Must have: les sacs à main qui réhaussent vos tenues

Les accessoires sont pour moi ce qu’est le maquillage pour la plupart des femmes.Un sac à main, des chaussures magnifiques… Voilà ce qu’il faut pour « donner des ailes » à une femme.

Voilà pourquoi je résiste difficilement  à cette explosion de couleur avec cette nouvelle tendance.

sac à main gucci

Quelqu’un me disait un jour, »lorque je rencontre une femme, je regarde son style dans sa globalité, puis je m’attarde sur ses mains, ses chaussures, puis sa tête »

Vous pensez qu’ils vous regardent dans les yeux,: ils ne voient que vos jambes et vos pieds; raison de plus pour les épater avec ceci.

Must have

From a distance

From a distance

Un dimanche matin avec Bette Milder me détend et j’espère pour vous qui l’apréciez aussi.

Je pourrais passer des heures à l’écouter, pas d’inquiétude, les triplés sont là pour me ramener à la réalité.

Que serait notre vie sinon?

Appréciez  comme moi la grande Bette Milder

 

Accro de blogs et heureuse

Que ceux qui ne sont pas blog addict lèvent la main!

J’avoue, je suis une blog dépendante et je réfuse de me soigner.

Tout a commencé en mars 2007, j’ai commencé par lire ceux de mes amies aoliens avant de me lancer.

Le problème était de trouver le thème, mais je suis trop multicentre -intéressée (ne cherchez ni dans le dictionnaire ni dans google, vous ne trouverez pas) pour me limiter à un seul.

Le plus simple était de commencer par un sujet que je maîtrise.

Pourquoi pas un journal personnel. C’est alors qu’est né « Trouver un mari par annonce » , un blog où je me raconte: de ma recherche du mari idéal à la naissance de mes enfants, agrémenté de recettes culinaires, musique, sortie, humour…;

Loin de me contenter de ce blog, j’ai fait un saut, (heureusement que avec internet, c’est chose aisée) chez hautetfort où j’ai donné naissance à Crazy Ursula, plus mode et culture que le premier.

Alors j’ai entendu parler de Myspace, et un quelques clics, me voilà dans ce monde où l’on devient une « star » et où les amitiés se font et se défont aussi vite qu’un clic de souris. Si ça vous intéresse, aller y faire un tour à moins que vous n’y soiyez déjà, vous y ferez la connaissance de mes 314 amis

Ceux là sont les plus importants. Le dernier né c’est la traduction de mon premier blog.

Celui là est moins actif car je fais la traduction moi même et donc cela me prend du temps. Ah, j’oubliais, je suis même allée faire un petit tour sur Second life où, jusqu’à aujourd’hui, je reste une sans domicile fixe et même interdite de séjour.

Une fois inscrite, j’avais perdu mon mot de passe  et même la réponse à donner en cas de changement du dit mot de passe.

Depuis, ma présence est indésirable sur cette planète et je continue tout de même de recevoir des invitations à des soirées VIP, sans doute des clubs de naturisme. Je n’ai pas eu le temps de m’acheter un seul vêtement avant d’être interdite de séjour…

Je me suis facebookée récemment mais sans trop de conviction… J’y reste quand même qui sait…..

Depuis peu, je suis ici, chez wordpress au lieu de marie claire et je commence à prendre mes marques.

Bon dimanche à tous et à toutes

Ne me « depleat please » pas mon Miyake!

Pleat please  de Miyaké!

J’ai toujours adoré et rêvé de porter du Miyaké sans en avoir eu  l’occasion. Voilà qu’un jour je déniche un chemisier pleat please de Yssé Miyaké. Vous n’imaginez pas ma joie, un vrai bonheur, un chemisier Miyaké! le seul d’ailleurs que j’ai jamais eu de lui. C’est mon objet fétiche. Toute blanche, plissée ( elle ne l’est plus) et je vais vous expliquer pourquoi.

