Sacha Baron Cohen

Brüno: pure provocation ou subversion étudiée?

 

small_375330

sacha baron cohen0001On entend plus parler que de lui. De Sacha Baron Cohen. Je n’ai pas vu ses premier films. « Condamnée » à rester chez moi pour un moment, je ne verrai pas Brüno non plus. Alors je me contente de résumer sa biographie et de faire une revue de presse.

Sacha Baron Cohen  est né le 13 octobre 1971 à Londres. Fils de Gerald Baron Cohen, qui tient un magasin de vêtements à Picadilly, et de Daniella Weiser, juive d’origine iranienne née en Israël, il grandit avec ses deux frères au sein d’une famille juive orthodoxe et fréquente des écoles privées. Sacha entre ensuite au Christ’s College à l’université de Cambridge où il étudie l’Histoire. En 1989, alors qu’il milite au sein d’Habonim Dror, un mouvement de jeunesse sioniste, il se découvre acteur en participant à une pièce de Neil Simon, Biloxi Blues. Mais avant d’embrasser la carrière, il part vivre un an dans un kibboutz en Israël. A son retour en Angleterre, il travaille quelques semaines à la banque d’investissement Goldman Sachs et la quitte en 1998 pour animer une émission comique sur la chaîne anglaise Channel 4. Là, il crée son personnage d’Ali G, un rappeur idiot, avec lequel il réalise des interviews décalées de personnalités. En 2000, il présente son propre show, Da Ali G Show, toujours sur Channel 4, et remporte de nombreux prix. En 2002, le personnage d’Ali G est adapté au cinéma dans Ali G Indahouse de Mark Mylod. Mais c’est en 2006, sous les traits de Borät, un faux journaliste kazakh, qu’il connaît une gloire planétaire. Le film Borät, réalisé par Larry Charles, crée la surprise en occupant le seconde place du box office aux Etats-Unis. Le pays court voir ce faux documentaire où l’ Américain moyen en prend pour son grade. Souvent retranché derrière ses personnages, Baron Cohen soigne son image en ne laissant filtrer que quelques infos sur sa vie privée. Il est fiancé à l’actrice australienne Isla Fisher avec qui il a eu une fille, Olive, née le 17 octobre 2007.

Brüno, le dernier personnage de Sacha Baron Cohen  est un journaliste de mode autrichien homosexuel. Il est donc très célèbre dans son pays d’origine. Lors de son arrivée aux États-Unis d’Amérique, il se retrouve dans des situations toutes plus loufoques les unes que les autres. Parmi les séquences particulièrement marquantes, figurerait un spectacle de lutte dégénérant en show homoérotique.

Autre grand moment annoncé, l’interview de Ron Paul, candidat libertarien à l’investiture présidentielle républicaine. Le respectable septuagénaire n’a pu que s’enfuir lorsque le faux reporter a entamé un strip-tease dans la chambre d’hotel où les deux étaient enfermés. Même si Paul n’a pas l’air d’avoir apprécié l’humour de la chose, il a au moins le mérite d’être resté fidèle à ses idéaux libéraux en refusant d’attaquer en justice Baron Cohen et ses producteurs. Il y a des gens prêts à payer pour ça, et s’il peut gagner beaucoup avec ça, tant mieux pour lui, a déclaré en substance l’homme politique.  

Dans sa quête de célébrité, Brüno est prêt à tout. Il adopte un bébé noir en Afrique contre un Ipod ; veut régler la paix au Moyen Orient en rendant les pyramides aux juifs ; interroge le chef de l’unité terroriste de Bethléem du groupe des martyrs d’al-Aqsa avec des questions d’une insolence extrême. Dans ses vrais faux documentaires, il piège ses victimes, sème la polémique et a récolté trois mille plaintes en justice.

Lors de sa promo parisienne, Sacha Baron Cohen a débarqué sur le quai de l’Eurostar avec treize valises, sa styliste, son maquilleur-coiffeur et ses trois auteurs. Il n’est apparu que sous les traits de Brüno, s’exprimant, s’habillant comme lui, ne sortant finalement de ses nombreuses malles que deux mini shorts. Sa styliste, à la dernière minute, lui a confectionné un string à l’effigie du Président Sarkozy qu’il a exhibé, au grand journal de Canal +… Une provocation parmi d’autres, moins risquée que le jour où s’est affiché en dans un quartier hassidique d’Israël avec sa tenue de Brüno, au risque de se faire lyncher.

Sources, Le figaro, Allo ciné.

Fan de Sacha Baron ou pas, vos avis, favorables ou pas, mais corrects sont les bien venus ici.