Honte à moi!

Que peut il bien arriver à Willykean chez le coiffeur un jeudi après midi?

La Honte grave! ça c’est ma fille qui le dit, pas moi. Moi j’étais tellementée que j’ai été incapable de faire un seul commentaire.

Demain j’ai rendez vous, un rendez vous important. Pour l’occasion, ma soeur insiste ou devrais ‘je dire exige que j’aille chez le coiffeur. Rendez vous est pris pour 13 heures. Avec numéro de portable de la coiffeuse et tout. La veille je prépare tout, pardon je crois avoir tout préparé. Sac à main, portefeuille…

Je dois vous dire que ce portefeuille m’en veut. Eh bien hier je vais à la poste retirer un colis pour ma fille. Je prends un ticket, je me mets dans la file. Au moment de récupérer le colis, je réalise que mon portefeuille n’est pas dans mon sac à main. Je repars chez moi. j’ai fini par le retrouver dans mon autre sac à main. Celui qui a accessorisé ma robe pour aller à la soirée disco de samedi dernier. Et je ne vous montre pas ce soir la chose précieuse qui m’a valu deux allers retours à la poste: une cuillère à nutella, gagnée à un jeu par ma championne d’Elodie.

Bref. J’arrive donc chez la coiffeuse. On s’occupe de moi. Je suis la soeur de Gertrude, je l’appelle Gertrude. Avant la pose des rajouts, je passe un coup de fil à ma soeur. Elle me dit le type de mèches et le numéro de série. Il faut payer et là. Oh mon dieu!

Mon sac à main est presque vide. Pas de portefeuille. Rien que le chéquier, le salon ne prend pas de chèque. La poisse. Chez nous on dit le drap. Un vrai drap mes chérieeeeeeee comme dirait Christina Cordula.

Que faire. J’appelle ma soeur, la numéro deux.  Malheurement elle est en vadrouille avec son amoureux. J’appelle ma cousine, elle garde le bébé de sa meilleure amie. Je rappelle ma soeur Gertrude. Ouf! ça s’arrange; la coiffeuse la connait très bien, une cliente privilégiée, vingt ans de fidélité. Elle me pose mes rajouts et se fait régler la note mardi prochain.

La poisse je vous dis. Alors je téléphone à mes enfants. Tellement paniquée que je me croyais déjà vendredi. Appelle en discontinu à la maison. Comme si mon Harold saurait retrouver mon portefeuille entre deux avatars et son jeux vidéo.

La première à me rappeler fût Elodie, pour me remonter gentillement les bretelles.

« Mamaannnnnnn, tu oublies que nous sommes jeudi! » et comment tu as pu perdre ton portefeuille? »

Oui, parfois ce sont les enfants qui grondent les parents.

Sur quoi je lui demande de vérifier déjà dans ma chambre si le portefeuille s’y trouve. Figurez vous qu’il était posé délicatement sur le lit.

Et je suis sortie du salon le visage fermé même si j’ai pu me trouver belle lorsque l’apprentie coiffeuse m’a placé un deuxième miroir derriere afin que je puisse me voir sous toutes les  coutures.

Voilà, tous ces tracas pour la journée de demain. Séance photos chez Adamence, le diamant qui sait communiquer avec les femmes.

Midinette ou femme de pouvoir

Tu fais Gouvernement!

Cela faisait un moment que les triplés ne m’avaient pas sorti des phrases de ce genre! C’est vrai, parfois je me demande où ils vont chercher tout ça. Si ce n’est pas pour me parler des métrosexuels ou des ipod ou je ne sais quoi d’autre, c’est pour faire des comparaisons assez étonnantes.

Dimanche dernier nous sommes invités à l’anniversaire de mimi, le fils de ma meilleure amie. Juste pour le gâteau. Bon c’est un anniversaire d’enfant mais j’avais très envie de me faire belle.

Une paire d’escarpins en daim noirs, une robe rouge qui se noue devant sur la poitrine, longueur genou (ça fera un peu habillée mais pas trop, sage), les cheveux? J’ai accordé une attention toute particulière à ma coiffure. Cela faisait deux mois que je les portais longs (des rajouts), tressés; ils tombaient en cascade autour de mon visage comme j’aime. Là j’ai dit on change de tête; exit les rajouts: la veille je les ai tous defaits. Cet après midi là, un léger broaching pour leur donner une forme, puis balayé de la main pour leur donner un air de pas apprêté, parce que je n’aime pas avoir la tête trop bien arrangée, figée, si on veut, ( j’aime être libre, libre dans mes mouvements, libre avec ma tête) bref. Une touche de rouge sur les lèvres et nous voilà partis.

Pas le sempiternel rituel du genre, comment me trouvez vous? Nous partons à l’anniversaire de Mimi. Je sonne, la porte s’ouvre et là. Oooooooooh, tes cheveux, ah c’est superbe, oh tu es magnifique, ça te va bien! Un des papas, dit en plaisantant à mon homme:

« toi le vieux que fais-tu auprès de la jeunette ».

et lui:  » arrêtez sinon nous allons devoir la porter au retour (sous entendu que j’aurai tellement les chevilles enflées que j’aurais beaucoup de peine à marcher jusqu’à l’appartement au retour)

Je suis toute chocolat. Je fais le mannequin, perchée sur mes talons aiguilles. Les enfants me regardent avec un sourire en coin.

La fête est finie, nous sommes de retour chez nous. Ma fille E revient sur l’épisode de la coupe de cheveux.

« je n’ai rien compris à leur attitude! »

« Quelle attitude? »

« Pourquoi s’excitaient- ils autant, pour ta coupe de cheveux? ».

« Quoi ma coupe, comment la trouves-tu? », la question fatidique.

« Je ne comprends vraiment pas pourquoi ils prétendent que ça fait midinette, que ça rajeunit, que papa ne devrait pas te suivre…. »

 » ah oui, alors comment tu me trouves, toi? »

« Rien que ta coiffure? »

« Moi je trouve que ça fait Gouvernement »,

« Comment ça Gouvernement? »

« Mais ça fait, justice, Rachid Dati! »

A cette annonce, sa soeur et moi étions tordues de rire.

C la reprend  » d’abord C’est Rachida Dati et non Rachid Dati »

« Wè Rachida Dati, pour moi ça te fait un look comme elle. »

Et moi qui rêve de faire mon entrée au Gouvernement! J’en rêve depuis longtemps, c’est vrai et j’ignore pourquoi. Il faudrait que j’ai un bon background; J’ai failli l’être une fois. En Allemagne, toujours avec cheveux courts et des lunettes. A croire que pour être au Gouvernement il faut avoir les cheveux courts. On me l’a déjà dit. La première fois, sur un pari, je me suis fait passer pour le ministre de la culture de mon pays d’origine  et ça a presque marché.

Mais là au Gouvernement, j’ai un large choix de looks; je peux changer à ma guise. Je pourrais faire Rama Yade aussi pouquoi pas.

S’il ne suffisait que d’une coupe pour avoir le profil du métier….

Mais bon entre mes triplés et moi, c’est une histoire de la vérité si je mens.

On passe souvent de la crise d’hystérie, du rire, aux larmes!

Et j’aime ça!!