Conteneur U pour remplacer les Cités U

 

Au moment où les Directeurs de Banques doivent réviser les rémunérations, où certains doivent se priver de bonus, au moment où les glandeurs sont fusillés du regard par certains commerçants, au moment même où nous rêvons de voir les présidents réduire leur salaire et tous les avantages liés à leur statut, une idées lumineuse a soudain vu le jour: Offrir des caisses de Fret en guise de logement aux étudiants.

conteneur-logement0001

Source, Métro du jeudi 5 février 2009

Les conteneurs, habituellement jétés au Havre ou à Marseilles, polluaient l’environnement. Désormais ils abriteront des étudiants pour commencer avant de s’étendre aux familles.

Les étudiants du Havre seront les premières cobayes: vivre dans des conteneurs, n’est-ce pas merveilleux! L’idée a germé aux Pays Bas, puis en Grande Bretagne. Et bientôt, en France. A la fois écologique et salvatrice, cette nouvelle façon de lutter contre la crise du logement assure un futur meilleur pour tous.

On nous rassure qu’ils ont des propriétés très intéressantes: résistance contre les ouragans, à l’eau de mer, ou à des tremblements de terre. Arguments sans doutes valables pour faire passer la pilule. Pour ma part, j’aurai succombé à toutes ces catastrophes naturelles probable bien avant, car claustrophobe et vous êtes nombreux à être comme moi.

Rien qu’à l’idée de me voir enfermer dans des caissons me tuera rapidement. Enfin, on  fait ce qu’on peut pour pour lutter contre la crise du logement. Vos F2, F3, F4 et F5 empillés les uns sur les autres, un peu comme des rats de laboratoires, c’est génial

De quoi vous plaint-on? On vous offre des toits. C’est tout de même mieux que de dormir à la belle étoile, dans une bouche de métro ou sur des cartons éclatés. Je me demande où seront les fenêtres?

Les familles viendront réjoindre les étudiants très vites. C’est économique, moins cher que les hôtels proposés aux familles en mal de logements. C’est la crise, on fait comme on peut. Mais enfin, ceux qui font ces propositions, ont ils ne serait-ce qu’une fois, expérimenté ces nouvelles résidence providentielles?