Manger pour manger!

Une salade, cinq centimètres de baguette, une tarte citron.

Ou

Un menu shopping: panini mexicain, yaourt, un mini volvic ou du coca.

Ou

Une salade feta. Un cake au miel.

La liste est longue. Je ne vous donne pas tout.

Disons que c’est à peu près ce que nous, pardons, la plupart des forçats du travail mangent tous les jours que dieu a fait. Parfois au milieu d’une cohu, dans une salle exigue ou dans la rue.

Je me faisais peur lorsque j’étais soumise à ce genre de régime. A me demander si je ne risquais pas de me transformer en feta ou panini ou ou Shawarma.

Le chinois alors n’en parlons pas ou, on remet à demain.

Ce que je faisais dans ces cas là, c’était de partir avec un magazine, ou un livre. Pour me donner bonne conscience. Deux lignes de La folle épopée de Sacha Goldberg, deux feuilles de salade, une gorgée de jus de fruit ou de l’eau.

Franchement! J’en arrivais parfois à me demander pourquoi je mangeais. Pour varier, j’allais au restaurant chinois du coin, ou chez Caroline et Charbel, restaurant libanais. J’étais devenue une habituée et amie. Souvent, sans mentir, j’y allais pour discuter, comme au pays. Il y avait aussi un très bon restaurant japonais, mon menu habituel: brochette de saumon et bol de riz. J’aimais bien le serveur. Mais à force de le voir me marier à mes collègues ou amis, j’ai fini par ne plus y aller.

Bref. Nous mangeons mal. Par manque de temps, de moyens financiers, par habitude. J’ai ingurgité presque les mêmes repas au cours des quatres dernières années où j’ai été employée à Paris.

Pourquoi?

Pour éviter de transporter une gamèle tous les jours de la semaine. Les premières tentatives se sont avérées un échec et j’ai vite abandonné l’idée. La gamèle restait en général sur le plan de travail à la cusine. Des souvenirs de lycée. Une voisine de chambre, surnommée « La gamèle« . Elle ne râtait aucun petit déjeuner ni aucun repas principal. Même malade, elle confiait sa gamèle à quelqu’un pour qu’on lui ramène sa ration.

Voilà pourquoi je ne prépare jamais de gamèle.

Mais salade feta, panini, shawarma, sandwich de chez Paul ont fini par me saturer. A un point tel que j’ai failli me mettre au régime macaron. C’est vrai. Aller chercher mes macarons Place de la Madeleine était une façon de me redonner envie de manger quelque chose.

Trop sucré. C’est vrai. Mais je préfère  parfois manger par plaisir plutôt que de manger pour manger.

Le pire c’est lorsque je reviens au bureau et que j’entends dans la pièce à côté:

Une salade, l’eau, le pain, le fromage blanc…

C’est ma responsable. Le même scénario tous les jours pendant quatre ans. Le débalage, puis le repas pris sur le coin de  son bureau, les yeux rivés sur son ordinateur.

Vous savez, je fais comme elle aussi. Moi c’est les macarons ou le yaourt. Le pire c’est lorsque vous venez juste de laisser fondre un macaron dans la bouche et que le téléphone sonne.

Imaginez un peu la suite.

Je vais vous surprendre mais tout ceci fait partie, dans mon cas, de mon intégration à ma culture d’accueil. On vit quelque part, et on prend les habitudes qui n’étaient pas les nôtres.

Aujourd’hui mon mari m’a encore soupçonnée de me convertir à un quelconque mouvement hippie… Peu à peu, je regarde la viande d’un mauvais oeil. Le poisson aussi. Les saucisses alors n’en parlons pas. Il m’a dit, si tu veux manger comme tu le souhaites, il faut aller au marché.

C’est ce que je faisais avant de me transformer en supermarket housewife. J’allais faire mon marché chez le boucher mardi, vendredi et dimanche. Puis Monsieur m’a initiée au supermarché. Au début j’étais perdue. Et je ramenais toujours le double de ce qui était prévu, et je choisissais toujours le meilleur…

Je passais des heures dans les rayons tant j’étais troublée par cette profusion de marques et de nourriture. Un jour, j’ai arrêté d’aller au supermarché. Mon rôle s’est limité au rangement de la marchandise à la livraison. Un deuxième mini supermaché à la maison.

Ce que Monsieur a dit à table aujourd’hui n’est pas entré dans l’oreille d’une sourde.

Demain je recommence à aller au marcher. Comme avant, comme chez moi. Où les emplettes se font au jour le jour, où les femmes prennent plaisir à discuter avec les commerçants, à marchander, et que les plats sont mijotés avec amour pour préserver l’envie de s’alimenter, le plaisir de partager un repas, de transmettre quelque chose à ses enfants.

Je veux me redonner envie de manger!

Et vous, quel est votre rapport à la nouriture et quelles sont vos idées pour avoir envie?

Publié par willykean

I got inspired by Gloria Gaynor's song for my blog title. This song is really me. I am a mother of three, very passionate by fashion, litterature, cooking, art, and many other interesting subjects. My blog will be mainly written in french as i am not an english speaking. Only some of my post will be in english. My mission is to inform you, to share and learn from you. Je suis ce que je suis is a blog based on experience sharing, fashion, food, litterature, ,art....everything passionate hobbie of willykean. I started my blog in mars 2006, firstly powered by Marie claire. One year later, i move to Wordpress. Humour is another part of my blog; As the elders said in my culture, "a man who laugh forget about his empty stomach." Pour ceux qui me lisent déjà depuis mars 2007, Je suis ce que je suis. passionnée de mode, de littérature, cuisine, d'art, de musique.... Une boulimique de tout. Une envie de partager ma double culture ou même ma culture du monde. J'aime dire que je suis une citoyenne du monde, ouverte à tout. J'adore ébaucher des nouvelles, ou des romans, j'aime lire, cuisiner, Je suis une collectionneuse (bijoux, foulards, vêtements, poupées, pierres), magazines, chapeaux..... Une autre de mes passions qui prend énormément de place dans ma vie c'est la mode. Je suis autodicdate. J'ai crée pendant 6 ans mes propres vêtements, activité mise entre parenthèse pour le moment. Je suis la maman de trois adolescents de 12 ans qui sont devenus prioritaires dans ma vie de créatrice, puis de bloggeuse. Traiter même des sujets douleureux avec humour pour vous faire sourire... là est ma mission Cela ne m'empêchera pas de pousser un "coup de gueule" s'il le faut. Bon séjour chez moi.

3 commentaires sur « Manger pour manger! »

  1. oh tu sais, je pense qu’il est évident que ton lieu de travail et la ou tu vis font beaucoup dans les habitudes alimentaires….et je pense qu’on a tous une sorte de petite routine alimentaire ! biz et bon dimanche…

  2. Et oui ! nous mangeons mal…et comme, j’ai en plus du cholestérol….il va falloir que je me mette au régime !

    Bises

  3. Je devrai moi aussi. Mais je suis trop gourmande. Je n’y arrive pas

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :