L’onuci tente d’occuper l’aéroport : les jeunes s’y opposent

Bras de fer entre onuci et la population.

Des situations fréquentes et banales depuis le début du conflit. Jusqu’à quand? Nous l’ignorons tous.

Et cette guerre nous l’a vivons nous aussi de loin mais de façon intense, je dirais même que nous la subissons pour le bon plaisir de certains.

Au moins une vingtaine d’appels aujourd’hui. Toutes les dix minutes. Ils rentrent brédouille après être restés dans la file depuis 7 heures ce matin.

Ce n’est pas grave, puisqu’ils le méritent. Ils ont désobéit aux maîtres du monde.

Ils peuvent rentrer chez eux pour mourir sagement.

Désolée pour vous mes chers lecteurs que je prive de vos rubriques mode. J’y reviendrai.

Pour l’instant, la priorité est comment faire manger ma famille, comment les extraire de l’enfer, comment communiquer avec eux.

Je pense à vous.