Souvenez vous, je suis une fashion addict. Perdue dans ma caverne d’ali baba ou mieux un peu le genre Feel chic cette précieuse adresse à conserver jalousement quand on est une fashion addict (mais que je partage avec vous, oui, je suis très généreuse n’est ce pas?).

Je prête, je donne, j’expose, sauf mon pleat please, Jusqu’au jour où ma nièce débarque chez moi affolée.

 » peux tu me prêter quelque chose, tata, je vais à un mariage »

Mais tu aurais du me prévenir, je t’aurais creé quelque chose..

Mais non, juste un vêtement pour ce soir.

Alors j’ouvre mes armoires, rien ne lui plait, elle a 20 ans, et moi 47, elle est garçon manqué et moi très féminine, hyper sexy… Nous entamons la  tournée des cartons, oui, il y en a dans les armoires, puis dans les cartons et aussi camouflés un peu partout dans les meubles des enfants?

Je suis un peu envahissantes je le sais. Bref, j’ouvre les cartons, et oh mon dieu, je tombe sur mon Miyaké; cela faisait un moment que je ne l’avais pas admiré.

Oh! j’adore celui là, je pourrais le mettre avec mon pantalon achété l’été dernier..

Tu crois que ça ira pour un mariage (en fait je ne voulais pas le prêter)

Mais oui, il sera parfait, il suffit de la défroisser

Surtout pas, il n’est pas froissé, il est comme ça, c’est tout, c’est du Pleat Please

C’est quoi le Please Please?

C’est du Issé Miyaké! Le grand, le génie, il est formidable. Alors je t’en prie, porte le puisque c’est ce que tu préfères mais srutout ne touche à aucun pli

Que croyez vous qu’elle a fait?

Elle a dû le repasser encore et encore, puis encore parce que mon Issé Miyaké m’est revenu plus ample que lorsqu’il est parti avec elle, elle me l’a dépleatpleasé.

J’avais envie de me rouler par terre, de pleurer, de me jeter sur elle, mais c’est ma nièce, je l’aime et elle surpasse ma passion du pleat…

J’adore Miyaké, j’adore ma nièce aussi.

Qu’auriez vous fait à ma place? Pleats please, nièce?

 

Fan de Claude François

Fan de Claude François

ça s’en va et ça revient!

Pour ma part, Claude François est toujours resté.

Mon mari et mes enfants peuvent me regarder du coin de l’oeil, et vous aussi d’ailleurs, je reste une passionnée de cet artiste qui était plein d’énergie.

J’ai écouté Claude François pendant les années de pensionnat, je l’ai écouté dans ma chambre d’étudiante et je continue encore aujourd’hui.

Bien que je l’ai adulé de loin (car à des milliers de kilomètres à vol d’avion, je n’avais pas d’autre choix), j’ai pleuré à l’annonce de sa soudaine disparition.

Le seul plaisir en dehors de visiter le moulin où il a vécu a été pour moi de fêter mes 40 ans chez une de ses danseuses: Ketty Sina; Une jeune femme qui a investi dans un restaurant , le KAMUKERA  113 rue du chevaleret 75013 PARIS. Tel./Fax : 01 53 61 25 05 où il fait bon être.

Très accueillante et toujours de bonne humeur, Ketty m’a fait l’honneur de sa présence ce soir là et la surprise d’un mini spectacle avec l’une de ses filles.

J’ai eu droit à « ça s’en va et ça revient ainsi que le lundi au soleil »

Vous pouvez imaginer mon bonheur. C’est un anniversaire que je n’oublierai jamais!

 

 

A journey with barefooters

 

 

Barefooting: a lifestyle or new trend?

