Cote d’Ivoire is burning!

Poème de Dr Sanga Sur Ivorian

07/04/2011 at 21:31

Cote d’Ivoire is Burning

They killed my ancestors, nobody said anything

They are now killing my parents, nobody says anything

They will kill my kids tomorrow, nobody will say anything

They will keep on killing my grand sons, nobody will still say anything

They are waiting millions to die andthey may not say anything

They throw their million euros bombs on people who just eat once a day

They fly their million Euro war machines over people who struggle to get the poverty from their way

They scare the baby orphan seating on the floor looking for his parents far away

They don’t care about babies like you anyways

They killed all people in my village

They burn the school that taught me how to open a page

What could i  do to save my memory, so far and with my age?

I pray hoping God will hear my prayers night and day seating in my cage

God also may not say anything

Because Jesus was killed without he said anything

They have probably killed him without saying anything

Because these people are capable for anything

That’s why i won’t say anything

God bless Cote d’Ivoire

Ils sont 20 membres de ma famille refugiés dans une maison, Nous sommes toujours sans nouvelle d’eux. La dernière fois que quelqu’un leur a parlé, ils chuchotaient au téléphone, de peur de se faire répérer par les rebelles en patrouille dans le quartier.

Dans un autre quartier de Yopougon, mon père, entouré d’une de ses filles et quatre petis enfants. Bombardés? assasssinés par les rebelles républicains? Morts de faim et de soif, de maladie? Mon père a quatre vingt cinq ans.  Et la télé montre ici, les exploits de l’armée française, qui bombarde soit disant des sites militaires uniquement.

Une autre de mes soeurs a bingerville, pas loin du camp militaire Akouedo, tous en vie avec en héritage un obus détourné par la pluie et le vent, tombé juste derrière chez elle sans exploser. Voilà comment l’on vient au secours des populations « opprimées ». Et cela s’applaudit à l’assemblée nationale.

Mais, pourquoi parlerait-on d’eux, ces bébés, cette femme centenaire, ces femmes qui ont déjà dû abandonner leur biens à l’ouest?. (Ils ont tous fait clan autour d’elle car personne ne voulait fuir en l’abandonnant à son triste sort). Leur crime? être de l’ouest, et donc susceptibles d’être des mercenaires, ou des patriotes potentiels.

Continuer de fermer les yeux, continuer de mentir au monde pour justifier vos crimes. Assassinez tous mon peuple, la vérité finira par triompher.

La guerre est devenue un prétexte pour faire étalage de ses armes,  pour faire une démonstration de force. Mais ce n’est pas grave. On nous promet un programme de RECONCILIATION et de PARDON. Très généreux n’est ce pas?

Comme c’est drôle; je crois avoir pleuré toutes les larmes de mon corps car subitement, depuis hier je ne pleure plus. Mais peut être est-ce une accalmie passagère. Qu’en sera t-il lorsque je retrouverai les vingt six membres de ma famille morts ou en vie?

Demain nous le dira.

Bonne journée!

Polyglotte en sursis

Pour ceux qui suivent déjà l’évolution des événements en côte d’ivoire, vous savez que une partie de ma famille a fuit vers le sud ouest.

Eh bien! ma tante, celle qui a facilité le transfert là bas, a été rappellée par ses collègues (elle est sage femme), pour soit disant reprendre le travail. La situation était pire que avant sa fuite. La population (femmes enceintes et bébés) avait t-elle vraiment besoin d’elle?

Nous ne le saurons jamais. Le fait est que à son retour dans la ville pour reprendre son service, elle a trouvé une situation pire qu’avant son départ. Fuite à nouveau. Pas de chance cette fois. Leur autocar a été arrêté entre les deux villes: Guiglo et Duékoué, les hommes ont été débarqués et exécutés sans sommation. Les femmes devaient prouver leur appartenance ethnique. Ma tante, qui parle au moins trois ethnies et le français, s’est dit appartenant à un autre groupe ethnique qui n’est pas le sien. Elle a dû le prouver en conversant avec un des rebelles.

