CES LIENS QUE NOUS TISSONS AVEC NOS PARENTS, fin

Comment une personne âgée part se soigner à l’hôpital et se retrouve sans domicile fixe.

D’habitude ma belle soeur m’informe des faits divers de la ville ou de la région. Nous appellons cela notre briefing d’écrivain.

Cette fois là elle est restée mystérieuse avec un petit sourire mi embarassé mi… je ne  sais trop. Puis elle m’a fait attendre deux jours pour pondre l’histoire. On peut comprendre qu’elle ait eu du mal à sortir cette nouvelle.

C’est l’histoire d’une pauvre dame, propriétaire jusqu’alors, mère de quatre grands enfants élevés avec soins sans doute. Qui lui ont fait le cadeau de devenir « sans domicile fixe » parce qu’elle a eu le malheur de débarasser sa maison quelques jours seulement pour se faire soigner.

Voilà je pense ce à quoi sont réduits les pauvres parents avec leurs progénitures aujourd’hui. L’amour filiale se mesure à la taille de l’héritage et tout le monde veille à préserver sa part de gateau. Nos parents qui ont travaillé dur pour pouvoir profiter de leur retraite, se voient parfois privés de ce qu’ils aiment parce que ça fait trop de dépenses: il ne faut pas gaspiller. il en faut pour les enfants et petits enfants.

Mes ces chers enfants et petits, prennent- le temps d’être avec leur parents de leur vivant? Non, bien sûr que non? C’est trop épuisant, quand on ne pense pas à la maison de retraite, on engage quelqu’un d’autre pour accomplir les tâches peu gratifiantes.

Cette dame donc  s’est retrouvée dépouillée de tout par ses propres enfants. Il a suffit qu’elle intègre l’hôpital. Le jour même, ses effets personnels ont été rassemblés en deux temps trois mouvements par son fils, validé par ses filles (à trois je dirais qu’elles n’ont pas eu envie d’imposer leur choix; consententes et complices donc) le tout embarqué au secours catholique. La maison a été mise en vente.

Ils devaient préparer leur coup depuis un moment. La vieille en avait le préssentiment. Elle répétait souvent qu’elle risquait de finir mal mais elle ignorait comment cela arriverait. Une fois soignée et guerie, l’hôpital a voulu la renvoyer chez elle et là, ils ont découvert qu’elle n’avait plus de toit.

Pour moi la complicité est collective. Parce que quel que soit l’âge d’une personne, tans qu’elle est lucide, personne ne devrait l’escroquer de la sorte. L’administration aurait dû obliger les enfants à lui rendre ce qui lui appartient.

Le comble, c’est que même pour se rendre à la maison de retraite que l’hôpital lui a trouvé, elle n’avait plus rien à se mettre sur le dos. Ces enfants sans coeur, généreux avec ce qui appartient aux autres, à leur propre mère, ont dû racheter ses vêtements dont ils ont fait don, au même secours catholique afin de l’habiller pour sa nouvelle demeurre. Je me demande ce que ça va être à son enterrement.

Les vieux parents sont chiants, épuisants, pénibles, ce sont de vraies calamnités, ils ne comprennent rien, entendent à peine… On entend que du négatif. Mais des biens immobiliers et mobiliers que possède mamie ou papi ça tout le monde le sait. J’ai connu même un couple qui vivait dans un des appartements de la grand mère juste l’étage en dessous (elle était propriétaire de tout l’immeuble), et qui venait rendre visite deux fois par moi, une demie heure.

A l’annonce de la mort de la mamie, les tableaux de maître ont déserté les murs de sont appartement le jour même. Ce qu’est advenu le chequier, on ne peut pas savoir. Ils géraient son argent depuis des années déjà.

Est-donc là tout ce nous avons à offrir à nos chers parents, ces personnes âgées qui ont été là quand nous avions besoins d’eux, qui ce sont souvent saignés pour nous lorsqu’ils avaient encore tous leur moyens? Est ce là une bonne façon de les remercier de nous avoir donné la vie, de s’être privés pour nous?

Je me le demande.

Publié par willykean

I got inspired by Gloria Gaynor's song for my blog title. This song is really me. I am a mother of three, very passionate by fashion, litterature, cooking, art, and many other interesting subjects. My blog will be mainly written in french as i am not an english speaking. Only some of my post will be in english. My mission is to inform you, to share and learn from you. Je suis ce que je suis is a blog based on experience sharing, fashion, food, litterature, ,art....everything passionate hobbie of willykean. I started my blog in mars 2006, firstly powered by Marie claire. One year later, i move to Wordpress. Humour is another part of my blog; As the elders said in my culture, "a man who laugh forget about his empty stomach." Pour ceux qui me lisent déjà depuis mars 2007, Je suis ce que je suis. passionnée de mode, de littérature, cuisine, d'art, de musique.... Une boulimique de tout. Une envie de partager ma double culture ou même ma culture du monde. J'aime dire que je suis une citoyenne du monde, ouverte à tout. J'adore ébaucher des nouvelles, ou des romans, j'aime lire, cuisiner, Je suis une collectionneuse (bijoux, foulards, vêtements, poupées, pierres), magazines, chapeaux..... Une autre de mes passions qui prend énormément de place dans ma vie c'est la mode. Je suis autodicdate. J'ai crée pendant 6 ans mes propres vêtements, activité mise entre parenthèse pour le moment. Je suis la maman de trois adolescents de 12 ans qui sont devenus prioritaires dans ma vie de créatrice, puis de bloggeuse. Traiter même des sujets douleureux avec humour pour vous faire sourire... là est ma mission Cela ne m'empêchera pas de pousser un "coup de gueule" s'il le faut. Bon séjour chez moi.

5 commentaires sur « CES LIENS QUE NOUS TISSONS AVEC NOS PARENTS, fin »

  1. c’est malheureusement quelque chose de beaucoup trop fréquent chez nous autres humains…j’ai travaillé en maison de retraite, et je connais donc un peu la méchanceté à l’égard des « anciens »…

  2. Quelle terrible histoire. Le pire c’est que j’ai entendu récemment une histoire semblable, mais c’était un sketch, et comme d’habitude la réalité est bien pire.
    Merci d’être venue faire un tour sur mon blog !

  3. Tu sais mes parents ont 170 ans euh oui ! 85 x 2 et ils vivent chez eux entourés des pleins d’aides de vie et surtout de nos visites au quotidien et nous sommes 4 enfants….demain c’est mon tour pour aller conduire Maman au club des anciens(dans son fauteuil roulant) et pendant qu’elle y sera j’irai faire le super marché. Papa lui est dans son lit et ne se lève que 2h par jour. Tu vois la vie pour les anciens n’est pas facile et pour nous non plus mais c’est la vie….qui tourne.
    En Afrique c’est différent ils vivent jeunes et anciens dans les même concessions….et chacun s’occupe de l’autre ….

    Bises

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :