Pays en guerre, vive la célébrité!!!

Je m’y attendais un peu. Comme toujours. Mon époux a raison sur ce point lorsqu’il me dit souvent:

« Ne t’inquiète pas chérie, s’il y avait du « mouvement » (entendre la guerre) dans ton pays, ça se saurait très vite. »

Il a raison, la Côte d’ivoire est à la une. Des blindés et des corps qui jonchent le sol, le sang qui coule, deux camps, des ennemis, des alliés, des observateurs impartiaux ou des faux arbitres, tous les figurants sont là.

C’est la guerre, ça fait des titres accrocheurs, ça paie et c’est l’essentiel.

Des hommes d’affaires importants, des femmes chefs d’entreprises, des millionnaires, des ivoiriens surdiplomés émigrés ailleurs, ça ne fait pas de l’audimat, nous sommes assis là à nous gaver du succès des autres. Je suis la premère en tête de liste. Et je me demande toujours pourquoi ces grands reportages mettant en lumière des réussites fulgurantes ailleurs ne se font pas là bas.

Ils ne savent pas faire que la guerre. Ils savent travailler. ils savent gagner leur vie. Ils savent faire fructifier les ressources qu’ils ont.

Ceux qui font la guerre, et leurs alliés, ne réprésentent pas le peuple. Ceux qui font la guerre sont protégés par des alliés, par des soldats, tous fils de quelqu’un qui ne fait pas de politique. Ceux qui font la guerre sont des lâches. Ils lancent des ultimatums, puis restent cachés derrières leurs remparts et se moquent de ceux qui tombent.

S’ils sont si courageux, si vaillants, si puissants qu’ils le prétendent, pourquoi ne s’opposent ils pas ouvertement? Un face à face sans témoins ni porteurs, sans boucliers et qu’ils en finissent sans mêler la vie de gens innocents.

Images de Abidjan.net

La Côte d’ivoire est à la une. Normal. La guerre a éclaté hier. Voilà qui devient intéressant, très intéressant.

Pouquoi faut il toujours qu’il y ait des gens prêts à se frotter les mains avec les conflits des autres. Des journaux pas si neutres, je n’en parle pas. La vérité est souvent présentée selon l’angle dans lequel l’on se place. C’est vrai.

Je ne peux être impartiale moi même, si les ‘anges » d’aujourd’hui sont les bourreaux impunis d’hier. Je me souviens des miens qui ne sont pas revenus de l’exode, je me souviens de ceux qui ont perdu un bras, une jambe, je me souviens de ceux qui se sont noyés en voulant échapper à leurs bourreaux sanguinaires par le fleuve Cavally.

Alors, j’avoue que je ne peux être impartiale même si je le souhaite de toutes mes forces. Je ne suis partisane de personne. Mais je sais qui tenait l’arme qui a assassiné mes oncles, mes tantes, mes amis…

Je ne suis pas pour la guerre, je n’ai pas le pouvoir jusque-là innefficace des arbitres du monde. Je suis une citoyenne, écoeurée de toutes ces magouilles et ces tractations pas souvent  inintéressées qui font basculer l’avenir d’un peuple.

Continuer votre travail chers journalistes. Mais demain, lorsqu’ils arrêteront de s’entretuer, allez à la rencontre de ceux qui ne font pas de la guerre leur image de marque? Montrez nous ce qu’il y a de bien dans ce pays. Parlez nous de réussite. De bonheur.

Montrez nous l’actualité de ceux qui font la fierté du pays. Parce que ceux là restent dans l’ombre. Personne n’en parle. Ils feraient une UNE avec un impact assez porteur.

Un commentaire

  1. Je crois que je comprends bien ce que tu veux dire. Les démons d’hier devenus les anges d’aujourd’hui…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s