Attention, chien méchant!

chien_mechant

Des panneaux comme celui-là vous en avez tous rencontré devant certaines maisons. Chez nous c’est vraiment très IN  d’accrocher des écriteaux même quand on n’est pas propriétaire de canins!

Méfiez vous tout de même, si vous ne voulez pas qu’il vous arrive ce qui m’est arrivé à moi!

Il y a très longtemps, c’était du temps des cours de récréation et de la marelle. Mon père avait ramené un chiot, un bâtard berger allemand. Il était tout mignon et haut comme … comme un chiot voilà. Mais moi, même les chiots ne sont pas amis avec moi. Ils me font peur. Ridicule vous dites?

C’est ainsi. Ce chiot joueur et très calin, profitait des genoux de toute la famille sauf moi.

Mais il ne s’agit pas de notre Patience. On l’appellait Patience. Celui qui avait fait de moi la risée de toute l’école encore une fois, c’était le chien de ma camarade de classe.

Elle habitait tout près de l’école, comme moi, pendant la récréation, nous avions le privilège de courir à la maison, pour notre gôuter. Ce jour là, elle me proposait d’aller plutôt chez elle. C’était la première fois. Et d’autres filles étaient de la partie. Nous approchions gaillardemment de sa maison, lorsqu’elle crut bon nous mettre en garde.

« Attention les filles, il y a un chien! »

Et moi, un peu moqueuse,

« ah oui c’est écrit: attention chien méchant! »

Et nous voilà prises de fou rire.

Malheureusement, comme on dit chez nous  » je n’ai pas rit longtemps avec mes dents ».

Soudain, surgi de nulle part, un chien, je ne pourrais vous dire quelle race. Pour moi, un chien est un chien. Son chien, pas plus haut que le mien, mais l’air très féroce, bondit dans notre direction. C’était un sauve qui peu général. Les filles parties dans des directions différentes. Et moi, prise de panique, et pas très sportive à l’époque, j’ai choisi la facilité, et l’idiotie aussi.

J’ai cru bon de me précipiter dans la cour de ma camarade. Il fallait y penser non? Un chien vous fait peur, la meilleure solution que vous trouvez c’est de vous réfugier sur son territoire.

Le chien n’ayant personne d’autre à pourchasser, me colle aux talons, je n’ai pas le temps de réfléchir. Je répère un arbuste dans la cour. avec quelques feuilles fraîches à la cime; ça paraissait suffisant. Me voilà transformée en Tarzan du matin. Je m’attaque à l’arbuste tel un lézard et j’essaie de grimper afin de me protéger du chien. Avant même d’avoir été 30 centimètres au dessus du sol, j’entends un crac, crac et craaaaaaaaaacccc.

Voilà willykean au sol. avec son arbuste. Le chien méchant m’observe, penche la tête comme pour se demander ce que je fais avec un arbuste dans les bras. Il n’a plus envie d’être méchant. Avec une proie ridicule, vulnérable, il n’avait plus envie de jouer au méchant.

Et moi, j’ai attendu que ma camarade lui remette sa laisse avant de me remettre sur mes deux jambes.

Si on dit souvent chez moi:

« C’est l’homme qui a peur sinon y a rien »

Moi je dis, « Si l’homme a peur, y a sûrement un chien méchant »

Je vous le dis, si un écriteau, l’indique, soyez sur vos gardes, même si vous n’y croyez pas!