 

 

pied nus, randonnée, auray, martial, nevo, barefooting, barefooter, lifestyle,

 

I had gone barefoot the five first years of my childhood. Running in the wood without shoes, going fishing and playing hike and seek with my cousins. Nobody was scared with our lifestyle until we move to town then things changed quickly as we would be stared at like weird and bizarre

Going barefoot was not fashionable in town, While you see others with their Nike, Blanik and Karl Lagerfeld, Would you stick to your “hippie « philosophy » of barefooter?

We had been educated to put shoes on. Every day, every week every month and every year durind our life time;

I could not stand it but I do as others do. Last year, I came across an article in a news paper about celebrities doing shopping barefoot.

My reaction to that was a post on my former blog where I was expressing  my indignation to people taking barefooting as a fashion,

I was upset at first as it seemed to me that there are too many fashions coming out from time to time for people not even knowing  the reason for doing what they are doing

Then I had a comment on my post from Martial, a man who started a a barefoot hikers’ group in France. We kept in touch and he invited me to come to one of their meeting in Auray. 

I met nice people, very friendly people happy to go barefoot and we had a long long walk around the town

I was very happy as I could do what I used to do in my youth. I felt free to be what I really was: a free person not obliged to keep her feet suffering ind very tiny shoes..

Now I’m trying to take off my shoes but it’s not easy at all. I must admit I can’t go to work barefoot . At go barefoot at home and when at the office. Never go barefoot through Paris.I am a part time barefooter.

Does anybody go barefoot all have ever heard about barefooting?

I would appreciate to know how you become a barfooter and your impressions as a barefooter, part time or full time?

http://le-rib.forumpro.fr 

http://www.barefooters.org/health-dept

Promenade sentimentale

 

 

 

Ni poète ni expert en littérature,

Promenade sentimentale

Le couchant dardait ses rayons suprêmes
Et le vent berçait les nénuphars blêmes ;
Les grands nénuphars entre les roseaux
Tristement luisaient sur les calmes eaux.
Moi j’errais tout seul, promenant ma plaie
Au long de l’étang, parmi la saulaie
Où la brume vague évoquait un grand
Fantôme laiteux se désespérant
Et pleurant avec la voix des sarcelles
Qui se rappelaient en battant des ailes
Parmi la saulaie où j’errais tout seul
Promenant ma plaie ; et l’épais linceul
Des ténèbres vint noyer les suprêmes
Rayons du couchant dans ses ondes blêmes
Et les nénuphars, parmi les roseaux,
Les grands nénuphars sur les calmes eaux.

Ce poème « Promenade sentimentale » fait partie de la première section « Mélancholia » des poèmes saturniens, premier recueil de poèmes de Verlaine fortement imprégné de son amour rejeté pour sa cousine Elisa Moncomble. C’est un poème sentimental, une promenade souvenir en solitaire à travers un paysage aquatique qui lui renvoie son image.

 
L’errance du poète amoureux

Mes inspirations pour mes anecdotes et mes récits se calquent sur des poèmes, des chansons, des tableaux…

Ce soir je plante le décor d’une promenade souvenir autour de la seine, au milieu de la foule pressée, indifférente ou un seul échange a pu se faire malgré tout. 

 

 

Alors que perdue (car je n’ai aucun sens de l’orientation) un soir d’hiver, à la sortie d’une exposition, j’ai interrogé cet inconnu  sur la direction à prendre pour regagner la station Saint Michel, il a dû lire dans mon regard et ma voix que le découragement me gagnait.

 

Il a dit  » un petit effort Mademoiselle, il fait beau, profitez de l’air frais, regardez autour de vous, il fait bon, et ça fait du bien de marcher »

 

J’ai obéit, j’ai ouvert les yeux j’ai regardé autour de moi, j’ai ainsi appris à savourer la fraîcheur du soir naissant.

 Cette photo en est le résultat   La rencontre avec cette personne a tout changé. J’étais perdue et désespérée ; il m’a redonné le goût des bonheurs simples.  Je me suis arrêtée, j’ai regardé les autres, la seine, les lumières et soudain le froid ne m’atteignait plus.  

http://willykean.com
http://willykean.com

D’habitude j’adore les couchers de soleil, je suis toujours en extase devant ce mélange de couleurs douces… Mais un soir d’hiver, j’ai moins la force de m’attarder sur ces détails que la nature nous offre.