Résultats, en vie mais renvoyée dans un village qui n’est pas le sien. Depuis, ses enfants sont dans le sud ouest et elle à des kilomètres en arrière de son lieu de résidence habituel.  Jusqu’à quand, aucune idée. Pour l’instant, elle est en vie.

Et pour les journaux qui font l’autruche, ceux qui ont l’air de dire que les massacres seraient une affabulation de l’autre camp, ceux qui trouvent normal que des bébés se fassent égorger, que des femmes soient éventrées et que rentrer dans les maisons, demander les pièces d’identité des gens et les égorger est le moyens de gagner le coeur des citoyens, à ces sous journalistes, je dis : la honte finit parfois par mener l’Homme à la tombe. Si vous avez une conscience et une vraie éthique, vous auriez eu le courage, comme la BBC, de vous rendre sur le terrain pour voir de quoi vous parlez. Mais ce n’est pas votre faute, la honte et l’humanité, vous ne connaissez pas, et puisque les coups ne sont pas portés à vos proches, je peux comprendre, à regret pour vous, que vous piétiniez des vies humaines de la sorte.

Parce que la parole n’appartient pas qu’à ceux qui sont soutenus par une communauté internationale et ses maîtres du monde.

Ps: Trois jours que je n’ai pas de nouvelles de 26 membres de ma famille. Leurs téléphones ne répondent plus. J’ose espérer que c’est dû aux pannes. Cela pourrait aussi être des pauvres gens tombés sous les bombardements. Mais là aussi, on pourrait peut être accuser le corps de mon père, 85 ans, malade de la prostate, affamé depuis des semaines, sans soins, sans eau. Après tout, aujourd’hui femmes, hommes et nourissons sont classés « MERCENAIRE »? Nos maîtres l’ont dit. Alors ils le méritent, n’est ce pas?

Bonne soirée

Blue Helmets and france army bombing civilians in Ivory Coast

BLue helmet bombers

Et ce qui doit arriver arriva.

Les casques bleus, l’armée française et les rebelles massacrent la population.

Hier, j’étais la femme au bord de la crise de nerfs. Entre pleurs, cris et messages mails et forums, je ne suis pas sûre d’avoir pleuré toutes les larmes de mon corps. Une de mes amies est sous temesta, moi je me dope au doliprane, le courage manque par moment. Mes enfants ne savent plus que faire. Ce soir mon frère m’a appellé, il courait, il courait pour aller je ne sais où. Après les tueries d’il y a deux jours, on leur a promis pire. Alors il a bravé sa peur pour tenter de retarder sa mort.

Il a réussi, pour l’instant. réussi à aller se réfugier un peu plus loin. Mais demain, le « un peu plus loin » sera peut être sa tombe.

Pendant que les casques bleus, les légionnaires et la force licorne bombardent le pays (ils ont déjà fait plus de 2000 morts en deux jours) pour instaurer leur démocratie.

Demain est un autre jour.

PS: à ce Monsieur, l’historien qui déclarait hier à la télé de grande écoute, que le café et le cacao, » ça pousse n’importe comment en brousse », je dirais qu’il doit lire un peu plus, et s’informer avant de faire ce genre de déclaration à la télé. Je me demande même s’il sait à quoi ressemble un cacaoyer ou un caféyier. Si le café et le cacao poussaient n’importe comment, certains, qui nous le volent aujourd’hui, attendraient que ça pousse « n’importe comment » chez eux.

Quant aux titres fonciers. Lorsqu’on nous déclare, toujours le même individu que le temps est révolu où l’on détient des terres sur des générations, je réponds encore que la royauté n’existe plus ici depuis longtemps pourtant, nous avons tous les descendants des rois qui sont propriétaires de leurs chateaux, leurs domaines et leurs terres.

Alors, les terres de mes ancêtres resteront mes terres tant qu’il me reste encore un souffle de vie. Aucune loi ne dit que après avoir égorgé des populations, n’importe qui avait le droit de s’installer où bon lui semble.

