Art digital

Je m’amuse à l’art digital. C’est fou comment à partir d’un image l’on arrive à créer de belles « oeuvres d’art ».

Comment à partir d’un objet, gommer, colorier, manipuler, distordre, peindre…, finir avec un résultat satisfaisant?

C’est très distrayant, apaisant, un moment de détente où vous laissez libre cours à votre imaginaire et votre sensibilité créative.

Voilà : A partir d’une roche, j’arrive à ça!

C’est un extrait de la série MUTATIONS intitulé

EXPLOSION

Vous avez aussi ENVOUTEMENT dans la serie REGARDS

Les regards me passionnent. Partout où je peux capter un regard, je n’hésite pas. Mon stock de regards m’aide pour mes créations.

Ici pour Envoutement, j’ai scanné un morceau de visage. La courbe de couleur donne cette expression intense du regard.

Laissez vous envoûter et allez voir toutes mes créations sur Culture inside.

 

http://www.cultureinside.com/fr/member-profile.aspx/Member/kaefce/

 

Gaffe à ne pas faire…

Que l’on fait!!

L’une des plus grosses que j’ai jamais faites? Le jour où j’ai failli déclarer que le futur bébé de ma voisine n’était pas de son mari. On ne m’a pas surnomée Miss Gaffe pour rien.

Mais je ne suis pas la seule. Vous avez tous fait une grosse gaffe un jour où l’autre. C’est pour cela que j’ai été indulgente avec une de mes meilleures amies il y a deux ans. Avant tout il faut savoir que nos liens sont particuliers. Elle est du genre à s’inquiéter si je ne lui ai pas téléphoné une seule fois en une semaine. Et habite à deux pas de chez moi.

Des gaffes, elle en fait pleins, comme moi, comme vous. Mais la plus flippante et la plus innatendue c’est celle qu’elle m’a servie à la clinique.

Je sortais d’une lourde intervention. J’avais mis un an et demi à me décider. Puis je me suis jetée à l’eau, en me disant:

 » Quoi que je fasse, le résultat sera peut être le même. Ou je fais l’autruche jusqu’à ce qu’il n’y ai plus d’issue, ou je brave l’intervention chirurgicale avec tous ses risques ».

Et je l’ai fait.

A mon réveil, j’ai rémercié le ciel d’être encore de ce monde.

Ma meilleure amie vient alors me rendre visite, le jour même, dans l’après midi. Au moment où j’ai encore le drain dans le coup, avec un énorme pansement et que je me réjouis d’avoir survécu, que tout le monde est aux petits soins pour moi, qu’on me plaint,  que l’on on m’installe les fleurs, mon ami va faire une de ces gaffes dont elle est championne.

Nous rions, j’oublie un court instant mon état. Puis, soudain, elle arrête de ranger les fleurs, me regarde et l’air innocent, et je suis convaincue que c’était innocent? elle m’interroge :

« Alors? »

« alors quoi? »

« le kyste, il a été analysé? »

« Ah, il est parti à l’analyse.  on attend les résultats ».

« Et si c’était un cancer? »

Comme une douche froide, elle m’a ramenée à la réalité, à la peur du pire.

« Je suis sûre que ce n’est pas une tumeur. »

Mais elle insiste.

« Et si c’en était une? »

Alors tout le monde, son mari, le mien, son fils, arrêtent de parler et attendent ma réponse. Alors, d’un ton très rassurant et convaincant, je lui ai répondu :

« Et alors que veux tu que je fasse? Si on me dit que c’est une tumeur, j’assume. Je ne vais pas me pendre avant que la mort ne m’emporte non? »

Son mari était tout rose et j’ai constaté que la sueur perlait à son front.

J’ai martelé que je ne craignais rien et que même si on m’annonçait que j’avais une tumeur, je croquerais le reste de ma vie à pleine dent jusqu’à la dernière seconde.

Et je crois qu’elle a été satisfaite par la réponse, sans se douter une seule fois que après mon intervention, c’était de loin la question à laquelle j’avais envie de répondre.

Elle a conclu :

« T’en fais pas », et pour enfoncer le clou:

 » tu n’y peux rien de toutes façons, si c’est un cancer. »

Au fond de moi, j’ai dit: évidemment que je n’y peux rien, et ce n’était pas lla peine de me le rappeler non plus.