Mon  « moi » très frileux malgré la contemplation ne m’a pas autorisée à m’attarder sur le pont. J’ai poussé mon errance à la recherche de la station Saint Michel que j’ai fini par retrouver avec les miens qui commençaient à s’inquiéter. Là s’est achevé ma souffrance de promeneuse solitaire, les pieds glacés et endoloris dans mes souliers  inappropriés pour la circonstance.

 

Mais je suis comme je suis, avec moi tout est possible….

 

Avez vous une âme de promeneur solitaire vous aussi?

2 fast and 2 furious

Influence d’un film sur l’individu

« Brian O’Conner a signé sa plus belle action, mais aussi sa faute la plus grave, en laissant filer le chef du gang de voleurs de voitures qu’il avait mission d’infiltrer. Radié de la police de Los Angeles, ce jeune flic rebelle, fan de vitesse et de rodéos, a gardé intact son honneur mais a gâché une belle carrière. Après deux ans de galère, Brian O’Conner se retrouve à Miami et se voit offrir une ultime chance de se racheter.
Le FBI et les douanes locales surveillent depuis plusieurs mois le puissant homme d’affaires Carter Verone, qu’ils soupçonnent de se livrer à des opérations de blanchiment d’argent. Mais leurs efforts sont restés vains, le seul indice dont ils disposent pour appâter et démasquer l’énigmatique criminel étant sa passion pour les rodéos. Le temps presse, Brian semble être le seul espoir… »

synopsis du film extrait de Allo ciné

L’idée n’est pas de refaire une révue de ce film que vous avez vu en 2003 mais de vous conter une anecdote qui s’y rapporte.

A la sortie de la version 2 du film, je me suis dit super, il a l’air très intéressant. C’est un film à voir. Trop distraite et constamment en train de planer ( je ne fume pas d’herbe, je vous rassure), je n’avais pas fait le rapprochement avec la version n°1  vue sur Canal plus.

J’invite donc mon homme au cinéma pour le voir. Tout va bien jusqu’au moment où le film démarre en grande pompe par la course auto…

Mes battements cardiaques s’accélèrent, je commence à manquer d’air, je transpire, je m’aggrippe au bras gauche de mon mari…, il me demande ce qui ne va pas,

« je veux sortir, je me sens mal »

« Tu as peur ma chérie? Tu n’as aucune raison d’avoir peur, ce n’est qu’une course de voiture.. »

Mon coeur tambourine dans ma poitrine. Je n’avais jamais connu cela auparavant. Etait ce l’effet Dolbie Stéréo. Ou le bruit des voitures ou des tirs qui vont s’en suivre?

Les palpitations sont à leur paroxysme et Monsieur qui apprécie mon cadeau (parce que c’était moi qui invitais), rie de moi. Il croit que j’ai peur comme pour un film d’horreur, je veux m’en aller, il ne comprend pas l’état dans lequel je me trouve et j’ai subi  jusqu’à la fin de la projection les yeux fermés, en train de m’octroyer un semblant de séance de yoga pour maitriser ma respiration et mon rythme cardiaque.

Décidement c’était 2 fast and 2 furious pour moi. J’apprécie énormément ses deux acteurs; je pense que le contexte en est la cause, pas étonnant que mon mari me croit « folle », il dit même que j’ai dû recevoir une noix de coco sur la tête.

J’avoue, je suis parfois imprévisible, mais chacun à ses petits jardins secrets n’est ce pas?

J’ai bien dû réveiller mes invités au cinéma une fois alors que je les avais invités à voir un bon film de Woody Allen.

Suis je vraiment la seule à réagir de la sorte ou en avez vous des bonnes à me raconter?