Et enfin, les massacres banalisés à l’ouest sous prétexte que c’est la guerre.  J’ai vu cette horrible vidéo hier soir qui montrait un pauvre homme qui pourrait avoir l’âge de mon père, qui se faisait flamber comme un méchoui.

Alors, à ces Messieurs, je dis, lorsque vous n’avez rien à dire, inutile de venir sur des plateaux télé pour déverser des inepties.

Protection des civils: priorité des Nations Unis./ Civilians protection is the main target for United nations

What would it be if that was not the case?

http://cdnmo.coveritlive.com

People executed in Blolékin, Côte d’Ivoire.

That is the new democraty we are being slaughtered for!!

Sophie Langlois parle des massacres à l’ouest de la Côte d’Ivoire

A tous ces journalistes qui ont une éthique et une conscience, à tous ceux qui ne reprennent pas en coeur ce que l’on leur dicte.

Votre métier c’est: investigation, récolte de faits vérifiés, rédaction dans le strict respect de votre éthique et de l’information.

Votre rôle c’est de faire la lumière sur la véracité des faits contemporains et historiques, mais je ne vous en veux pas, nous savons tous aussi que la guerre psychologique  prévaut en situation de crise et que beaucoup parmi vous sont tenus par les politiques.

Je sais aussi et j’ose espérer qu’il en reste encore, qui ont réussi à préserver leur intégrité et qui finiront par dire la vérité, les vérités.

Car depuis 2002, sur les grandes chaînes, il est question d’un seul individu, machiavélique, despote, assassin, et avec lui, toute une région.  Il est question de confronter deux réligions, et ils ont fini par gagner.

Des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants massacrées à l’ouest? Passé sous silence. Les journalistes n’avaient plus de plume pour écrire, ni de caméra pour filmer. Et même lorsque quelqu’un d’autre d’autre l’a fait à leur place, ils n’ont pas daigné le montrer, montrer la terrible vérité au grand public.

Visionnez cette vidéo.

http://video-express.ricmedia.org/play/?p=522

Faites comme Sophie Langlois, parlez de ce que vous savez, allez sur le terrain, ne vous contentez pas de copier ce que d’autres ont reçu. Ne passez pas votre temps à relayer une information formatée et traitée par d’autres.

Oui parce les politiques devaient justifier leur actes.

Justifier le bombardement des cités universitaires à COcody, à Port Bouet, à la Riviera.

La commando invisible sévit  dans la capitale? Pourquoi s’en faire, c’est normal puisque le président sortant refuse de céder le pouvoir.

Les ébriés se font massacrer dans leurs villages. Pourquoi s’en faire? C’est normal puisque le président sortant ne veut pas céder le pouvoir.

Les civils essayant de fuir les zones de combats se font intercepter et massacrer sur les routes. C’est normal puisque l’ancien président refuse de céder le pouvoir.

Je sais qu’en temps de guerre, la logique n’intervient plus. Mais  ne nous parlez pas de human rights, de Onu, de Tribunal pénal international lorsque des populations se font massacrer dans une région avec des bases militaires à vol d’oiseau.

Ils ne veulent voir que ce qu’ils ont envie de voir.

La question que je me pose c’est, puisqu’ils s’inquiétent tellement du bonheur des ivoiriens, que feront ils pour faire oublier que au pouvoir, face à eux, demain les heureux ivoiriens rescapés verront des gens qui ont massacré leur frères, leurs mères, leurs enfants, leurs familles?

Ou alors est-ce une côte d’ivoire avec un seul groupe ethnique qu’ils ont envie de créer?

Ou bien chercheront- ils demain à lutter pour un autre, si celui-là pour qui ils ont été si permissifs ne leur convenait plus?

Si j’étais journaliste, voilà les questions que j’oserais poser aux dirigeants de ce monde.

L’ONU craint de graves violations des droits de l’homme par les pro ouattara

Exaction et crimes impunis à l’ouest

Devrait on dire merci? Devrait on les acclamer?

