CES LIENS QUE NOUS TISSONS AVEC NOS PARENTS

Les liens familiaux ne sont plus aujourd’hui tout à fait ce qu’ils ont été et ce qu’ils auraient dû être. Ceux qui en souffrent le plus souvent c’est ceux là mêmes qui nous ont donné la vie et nous ont couvé comme la femelle d’oiseau avec ses oisillons. Cette note en trois parties n’est valable que si vous lisez les deux autres textes. Vous n’y êtes pas obligés mais cela vaut la peine pour toutes nos personnes âges dont je vais illustrer la fin de vie d’un exemple pas du tout gai.

Surtout que ce fait survient autour des fêtes.

Pour commencer, une petite rétrospective de ces liens particuliers, que j’ai personnellement tissés avec ceux qui comptaient et qui comptent le plus pour moi.

A commencer par mes arrières grands parents. Je commence par la génération la plus ancienne parce que ma vie a commencé à l’envers c’est sans doute pour cela que je  suis comme je suis.

Mes arrières grands parents ont  été les premiers intervenants dans ma vie parce ma mère, leur petite fille s’est retrouvée mariée très jeune, à 15 ans, puis orpheline très vite aussi. Dès ses premiers mois de grossesse. On peut aisément imaginer qu’elle puisse avoir beaucoup de peine à assumer une vie de couple en plus d’une grossesse.

Après la maternité, elle fugue chez mes grands parents. J’y ai vecu jusqu’à 5 ans avec de petits aller retour chez mon père. Je comprends aussi aujourd’hui ma vie de nomade, toujours sur la route…

Auprès de mon arrière grand mère, j’ai appris très vite à observer, puis à mettre en pratique ce que font les autres. Comme tout jeune fille et future femme, j’ai appris à tisser le raphia, à tisser le filet de pêche, aussi grand que moi mais tissé de mes propres mains. Avec elle j’ai appris à pêcher, à cultiver les champs. Il faut dire que je la regardais faire et je posais milles questions. Ce que j’adorais le plus c’étais la transformation en « produits dérivés » Savoir par exemple utiliser les graines fraîches de palmier pour fabriquer le beurre nécessaire au petit déjeuner. Avec les mêmes graines séchée, fabriquer de huile noire pour le corps et les cheveux, la même huile ingredient principal pour la fabrication du savon noir, le vrai.

Auprès de mon arrière grand mère, j’ai su les bienfaits de l’argile sur le peau, et comment donner un air de sol marbré dans sa case en mélangeant la terre et la poudre de grès. J’en ai appris des choses. Comment faire par exemple un plâtre avec de la terre de termitière pour les fractures… La liste est longue.

Mon arrière grand père, presque centenaire dans ces années là, avait perdu la vue puis l’usage de ses jambes. mais il est resté entouré jusqu’à la fin. Mon terrain de jeu favori, en dehors du temps que je passais avec les autres, c’était autour de sa case. Il avait pour habitude de se lever au premiers chants de  coqs. Assis, face à sa porte d’entrée, la tête un peu inclinée en avant, sans doute pour donner l’impression de voir. Il attendait le défilé de ses enfants, ses petits enfants et ses arrières petits enfants

Je me souviens que j’aimais bien le tester. Passer des « centaines  » de fois devant lui, dans un sens ou dans l’autre, pour vérifier qu’il me « voit » bien et qu’il ne fait pas semblant. Il reconnaissait les pas de chacun, la voix des un et des autres, la façon de respirer…

Lorsque je luis demandais ave mon innocence de fillette:

Mais grand père, comment sais tu que c’est moi, tu ne me vois pas ,es aveugle? Il répondait, d’une voix paisible:

« Je te reconnais parce que tu es ma petite fille, je sais comment tu respires, je sais comment tu marques tes pas, je sais comment tu ris, et avant de faire le tour de ma case en courant ou à pas feutré, je le dévine, je ne serais pas ton grand père sinon. »

Avec mes oncles et mes cousins, j’ai appris à fabriquer des lance pierres, à fabriquer mes propres poupées en bambou. A lever les pièges. J’étais un enfant des bois, heureuse de vivre en pleine nature avec mes arrières grands parents; ces années là comptent parmis les meilleures de ma vie

Lorsqu’il a fallu me scolariser et donc aller vivre avec mon père en ville, cela a été le grand choc….

