T’as pas ton GPS? Je cherche mon parking

Nous étions perdus donc. Le GPS  naturel  de Monsieur était en panne. Pour commencer, nous tentons de refaire le chemin dans le sens inverse en suivant Cadet Roussel. Sans succès. L’église et la cathédrale qui auraient pu nous servir de repère n’ont fait que nous embrouiller. Le problème à Auxerre, c’est qu’il y a plusieurs églises, concentrées dans la même zone. Alors, même avec le nom de l’église, impossible de vous retrouver si vous ne demandez pas votre chemin à quelqu’un. Et de loin, ce n’était pas la meilleure façon de retrouver notre chemin. Parce que lorsque nous apercevions une église, nous marchions vers cette église et ce n’était malheureusement pas la bonne. Au centre ville, il y avait au moins 4 églises. Vous comprenez?

Alors nous avons tourné, marché, fait plusieurs tours; ce fût une belle promenade, sous la pluie. A la fin, nous avons refait le chemin comme à l’arrivée. C’est à dire redescendre jusque à l’endroit où nous entrons dans la ville pour aller au parking et là, oh miracle!

« C’est ici que nous avons laissé traverser la mamie! »

« Oh je reconnais cet endroit, nous sommes passés devant tout à l’heure! »

 » Je me souviens de ce restaurant…. »

Nous avons fini par retrouver notre parking, près de l’église Sainte Madeleine.

Ouf. Enfin dans la voiture, au chaud, parce que je commençais à me geler les doigts.

Là où le GPS devient la star, c’est en rentrant de notre périple; chez ma nièce. Partis à 14 heures trente pour nous aérer, nous sommes rentrés à 19 h. Une fois notre mésasenture racontée, nous avons eu droit à la même question de la part de tout le monde, d’abord avec les enfants, puis les adultes s’y sont mis  aussi.

Elodie en premier m’a demandé l’air convaincue:

« vous n’aviez pas votre GPS? » ensuite Coralie a poursuivi:

 » Et le GPS? »

Ma nièce aussi, avant que la question de GPS ne me soit posée trente six fois, j’ai donné la réponse collective.

« Nous étions à pied, pardi, pas en voiture, comment voulez vous que je me réfère à mon GPS? »

Là c’en était trop du GPS. Nous nous moquons souvent de ma fille Coralie, qui est assez rêveuse et distraite. Souvent complètement « zappé ». Nous ne cessons de lui demander si elle ne serait pas « blonde » par hasard.

Eh bien, samedi, j’ai eu l’impression d’avoir une foule de blondes face à moi. Ils s’évertuaient tous à me demander si je n’avais pas mon GPS alors que je raconte comment nous étions perdus, à pied, dans Auxerre.

Ces  petits appareils là ont, je crois tendance à devenir des Facebook, Myspace, Beboo ou que sais je encore? Les gens sont tellement accros qu’ils ne font plus la différence entre la circulation en voiture ou à pied.

Le devoir m’appelle, le récit de la fête, c’est pour ce soir.

Bonne journée!