Repassage des seins, autre forme de violence faite aux femmes

repassage-de-seins0001

Lorsque j’ai ouvert mon réfrigérateur pour me préparer un petit déjeuner, je me suis retrouvée confrontée à un beurrier propre et vide, bien rangé, au frais. En temps normal, cela m’aurait exaspérée, comme cela aurait pu être une question de vie ou de mort. Un beurrier vide, le lait vide et oublié dans le réfrigérateur, la corbeille à pain pas rangée là où il faut.

Quelle importance tout ça après tout?

Ce matin, donc j’ai eu une pensée pour mes filles, pour toutes les jeunes filles de leur âge, surtout celles dont on parle peu, des femmes en devenir, qui subissent des violences physiques dont on ignore parfois l’étendu et les dégâts.  On parle souvent de violence conjugale, un post est en préparation à ce sujet, mais n’oublions pas qu’il y a d’autres types de violence, dont celle ci: LE REPASSAGE DES SEINS.

Le repassage des seins  consiste à aplatir, écraser les seins pour reculer le moment de la puberté, afin de protéger les filles du regard des hommes. Il existe plusieurs façons de détruire les seins. Si mes souvenirs sont bons, Il y a aussi la technique de la chaleur. J’ai été témoin d’une scène presque semblable, enfant, lorqu’une femme, pour faire fondre le noyau du sein naissant de son adolescente de soeur, avait appliqué un morceau de banane tout chaud.  Comme vous pouvez le constater sur cette photo (de Véronique Viguerie), c’est plutôt avec un pilon.

J’ose imaginer la souffrance de cette fille quand je sais que subir une mammographie avec des moyens techniques sophistiqués est assez insoutenable à cause de la compression du sein; alors, se voir passer le sien à la « moulinette » pour des raisons aussi controversées, peut paraitre injustifié et de la pure torture.

Le repassage des seins est une forme de protection imaginée  et validée sur des decennies par certaines mamans pour portéger leurs filles du regard « malsain » de certains hommes. Une sorte de contraception pour éviter parait-il des grossesses non souhaitées, une protection pour freiner leur puberté.

Ailleurs on fait vacciner les filles en prévision des futurs rapports sexuels, pour les protéger du cancer, ici, on les « castre » , toujours par souci de protection. Et Elles qu’en pensent-t’elles? Leur a-t-on demandé? S’est on interrogé sur le bien fondé de cette pratique ou des séquelles qui peuvent s’en suivre?

Ma fille, toujours en avance sur son époque et sa mère, m’a répondu lorsque je lui en ai parlé.

« je sais maman, j’en ai entendu parlé sur un forum et j’ai écouté des témoignagnes.  Et puis certaines de nos copines en parlent à l’école ». A croire que ça n’arrive pas qu’en afrique, ces pratiques sont aussi perpétrées semble-t-il même en Europe!

Et personne n’en parle vraiment, pas du tout même, N’oublions pas ces adolescentes et les violences qu’elles subissent, c’est bien plus important qu’un beurrier vide trouvé au frigo!

Une chanson de BRENDA FASSIE qui illustre si bien la violence faite aux femmes. Terminez avec Bust it Baby de NE YO  par pur plaisir.