Jusqu’à ce jour, je sais qu’elle n’a pas réalisé une seconde la teneur de sa question. Elle est ainsi, comme moi, comme certains d’entre vous. Parfois ça sort. On n’a pas fait gaffe! Mais la gaffe est là. Si on peut la rattraper, c’est bien, sinon il ne reste plus qu’à s’en accomoder et à payer le prix de sa gaffe.

Vos plus belles gaffes à vous?

La mode c’est vous

Imaginez un défilé, un grand. Tous sans exception, sont invités à y participer.

Vous avez plusieurs looks de référence. Vous vous appuyez sur ces looks, vous en crééz un bien à vous.

Vous défilez devant les Galéries Lafayette.  On vous photographie. Vous voilà mannequin éphémère ou mannequin potentiel.

Vous rêvez de glamour et de podium. L’occasion est là, devant les Galéries. Profitez- en.

Bonne chance à tous.

http://lamodecestvous.com/

Vacances très actives!!

Je l’avais compris depuis très longtemps, mais je jouais encore à celle qui n’avait pas vraiment saisi.

Nous parlons des vacances bien sûr. Faisons une simple comparaison. Au nord et et sud, les vacances n’ont pas l’air d’avoir le même sens pour tout le monde. Même pour ceux qui prônent la farniente, les vacances restent assez actives.

J’ai mis du temps à m’y accoutumer, aujourd’hui, on pourrait m’attribuer une médaille. Comme beaucoup de mes compatriotes, les vacances sont devenues une seconde phase d’hyperactivité, trépidante dont on revient parfois épuisé.

J’ai voulu aller à contre courant cette année. Me disant, » et si nous n’allions pas en vacances? »

Echec. J’ai fini par céder. En trainant un peu les pieds. Monsieur a mis la pression. Il faut choisir la destination, décider de ce que l’on va faire? En plus, avec tout ce que j’avais vécu pendant trois mois (la guerre), et qui risque de reprendre,  mon coeur n’y était pas vraiment.

Finalement j’ai dit  » pourquoi pas? » Puis, j’ai répondu : « comme tu veux ».

Et quand il m’a dit « Côte d’Azur », je me suis dis chouette, je vais revoir la Côte de mon voyage de noce.

Nous y voilà donc.

Dans le club où nous avions réservé, l’activité qui me plaisait le plus, c’était le sport : étirement, abdo, fessier, zumba, charleston et je passe.

Tous les matins donc, de neuf heures à onze heures, j’arrivais la première avec ma serviette et ma bouteille d’eau. Pile au rendez vous, comme pour faire l’ouverture d’un cabinet médical.  Et je sautillais, je m’étirais, je faisais des abdos, je dansais la samba, le country, etc, etc.

Vous allez croire que à onze heure, ça va être maintenant les vacances? Eh bien non. Nous voilà plongés dans les prospectus pour sélectionner et organiser les visites culturelles et les activités plages avec les enfants.

Il fait 35° à 40° degrés à l’ombre et il y a ceux qui veulent aller bronzer à la plage, et moi qui préfère visiter. Mais tout ça, si j’étais honnête, j’avouerais que ce ne sont pas des vacances. Les vacances, avant de m’intégrer ici, c’était le repos bien mérité. Les retrouvailles avec parents et enfants, la famille au sens élargi, où on discute à l’ombre, sans se prendre la tête, où on peut faire la sieste, lire si l’on n’a pas envie de dormir.

Les vacances, dans ma tête d’africaine, c’est la période où l’on se repose pour revenir détendu, ressourcé.

Nous avons fait parfois 3 heures aller et retour pour visiter une grotte, un lac, une ville. Je ne regrette rien. J’adore voyager, voir des endroits surprenants mais je rêve aussi de vacances calmes où je prends un livre, je me détends avec des mots, des phrases, des vacances où je me lève le matin, je lis mon manuscrit à l’ombre d’un cocotier, sur la terrasse Des vacances où on ne m’interrompt pas pour charger la voiture de tapis de plage, de serviettes d’huile bronzante…

Aller en vacances à la mer, et rester une heure minimum sur un muret en béton, pendant que les autres se prélassent dans le sable et s’abiment la peau? Très peu pour moi.

Mais la société moderne le veut ainsi. Pour l’instant je subis.

Un jour peut être, mes vacances se limiteront aux photos et vidéos de voyages et ce jour là je serai la plus heureuse des vacancières.

En attendant, je continue à faire comme tout les autres. Déplacer  une partie de mon stress d’un endroit à l’autre. Eh oui. C’est cela qui me permet de partager avec vous mes images capturées ici et là.

