Et l’urinoir devint Fontaine!

« Le grand ennemi de l’art, c’est le bon goût »
Marcel Duchamp
fontaine-de-duchamp0001
Ni critique d’art, ni philosophe, je ne me permettrai pas de commenter l’oeuvre de cet artiste immortalisé par la proposition de ce bidet fontaine.
Sans doute pour éviter de tuer l’art avec mon semblant de bon goût. Ce dont je suis convaincue c’est que l’art est un échange, il provoque, il est en attente de réaction. Il est sans doute préférable de susciter des réactions plutôt que de vivre dans l’indifférence de ceux qui voient votre oeuvre.
Marcel Duchamps l’a compris lorsqu’il proposa cette oeuvre peu commune en 1917 : un banal urinoir en faïence blanche, recouvert de glaçure céramique et de peinture, signé « R. Mutt ». Cette oeuvre intitulée « Fountain » connait surtout un grand succès dans les années 60 où il sera même demandé à Duchamp d’en recréer une vingtaine identique pour les exposer aux quatre coins de la planète. L’urinoir de Duchamp devient mondialement connu et est alors considéré comme l’un des plus grands symboles du mouvement dada.
Marcel Duchamp va devenir une référence pour la majorité des artistes contemporains. Avec La Fontaine, il devient le précurseur du mouvement le ‘ready-made‘ , qui fait d’un objet déjà existant un objet d’art.
La Fontaine n’a pas fini de faire parler d’elle. En 2007, elle était au coeur d’un gigantesque procès.
Si le bon goût peut tuer l’art, qu’en est-il de celui qui pousse certains « disciples » à nous proposer leurs excréments en or, de la chair humaine émiéttée, des moutons dans du formol, des squelettes de cadavres humains….?
A vous de me le dire. Philosophons! Cultivons nous!