsi.

Le clou de cette visite, le voici. Toujours au jardin des plantes, nous nous dirigeons face au Mont Saint Michel. Et là, c’est l’émerveillement! Une vue surprenante, magnifique qui vous donne envie de marcher vers le Mont Saint Michel. Je l’ai fait, par marée basse et je peux vous dire que c’est formidable.

jardin-des-plantes-avranche

Photos, willykean

Avranche, ville rempart normande, doit rester une étape touristique exceptionnelle et inoubliable. Souhaitons que les élus locaux l’entendent et s’en souviennent!