Financements participatifs et Coprodutions

Il n’est point nécessaire aujourd’hui d’être nanti pour  créer une start up, produire un album ou un film, réaliser un projet culturel…

La coproduction et le financement participatif semblent être les nouveaux modex de fonctionnement du monde des petites entreprises.

Avec un minimum de 10 € investis, vous soutenez un film parmi la sélection de la plateforme. Si le montant est atteint avant la  date limite, il est produit, et vous avez un droit sur les recettes, votre nom sur le générique et des invitations à l’avant-première.

www.touscoprod.com

Le concept qui m’intéresse le plus, c’est Carnet de Mode. C’est très simple: vous êtes jeune créateur de prêt-à-porter. Vous proposez votre pièce, l’internaute investisseur répère cette pièce dans le catalogue de carnet de mode. S’il est intéressé, il effectue une précommande. Dès que les précommandes auont atteint l’objectif fixé, le compte de l’investisseur est débité, la pièce produite. Tout le monde est gagnant. Moins quarante pour cent sur le prix de vente pour les investisseurs, un retour sur investissement et le lancement d’un nouveau créateur de prêt à porter.

Sympa non?

www.carnetdemode.com

Avec www.wiseed.fr, on choisit de devenir actionnaire d’une start up parmi la sélection de la plate forme, on participe à son développement: une fois le montant des souscriptions atteint, la start up est créée, on récupère son investissement initial quelques années plus tard avec plus-values bien sûr.

Si vous aimez la musique, tout fonctionne de la même façon chez www.buzzmyband.fr.  ainsi que My Major Company. Les heureux coproducteurs de Grégoire vous le diront.

Alors n’attendez plus. Lancez vous.

Elle s’appellait Sarah-Tatiana de Rosnay

Il ya des auteurs que nous aimons lire, des auteurs qui nous marquent à jamais. Le problème souvent est de ne les connaître qu’à travers leurs oeuvres; la chance avec  Tatiana de Rosnay, c’est d’avoir croisé son chemin sur Myspace. Je n’avais jamais rien lu d’elle auparavant. Dès lors, je me suis mise en quête de ses romans, pour devenir une lectrice assidue; le dernier à paraitre:

« Elle s’appelait Sarah », de Tatiana de Rosnay, Editions Héloïse d’Ormesson, 368 p., 22  raconte l’histoire d’une jeune femme américaine partie sur les traces d’une petite fille juive victime de la rafle du Vel’d’hiv’.

Paris, 16 juillet 1942, 4 heures du matin. La police française fait irruption dans l’appartement des Starzynski, au coeur du Marais. La consigne est claire : les enfants aussi sont embarqués. Pour sauver son petit frère, Sarah le cache dans un placard qu’elle referme à clé en promettant de revenir lui ouvrir très vite. Mais, transférée du vélodrome au camp d’internement de Beaune-la-Rolande, elle comprend qu’il n’y aura jamais de retour. A moins de s’enfuir. Ce qu’elle parvient à faire, mue par l’obsession tenace que son petit frère continue de l’attendre.

Paris, mai 2002. Chargée de couvrir la commémoration de la rafle du Vel’d’hiv’ pour son magazine, la journaliste Julia Jarmond découvre le calvaire des 4 000 enfants juifs raflés, et celui de Sarah en particulier. Intriguée par sa disparition, elle cherche à savoir ce qu’est devenue la petite fille. Soixante ans plus tard, via l’appartement de la rue de Saintonge, son enquête perce des secrets qui impliquent sa belle-famille et chamboule son couple.

Lisez le et si vous souhaitez échanger avec Tatiana de Rosnay, allez là FIG TREE ou ici http://profile.myspace.com/yansor.

Fan de Angela Basset

Angela Basset joue des rôles forts, elle est maman de jumeaux qu’elle élève sans complexe, elle ne se fait pas aspirer la graisse, elle se livre à son public sans tricher.

