Aller sans retour pour SDF New Yorkais!

Une idée de génie pour Michael Bloomberg.

J’aime ma Normandie et par conséquent je suis les actualités de près. Cet été, quelle ne fût pas ma surprise autant que pour les Granvillais de découvrir  dans la Manche Libre, que leur ville a pu « hériter » d’une famille new yorkaise sans ressources.

En temps de guerre, on fuit vers des pays frontaliers, où l’on a de la famille, afin d’échapper aux massacres. Par temps de récession, on n’a pas le choix. tout est plannifier d’avance.

Le maire de New York  n’a pas trouvé mieux que de créer un programme spécial « Retour vers la terre d’origine ». Beaucoup plus simple apparemment que de créer des emplois. 

C’est très simple. Vous êtes africain américains, vous vous retrouvez sans ressources, vous êtes expulsés par les vautours qui vous ont enfoncés jusqu’au cou dans les dettes, votre gentil maire vous expédie au Libéria, en Côte d’Ivoire, au Sénégal, au Canada, pourvu que un membre généreux de votre famille veuille bien vous accueillir.

Les portoricains, haitiens, sud africains ne sont pas en reste.

C’est le cas de cette famille qui a choisi de s’installer à Granville.

La City Aids homeless with one-way tickets (Aller sans retour pour sans domicile).

La nouvelle politique sociale de l’administration de Michael Bloomberg,  a instauré depuis 2008 ce dispositif pour aider les familles victimes de la crise: 550 familles bénéficient de ces aller simples vers cinq continents et 24 pays différents.

Le coût de ce voyage? 6332 $, billet d’avion jusqu’à Paris puis ticket de train jusqu’à Granville, frais  de passeports, visas… Une agence spécialisée dans ce genre d’exode forcé travaille en collaboration avec la mairie.

« Ailleurs, c’est peut être plus facile pour elles » c’est Michael Bloomberg qui l’a dit, pas moi.

Espérons que nos maires ne vont pas emboîter le pas à Monsieur Bloomberg. Un Monopoly humain risquerait de voir le jour très vite. Déjà que nous avons des charters ou des avions privés qui partent vers l’afrique avec des ressortissants SIR (voire sans identité réelle). Je parle des sans papiers, oui.

Ce n’est pas à souhaiter!!!