Polyamory: polygamie revisée du 21 ème siècle

La polyamorie, c’est la nouvelle tendance des couples qui partagent plus d’un partenaire en même temps.

Dans le temps et encore aujourd’hui, on parle de polygamie dans les pays en voie de développement. Les femmes se battent pour garder leur homme et voilà que aux Etats unis, on  clame que la polyamorie est la révolution du vingt et unième siècle.

Je vous explique: Jeanne et Paul sont mariés depuis plusieurs années. Ils sont parents ou pas du tout. Jeanne est amoureuse de Joannie qui s’intéresse à Brian, meilleur ami de son époux Darlan. Brian a des vus sur Bridget qui est amoureuse de Mickael, vous me  suivez?

J’abbrège. Toute cette bande d’amoureux est très hônnete, pas hypocrite, un peu snob sans doute. Et très moderne; au lieu de parler de polygamie, ils diront polyamorie.

Un jour Joannie rentre du bureau -elle en a déjà discuté avec bridget et Jeanne-, et annonce à Darlan qu’elle compte agrandir la famille. Alors deux options se présentent à Darlan : il suit le mouvement ou il part. Mais oui, pour partager, il faut être polyamoureux soit même.

Parfois, on finit par former une vraie tribu sinon on peut faire simple en vivant une vie polyamoureuse épanouie à trois ou quatre.

Demandez moi si ce n’est pas ce que nous vivions déjà en afrique. Mais dans un continent à controverse, on se pose peu ou pas de questions. Le mouvement vient des Etats Unis, où la polygamie des mormonts est pointée du doigt, ou Bill Clinton a dû s’excuser en public pour avoir eu une relation suivie cachée avec son assistante.

Lorsque il y a quelques années ma soeur m’a annoncé qu’elle rêvait de créer une société qui soignerait les âmes par le rire, je lui ai ri au nez.

Très vite le mouvement s’est répandu; de séminaires du rire  populaires aux séances VIP, les « inventeurs » ont fait fortune. Si j’avais su il y a vingt ans que aujourd’hui, il se créérait des clubs très fermés pour polyamory, j’aurais rassuré les deux coépouses du frére de ma meilleure amie, malades de jalousie pendant mon séjour d’une semaine chez eux.

Partager et vous n’en serez  que plus épanouis!

Admettons. On partage sa compagne ou son compagnon avec d’autres. On ne s’en cache pas. Si l’ami de mon ami n’est pas forcément mon ami, chez les polyamoureux, le deuxième ou le troisième compagnon de ma femme peut être l’amant de ma maîtresse et nous vivrons tous heureux sous le même toit.

 Mais comment organiser tout ça?

Il faut être un très bon amour planner.

Tenir une réunion d’amoureux afin d’organiser comment partager sans léser les uns et les autres.

Il est primordial de proposer un calendrier. Plus facile à trois. Trois jours par semaine avec le sexe opposé et un jour en  commun.

Méfiez vous tout de même! Polyamoureux ou pas, léser une femme ou un homme amoureux peut être source de litiges dans le meilleur des communautés.

Et si Joannie ou Brian n’ont plus envie de partager, vous pouvez trouver un Brandon ou Eilred, ou Missy pour reformer votre famille recomposée.

Pensez vous qu’il est possible de créer une ou plusieurs relations amoureuses ouvertes, tendre et durable sans jalousie?

Source photo http://www.newsweek.com/id/209164