BONNE ANNEE A TOUS

2009 devra être une année d’espoir, de renaissance où tout ou partie de nos souhaits deviendraient réalité. Tous mes voeux à ceux qui ont lu mes notes avec assiduité, à tous ceux qui sont venus de façon ponctuelle, à ceux que je suis depuis toujours. A tous les lecteurs anonymes qui sortiront peut être un jour de leur réserve.

Bonne année 2009 à

 http://juste-pour-dire.over-blog.com,

http://www.annouchka.fr,

 http://kassoumay.over-blog.com,

http://alheureduthe.blogspot.com,

 http://fanette.wordpress.com

http://sublime-la-vie.com ,

http://blog.ziopeppino.com

http://vivalavievas.blogs.marieclaire.fr,

http://chroniquesdunetrentenaire.blogspot.com,

 http://www.trender.fr,

http://www.imelda.com.au

http://wood-music.blog4ever.com,

http://www.menageresdemoinsde50ans.com,

http://mademoisellelek.wordpress.com

http://richardsantoro.wordpress.com

 http://blogs.lexpress.fr/cafe-mode,

http://www.deedeeparis.com,

 http://www.carolinedaily.com

 

Reception sans hotesse: réception réussie

Vous saviez que j’étais malade à crever, que ma réception courait à la catastrophe?

C’était sans compter avec la ténacité de mon mari idéal spécialiste-de la banane-jambon-beurre -sauce béchamel. Ainsi que de mes amis. Je me suis éfforcée de faire une entrée. Une couronne (cake fait dans un moule en forme de couronne) aux crevettes et saumon fumé? Quand à ma tarte crumble, elle a déviée vraiment crumble.

Pour le reste  je n’en pouvais plus. Ma copine invitée le soir qui habite à côté, n’a pas attendu que je l’appelle, elle s’est pointée à 16 h 30 et je lui ai donné les consignes pour le chapon farci. Puis, avec mes enfants, elle a aidé mon mari à dresser la table. Le thème de la fête c’était le rouge et le noir. Tous les convives en rouge et noir, La nappe qui aurait dû être rouge aussi s’est trouvée « habillée de blanc, et les servittes bleues. Un patchwork complet  mais qui se mariait bien quand même. On ne pouvait pas exiger de Monsieur qui s’occupait de tout depuis une semaine., de tout faire à la perfection.Il ne faut pas demander la barbe au bon dieu!

Ensuite j’ai choisi ma tenue. A vrai dire le premier qui m’est tombée sous la main. Une petite robe rouge 1 2 3 avec par dessus une redingote noire avec des galons rouges aux emmanchures et à l’encolure.

Les chaussures, je ne m’en suis pas encombrée. je suis restée pieds nus. D’ailleurs pour le peu de présence, pas besoin de sortir les escarpins.

Mon petit Jéremy, le fils de ma copine est arrivé avec tout son matériel. C’est un passionné de cirque et magie. Il a 13 ans. graçe à lui, les invités ont eu droit à plusieurs minis spectacles dans la chambre de mon fils, transformée à l’occasion en salle de spectacle.

J’ai fait ma dernière apparition à minuit pour les voir trinquer. puis je me suis remise au lit. Le lendemain, une petite lueur d’espoir pointait à l’horizon pour mon anniversaire. Ce fût de courte durée. Je souffrais tellement qu’il a fallu appeler le medecin. Changement de traitement, un  plus efficace mais pas assez pour m’éviter un anniversaire original. Les photos avec un plaid noir en guise de veste et une tête que je nose pas imaginer. Pour souffler les bougies, j’ai entendu ma fille hurler, souffle vers le haut maman, et avant que je n’aie eu le temps de percuter, mon mari l’avait fait à ma place. (le truc c’était de les épargner avec ma crève)

BOn nous allons passer à des choses plus agréables.