J’aime Angela Basset parce qu’elle a su incarner Tina Turner avec succès comme par exemple en chantant SHAKE YOUR TAIL FEATHER et  What’s Love Got to Do with It. Performance qui lui a valu un Golden Globe de la meilleure actrice ainsi qu’une nomination aux Oscars.

Mais le rôle qui l’a plébiscitée, pour moi, c’est celui où elle jouait Rosa Parks ,  symbole de la lutte contre la ségrégation raciale

J’aime Angela parce qu’elle a de la présence, elle est sensationelle.
Mariée à Courtney B. Vance et mère de jumeaux, Angela Basset concilie vie de comédienne, d’épouse et de mère avec brio.

Cette actrice a fondé sa carrière en jouant des rôles historiques, en campant des femmes noires, pionnières du vingtième siècle.

Que dire de plus, j’aime Angela Basset parce qu’elle a su rester elle même, contrairement à la plupart des actrices, passées dans les mains de gurus de toutes sortes, afin de convenir aux critères de sélection très rebarbatifs de Hollywood.

Image de Adobuzz

« Shutter island », conflit entre le bien et le mal

Qui est fou?

Eux ou moi?

C’est l’interrogation qui occupe nos esprits à la sortie de ce film. « Shutter Island » , le dernier grand film de Martin Scorsese. Qui de vous ui l’avez vu, est revenu de la séance en est sorti intact? Qui a pu  départager les vilains des héros?

Rachel Solando, une malade réputée dangereuse a mystérieusement disparu de Shutter Island, une hôpital psychiatrique où sont interné de dangereux criminels. Le marshal Teddy Daniel et son coéquipier Chuck Aule viennent enquêter…

Au fur et à mesure que le film se déroule vous avez l’impression d’une salle vide. Les spectateurs ont l’air plongés dans le film. Un silence assez inhabituel. Un film qui ne vous laisse pas le choix. il se dégage une certaine force suggestive.

Le film progresse, l’enquête se corse, les migraines et les cauchemars de Leonardo Di Caprio prennent possession du spectateur.

Scorsese a-t-il réussi  à semer le doute dans nos esprits? A-t-il atteint son but, celui de nous pousser à remettre en question les limites entre le bien et le mal?

Qu’est ce qui peut justifier qu’un individu est victime d’aliénation mentale, quand ceux là même qui le jugent sont sujets à un désordre moral encore plus avilissant.

Jétais loin de penser que je m’apprêtais à voir un film aussi fort en profondeur et intensité. J’en suis sortie à la fois vidée, insatisfaite, dans le sens où je m’attendais à une suite, à la victoire du bien sur le mal, à la  victoire du héro. Déçue de constater que le mal triomphe. Le héro se résigne.

Martin Scorsese est-t-il conscient du bouleversement que peut provoquer Shutter Island?

Probablement. Il ne pourrait en être autrement, de la part d’un aussi grand réalisateur.

Avez vous vu Shutter Island?

Que vous a-t-il inspiré?

Que pensez vous du jeu de Léonardo Di Caprio.

image, allo cine.fr

Akissi Delta: la révanche d’une servante

Akissi Delta m’a ensorcelée!

Vous ne connaissez pas Delta? MA FAMILLE non plus?

Alors il faut y rémédier. J’aimais déjà Akissi Delta et sa série « MA FAMILLE » Mais aujourd’hui, j’en suis complétement accro. Akissi Delta, née Loukou Ahou Delphine, a démontré à plus d’un, que le destin prédéfini n’existait pas. Chacun avait le choix de se construire le sien.

C’est ce qu’elle a fait avec brio.

 

Akissi a connue une vie de servante, ce rôle qu’elle attribue aujourd’hui à Marie laure dans sa série à succès. Et si l’on rie beaucoup des gaffes de marie laure, ce n’est pas anodin. Delta a voulu faire passer un message.

Celui qui donne tort aux préjugés, à ceux qui croient que être au service d’autrui fait des employés  de maison des sous hommes.