Alors que le pays est suspendu depuis ce matin à l’issu de la boucherie qui a lieu à abidjan, l’ONU peut dire enfin qu’il croit qu’il y a des exactions à l’ouest et partout dans le pays. A quoi cela servira t-il? Aux cadavres?

Nous n’avions pas voulu entendre, nous n’avions pas voulu voir, nous n’avons pas voulu punir et mettre un frein à ce qui ne pouvait être une démocratie. Et aujourd’hui 1 avril 2011, alors que le pays est en feu, que les populations terrorisées meurent de faim, il osent dire enfin qu’ils croient que les droits de l’homme ne sont pas respectés?

A quoi cela nous servirait aujourd’hui?

Ils ont soutenu, armé, encouragé, vont ils ressuciter les morts?

Que veulent ils faire de leurs enquêtes tardives alors que jusqu’à maintenant ils n’ont voulu voir que derrière leurs ornières,

Désarmer les démocrates?

L’ONU  peut se soulager du poids de ses cachoteries, de ses mensonges, de la politique intéressée, cela ne rachetera pas leur âme, s’ils en ont une, du chaos qu’ils ont crée dans ce pays et partout ailleurs.

Je ne leur dis pas merci!!

Dernier exode

Deux appels de mon frère. Je ne l’ai pas appellé depuis les derniers caprices de sa femme. Ils avaient leur chance, Madame ne voulait pas partir…

Aujourd’hui ils ont la mort aux fesses. les combats sont rudes à cinq minutes de leur habitation. Mais ils fuient plutôt les exactions. Mère et enfants sont partis d’un côté, mon frère de l’autre, qui joue à Jack Bower. Depuis deux jours il ne dort plus deux fois de suite au même endroit, et n’a aucune chance de quitter la zone où il vit.

J’ai pu lui dire tout le mal que je pensais de lui et sa femme. et ça m’a soulagée.

Par contre, cela ne dit pas où trouver ma mère, mes trois neveux et ma belle soeur que je déteste de plus en plus.

Il ne me reste plus qu’à prier. Prier afin qu’ils trouvent un endroit où se cacher.

Pendant ce temps, le pays est à nouveau à la Une des médias. Je vous l’avais dit. Beaucoup de sang, beaucoup de morts, beaucoup de viol (autre arme de guerre), et vous êtes sûre de faire la Une.

Sauf que depuis toujours, nous citoyens d’ici, ignorons que pendant que toutes ces forces marchent sur le palais présidentiel, on ne vous montre pas la pauvre maman qui prend la fuite avec ses petits enfants dont un de six mois.

Ce n’est pas grave. Ce sont des animaux, ils peuvent se faire égorger, parce qu’ils sont de l’ouest. Violer une adolescente de 11 ans qui fuit au Libéria avec sa tante, pour en échange, leur laisser la vie sauve, ça aussi ce n’est pas grave. Ce ne sont que des descendants d’animaux.

On peut tout leur faire subir, cela aussi n’est pas grave. Ils ne peuvent pas souffrir, ce ne sont pas des êtres humains qui vaillent la peine que l’on parle d’eux, ils n’ont pas besoin dêtre protégés ceux là, ce sont des animaux sauvages. Lorsque vous les égorgez, ce n’est pas du sang qui coule de leur veine. Personne ne les pleurera.

Mais demain la démocratie s’instaurera par la force, on aura tout oublié, les vainqueurs crieront victoire, les maîtres seront satisfaits et les chiens n’auront plus qu’à venir au pied.

Une démocratie au gôut amer. Espérons que demain, les gentils ne deviendront pas des Khadaffi, qu’il faudra bombarder en masse!!!

Quelle démocratie!

Coeur Meurtri sans terre!

Je ne dirais pas pays car demain je ne sais qui dirigera mon pays natal.  La force Licorne, les Etats unis, l’ Ecomog, un prisonnier sorti de la MACA, ou tous ces soldats débarqués en nombre en Côte d’Ivoire.

Mes terres ne m’appartiennent plus désormais. Pourquoi?

