JOHNNY MAD DOG, la vie d’un enfant soldat

johnny-mad-dog0001Je commence cette note par un poème, dédié à tous les Johnny Mad Dog de par le monde. Tous ces enfants privés d’enfance, utilisés, exploités.

Lorsque Richard Santoro de Reservoir blog a mis ce film à la une il y a peu, j’ai commenté en promettant de ne jamais le voir, parce que trop concernée par la situation de guerre, et je me demandais ce que deviendraient ces enfants engagés pour le tournage. J’ai eu des réponses. Je n’ai toujours pas vu le film, je vous cède ma place et je compte sur ceux qui iront le voir de me livrer leurs impressions…

Christopher Minie, dit Babyboy, alias Johnny Mad Dog

D’un naturel déconcertant et dégageant une violence aux antipodes du gamin réservé qu’il est. Comme il est illettré, Stéphane Sauvaire a dû lui apprendre les dialogues mot à mot.

daisy0001

Laokolé, alias Daisy Victoria Vandy

Aujourd’hui, elle poursuit sa scolarité. Elle veut devenir avocate.

A Johnny, à tous les enfants, quel que soit le sexe, ce poème est pour vous.

Je suis un soldat

Pardon, un enfant

Si Dieu existe et

Qu’il n’est ni sourd ni aveugle,

Il fera la différence

S’il brille par son absence

Je prends la relève

Avec ma Kalashnikov,

Mon fusil mitrailleur,

Mon fusil à canon scié

Mon coupe coupe

L’illusion d’être lui me rend invincible,

Insaisissable, une bête à tuer.

Celui qui décide du droit de vie ou de mort

Bourreau moi?

Peut être.

Clone c’est sûr,

De ces lâches adultes,

Avides de pouvoir et de vanité

Qui nous utilisent comme missiles,

 Soucieux d’attendre leurs objectifs.

Plutôt que de nous laisser grandir,

Je suis un soldat,

Oh pardon, un enfant

Mon passe temps

C’est les embuscades

Le pillage, le meurtre

A qui la faute?

Ma famille, c’est mon commando,

Après mon bourreau,

Faites-la vous même votre salle guerre!

Laissez moi jouer, laissez moi vivre

Willykean

Johnny Mad Dog est une adaptation du roman « Johnny, chien méchant », du Congolais Emmanuel Dongala. Jean Stéphane Sauvaire a  passé deux ans au Libéria. Il a contacté d’anciens chefs de guerre pour dénicher des acteurs capables dincarner in phénomène tristement populaire en Afrique. -les enfants soldats. Il a vécu sous le même toit que quinze « bébés tueurs » à onrovia, la capitale libérienne.

Résumé du film

Ce que j’ai envie de lour ici c’est le suivi de Monsieur Sauvaire par le biais de la fondation qu’il a crée pour ces enfants.

 

4 commentaires

  1. super ce billet. Le film a l’Air excellent, ce serait encore mieux si ce film pouvait limiter les injustices, mais c’est déjà bien d’y sensilbiliser les gens…

  2. Comme tu le dis, sensibiliser le monde à la situation des enfants soldats c’est déjà énorme et créer une fondation pour aider tous ces jeunes desoeuvrés perdus, ça l’est encore plus; J’admire l’initiative de Stéphane Sauvaire.

  3. J’avais entendu parler de ce film, je ne sais pas si j’arriverais à le regarder, je suis bien trop émotive et ce genre de film me hanterai pendant des semaines…. en même temps, c’est aussi l’intérêt d’un tel film: nous faire prendre conscience, à nus occidentaux bien au chaud dans leur maisons, de la réalité d’un autre monde…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s