Akissi n’a pas eu la chance d’être scolarisée mais comme elle se complait à dire:

« Les gens se servent du fait que je ne suis pas allée à l’école pour me faire croire que je ne comprends rien à rien. Alors que ce n’est pas le cas; je me sens incomprise et ce n’est pas agréable, surtout que je me sais capable de  bien plus de choses que certains, mêmes munis de tous leurs diplômes ne sauraient faire. »

Sa carrière démarre en 1977 avec Léonard Groguhet, fondateur de la troupe « Comment ça va? ». En 1994, lorsque l’émission est interrompue, Akissi Delta remonte une troupe, Qui fait ça? avec les anciens de Comment ça va?

Remerciée de sa propre troupe en janvier 2000, elle ne baisse pas les bras, elle se met à écrire, l’écriture d’une série qui fera d’elle la star incontestée de toute l’afrique et l’afrique de l’ouest en particulier.

On peut comprendre les raisons d’ un tel succès. Quand on n’ ignore pas les nombreux problèmes que l’on peut rencontrer dans une famille africaine, on plébicite Akissi Delta d’aborder tout ceci avec humour et dérision.

Loin de se contenter de ses talents d’auteur-comédienne et réalisatrice, Delta a ajoutée une autre corde à son arc: le stylisme. Tous ses costumes de scènes sont crées par ses propres soins.

Quand tous s’accordent à dire que le comédien africain ne peut pas vivre de son art, Delta vous prouve le contraire.

J’ignore pourquoi les journalistes l’ont surnommée « Deltaplanne » à ses débuts, ce dont je suis sûre, c’est qu’elle planne dans le bonheur et dans la cour des grands. Et nous avec elle.

Pour ceux qui ne sont pas accoutumés à toutes les tournures du français ivoirien, n’hésitez pas à demander. Je me ferai le plaisir de vous éclairer.

Si vous avez Télésud, c’est dimanche à partir de 12 h 45 sinon il y a youtube.

Fan de Johnny Depp

Johnny Depp et moi

On ne peut pas être  fan que de stars féminines.  Autant j’aime Cameron Diaz autant j’aime Johnny Depp. Même s’il est vrai que l’exercice est plus facile quand il s’agit de s’identifier aux femmes, le contraire s’avère un peu périlleux. Mais on est fan ou on ne l’est pas!

Tout a commencé en 1987. Dès les premiers épisodes de 21 jump Street. Le mauvais garçon de cette série culte arborait dans la vraie vie un look de jeune premier. Ray ban sur le nez, sourire mystérieux. Mais il avait déjà donné la preuve qu’il serait un grand comédien. Un comédien qui s’implique dans ses rôles, qui les habite, un comédien qui joue pour gagner.

Comment je le sais? Une intuition. Un pressentiment de fan. Quelque chose que l’on partage avec un acteur en qui l’on croit.

J’aime Johnny Depp avec ce corps à la fois frêle et athlétique, avec la cigarette en moins tout de même. Les cheveux coupés très courts et cette frange qui ne le quitte pas. Complétement en marge de tous ces body buildés. Il plait dans sa simplicité et son naturel désarmant.

Comment réagit- on en voyant Johnny Depp dans cette chemise à rayures, légèrement ouverte sur ses pectoraux?

Fan toujours! Le langage des vêtements est très instructeur. Il est avide de liberté. Les cheveux ont pris un peu de longueur. Pas trop. Mais libres. Toujours une mèche égarée quelque part. Une chemise un peu grande pour son corps en mutation. Un regard franc et une bouche pleine de mystère.

Si j’ai pu détester les marcel un jour, avec lui tout paraissait à sa place. J’aimais les marcel de Johnny. Parce que c’était lui; Ici nous retrouvons ses mèches. Les franges de révolté qui reviennent sans cesse. Il change constamment de look. Malgré le côté négligé, il y a de la recherche. Toujours ces chaînes, permanente contradiction du rebelle en quête de port d’attache. Johnny donnait l’impression du bad boy à la recherche de celle qui saura le dompter. J’adore ses tatouages.