Après le massacre des populations en 2004 certains paysans ont bravé la terreur pour reprendre le chemin de leurs plantations :

 – femmes surprises et violées dans les champs,

– jeunes gens tombés dans des guets à pens et égorgés dans la forêt,

– confrontations sanglantes entre paysans propriétaires terriens et expropriateurs

Nous n’avons jamais vu les bons samaritains, qui oeuvrent pour le bien être des paysans, de la population.

Où étaient ils lorsque les miens à l’ouest, fuyaient les tueries en 2002? Où étaient t-ils lorsqu’ils ont dû fuir encore cette fois leurs maisons et leurs terres?

Où étaient ils lorsque des sympathisants de leur candidat pointaient du doigt le Guéré. (le groupe ethnique dont je fais partie), lorsqu’ils ont écrasé, brûlé, tué?

Ils ne pouvaient rien voir, occupés à combattre eux mêmes.

Le pire, c’est que même au sein des communautés, pour une poignée de francs CFA, certains sont prêts à vendre père et mère. Pas étonnant si l’on sait que les banques, la poste, et tous moyens officiels de transaction ont été fermés sur l’ordre de la gentille communauté internationale. Tout ça c’est pour le bien du peuple.

Qu’est devenue ma mère patrie?

Sommes nous en présence de la volonté d’un peuple lorsque :

 la force licorne prend l’aéroport d’abidjan,

lorsque la force licorne  roule au devant des rebelles démocratiques.

Lorsque pendant des manifestations « pacifiques », on est surpris de voir un lance rocket sur l’épaule d’un manifestant?

Ces questionnements n’ont plus aucun intérêt aujourd’hui. Je ne fais qu’un bref récapitulatif de la situation.

Aujourd’hui l’exode est terminé.

Réunis à moitié à Abidjan la capitale, une partie de la famille a décidé de rester là.

 » ils m’ont dit: « nous en avons assez de fuir. s’il faut mourir, nous préférons mourir là où nous sommes. On ne peut pas mourir de plusieurs façons. A la machette ou à tir de canon, un mort est mort »

Celle qui a fui avec quelques enfants au sud ouest (San pedro) est réfugiée depuis hier dans une église. elle m’a dit :

 » nous nous sommes réfugiés à l’église, le pire c’est que les rebelles ne contrôlent plus tous ces gens à qui ils ont fait des promesses, tous ces jeunes armés; ce sont eux qui n’arrêtent pas de traquer les guérés »

Et dans la confusion, mon demi frère et mon cousin se sont échappés de l’église pour essayer de passer au Libéria par la mer. Ils croient être plus à l’abri dans les bois qu’à l’église. Nous attendons que le jour se lève là bas pour savoir s’ils ont réussi.

Je suis un coeur meurtri sans terre car même si j’y retourne demain, je vais marcher en regardant par dessus mon épaule, je ne dormirai que sur une oreille et je n’aurai plus jamais aucun plaisir d’être dans un pays que je ne reconnais plus.

Dieu merci, je parle anglais et français, et j’avais commencé à apprendre le chinois. Demain, lorsque je rencontrerai Hilary CLinton dans les couloirs d’un ministère, je pourrais converser avec elle. Et si c’était  Barak Obama, je ne serais pas intimidée non plus, nous parlerons la même langue.

Le français? C’est ma deuxième langue maternelle. Je suis dans un pays démocratique où un pouvoir est renversé par un autre à coup de  blocus, de privation de la population, de combat déloyal.

Vive le monde occidentalisé qui a toujours voulu nous apprendre la civilisation.

J’ai perdu tout espoir de vivre comme une ivoirienne. Ce matin encore nous attondons la fin avec soulagement et désespoir mêlés. Que Gbagbo tombe et que le coup d’état démocratique vive.

Nous sommes en côte d’ivoire mais nous rivalisons en nombre avec des chars, des hélicoptères, des coupes coupes, désormais nous marcherons au pas pour le bonheur de nos maîtres.

Bonne journée à vous!