Pique nique pour une bonne cause

Une bibliothèque pour le Lycée de Toulépleu.

Souvenez vous, il y a un an, je vous racontais mes périples à Toulépleu pour rapporter les médicaments collectés auprès des sympatisants pour l’Association Synergie Toulépleu (anciennement ARTP).

Nous avions démarré la mise en place d’un autre projet : réaménager la bibliothèque du Lycée, lorsque la guerre a éclaté. Aujourd’hui, la vie reprend petit à petit dans la ville, le projet prendra une autre orientation, mais nous voulons rester motivés pour cette cause et celles à venir.

Ce week end, l’association a organisé un picnic pour nous retrouver, amis et membres de l’association, tous ceux qui nous ont soutenus avant et pendant la crise, et qui comptent travailler avec nous.

L’idée de ce picnic c’est de partager un repas et une journée ensoleillée ensemble, avec, pour seul critère, une petite participation libre pour ceux qui le souhaitent.

Notre slogan, c’est :FAIRE PLUS AVEC PEU.

La cagnotte aide à couvrir les faux frais du fonctionnement de l’association.

Bref. Ce week end donc, nous avons comme tous les ans, réuni une cinquantaine, adultes et enfants, à Trocadero. Il y en aura d’autre en intérieur par mauvais temps. La journée a été merveilleuse. Nous nous sommes séparés vers 18 heures trente, heureux et satisfaits pour la cagnotte.

Quelques images pour vous donner un aperçu de la journée. Et des vidéos sur WAT TV.

BOnne journé à tous.

Hellocoton et moi!

Ai je la poisse ou suis je trop nulle pour comprendre toutes ces choses…

Voilà. Depuis hier, je ne peux accéder à mon compte hellocoton.

En googlisant mon pseudo, je tombe tout de même sur un de mes articles.http://www.hellocoton.fr/coeur-meurtri-sans-terre-2460320 et lorsque je clique sur « lisez l’article », je tombe sur ce blog

http://larecessionista.fr/2011/02/jai-cede-a-la-mode-du-noeud-pap/

Aidez moi à comprendre.

Et surtout le rapport entre https://willykean.com/2011/04/01/coeur-meurtri-sans-terre/ et la recessionista.

Est ce la recessionista qui est en cause ou y a t il un souci sur hellocoton. Urgent car j’aimerais bien savoir comment me connecter et démêler cet imbroglio.

Bonne journée

J’aime les Cougars

Attention, que l’on ne se meprenne pas!!
C’est le titre de mon article, pas une déclaration.
Eh oui, important de faire la lumière là dessus; mon blog est déjà estampillé « site cougar », alors, n’en rajoutez pas.
Bref.
Pour tous les désireux de rencontrer une Cougar, Audrey, de l’émission « A chacun son histoire« , la nouvelle émission de documentaires télévisés, recherche des personnes susceptibles de vouloir témoigner autour de cette thématique:
Je suis un jeune homme et j’aime les femmes plus mûres
Si vous êtes concernés et que vous souhaitez lui faire part de votre histoire, n’hésitez pas à la contacter.
COntact : Audrey 01 56 33 53 07 ou par mail audrey.documentaire@gmail.com

L’art au naturel

Ouvre les yeux, regarde autour de toi et tu verras que la nature fait des merveilles.

Heureusement d’ailleurs que cela est possible. Que serait le monde sinon?

La nature est l’échapatoire idéal pour oublier les misères du monde, les guerres, la tristesse, la cupidité de certains êtres.

La marche est un moment de détente. Il n’est pas forcément besoin d’aller dans une salle de sport; Une simple promenade peut valoir une visite de musée ou une séance de gymnastique.

Le week end dernier, entre deux photos de groupe et quelques verres d’appéritif, j’ai marché dans la petite ville où nous avions réservé une chambre.

Comme toujours, j’ai été attirée par une église.

Malheureusement je n’ai pas pu visiter l’intérieur. Il y avait la messe.

 

Et au décours d’une rue, je me suis retrouvée sous cet arbre. Sa taille, l’enchevêtrement des branches, sa situation, m’a beaucoup impressionnée.

Tout pouvait porter à croire qu’il avait été planté là, telle une toile à un mur. J’ai réalisé que l’art se trouvait partout ou l’on posait les yeux. Il suffit de savoir regarder.

Bon dimanche!