Johnny est une personnalité versatile. Il est en perpétuelle transformation, exhibitioniste dans sa façon de varier son style. Pour une fois je n’adhère pas à celui-ci; mais c’est Johnny: chemise beaucoup trop protectrice. Il me parait inaccessible dans cet ensemble…

Un de ses looks que je préfère c’est le look destroy. Sans doute les années Kate Moss. J’adore cette mèche qui est là, encore et toujours. Oui, joue moi quelque chose de sweet Johnny!

Et si pour me détendre le soir, tu me jouais du piano??

Même si tu m’as effrayée parfois avec ton accoutrement de pirate des caraibes, je reste une fan inconditionnelle.

With love Johnny!!

Toutes les images sont de Cinema fluctuat

Anniversaire: 50 ans de Monsieur

Comment préparer une surprise à quelqu’un qui est avec vous 7 jours sur sept?

Eh bien, ce n’est pas une tâche facile à réaliser. Mais avec beaucoup de volonté et d’astuce, on s’y approche.

Les cinquante ans de Monsieur c’est en décembre. Je lui réserve une surprise. Une fête dont le thème c’est le cinéma ou Hollywood.

Les invitations sont déjà lancées.

La carte est de Clip Postal. Vous choisissez une photo, rédigez votre texte validez votre commande, vous êtes livré sous 48 heures jours ouvrés.

Pour lui, j’ai choisi une photo à l’âge de 5 ans. En parlant de photos, le premier faux pas a été évité de justesse.

Les photos scannées par sa soeur et envoyées par mail ont attéri dans ses fichiers à lui. J’ai trouvé une explication plausible à ce fait. Ensuite, un model de plan de table est arrivé au moment où il faisait ses recherches sur ma session à moi.

Bref. Je vous montre le carton.

Cartoninvitation

Pour une fête qui se déroulera en Normandie, il faudra que j’y sois une semaine avant le 24 pour préparer et superviser l’organisation du repas.

Ma nièce s’est occupée de trouver des affiches de cinéma, une autre s’est occupée du DJ. J’ai commandé les petits fours à une de mes belles soeurs.

Une autre belle soeur par alliance s’occupe du repas africain. Ce sera du Tieboudien

Et l’autre moitié du buffet sera européen.

Petits fagots de travers de porc caramélisés, Feuilleté au saumon sur nid de salade…

Trois couleurs prédomineront pour la soirée: rouge, blanc et noir. Ceux qui ne jouent pas le jeu sont quand même les bienvenus.

Pour la déco, j’ai pensé à des étoiles au sol, des suspensions de thème cinéma,  des claps en marque place, des petites lucioles avec des bougies noires et blanches alternées.

miniclapcinemasuspensionbobinecinemawalkoffamedecorationspirale

Ce qui me manque pour l’instant, c’est la déco de ma table.

Toutes les idées sont bienvenues. Vous connaissez le thème, les couleurs, à vous de dresser ma table.

Et puis, le 24 décembre, trouver le moyen de l’éloignement de la salle jusqu’au soir.

 

Woopi Goldberg,It comedienne

I am poor, Black, i may even be ugly, but dear God, Im here, i’m here.

woopiA 53 ans, Woopi est toujours là.

Après avoir raflé Oscar, Emmy, Tony, Grammy et Golden Globe, Woopi continue de défier Hollywood avec sa non conformisme.

Woopi Goldberg est née Caryn Elaine Johnson à Chelsea, le 13 novembre 1955. Avant de se lancer dans la comédie, elle travaille dans un funérarium à New York, un travail qui lui permet de financer ses cours de théâtre.

A dix-huit ans, Whoopi Goldberg épouse Alvin Martin, un spécialiste de la drogue qui est chargé de l’aider à se défaire de son addiction: une fille nommée Alexandra naît de cette union l’année suivante.

Woopi part s’installer à Los Angeles, et décide de se lancer définitivement dans le métier de comédienne. Elle se produit alors avec plusieurs compagnies de comédiens d’improvisation, parmi lesquelles le groupe Spontaneous Combustion, grâce auquel elle développe ses talents dans l’art de l’interprétation et du stand-up.

En 1983, Woopi Golberg  présente au Dance Theatre Worskhop de New York The Spook Show, un one-woman-show composé de cinq monologues; Elle recevra d’ailleurs un Grammy Award pour ce spectacle, deux ans plus tard. Puis elle obtient son tout premier rôle au cinéma sous la direction de Steven Spielberg  intitulé La Couleur pourpre , aux côtés de Danny Glover et Oprah Winfrey . Elle y joue le rôle de Celie, une jeune afro-américaine du début du vingtième siècle qui est mariée à quinze ans à un homme qui la bat et l’avilit. D’abord totalement soumise, elle nourrit par la suite un sentiment croissant de révolte qu’encourage la maîtresse de son époux. Le récit est une adaptation d’un roman d’Alice Walker paru en 1984. Whoopi Goldberg signe une prestation remarquée qui lui offre le Golden Globe Award de la Meilleure Actrice en 1986, ainsi qu’une nomination aux Oscars, en même temps qu’elle accède à une renommée internationale.

Ainsi, les portes du cinéma et de Hollywood s’ouvrent à elle. Whoopi Gooldberg jouera à partir de 1986 dans divers films. On la  retrouvera ainsi dans «  Jumpin’Jack Flash » en 1986, « Fatal Beauty » et « Pie Voleuse » en 1987 ou encore « The Long Walk Home » en 1989.

C’est grâce à son rôle dans le film fantastique Ghost en 1990 que Whoopi Goldberg obtiendra sa toute première récompense avec l’oscar du meilleur second rôle féminin. Dans ce dernier, elle incarne un médium qui vient en aide à l’esprit errant de Patrick Swayze . La distribution de la fiction réalisée par Jerry Zucker comprend également l’actrice Demi Moore qui campe le personnage de Molly Jensen.

Woopi est reconnue pour son talent et ses capacités à interpréter des rôles aussi différents les uns que les autres avec de la comédie, du drame ou du fantastique. Par la suite de nombreux films à succès viendront tels la série des Sister Act en 1992 et 1993, où elle est Dolores, ancienne chanteuse de cabaret devenue reine du gospel dans un couvent. Si ce premier volet, dévoilé en 1992, connaît un franc succès, Sister Act 2 suscite en revanche de moins bonnes réactions de la part du public et des critiques à sa sortie en 1993.

Whoopi Goldberg a aussi donné la réplique à Gérard Depardieu dans Bogus, que signe Norman Jewison en 1996. Toujours en 1996, l’actrice donne la réplique à Dianne Wiest et Eli Wallach dans L’associé , de Donald Petrie . Elle y incarne un trader brillant qui, lassé des manigances d’un de ses collègues machistes, décide d’ouvrir son propre cabinet.

Bien que la comédienne est essentiellement connue pour ses prestations comiques, elle s’essaye parfois à des registres plus graves, comme avec les drames Aussi profond que l’océan ou Une vie volée en 1999.

Whoopi Goldberg est très appréciée dans le milieu cinématographique américain, notamment pour son franc-parler et ses prises de positions audacieuses. On se rappelle qu’elle s’est opposée ouvertement aux mesures contre le tabac du maire de New York Michael Bloomberg, et surtout à la politique du président George Walker Bush, ce qui a précipité la fin de sa collaboration avec la marque diététique Slim-Fast. On va donc lui confier à quatre reprises l’animation de la cérémonie des Oscars, et elle devient ainsi la première femme à s’imposer dans cet exercice.  

Certains films moins connus en France remportent un franc succès. Whoopi Goldberg tournera ainsi avec Will Smith dans « Made in America », avec Ray Liotta dans « Corrina corrina » en 1994. Malgrè une absence dans les magasines peoples ou autres, Whopi Goldberg n’a jamais été aussi présente dans le monde du cinéma.