Sortez moi de là, je ne suis pas une célébrité!

Pas d’inquiétude à avoir, pour le moment: Les faits datent de la dernière grande grève très suivie de l’année d’avant.

Un matin de ces terribles grèves que nous connaissons de temps à autre, dans le train qui m’emmenait au travail le matin,c’était

 « poussez, vous pouvez y arriver », comme dans une salle d’accouchement.

 Le soir, c’était un autre genre:

« sortez moi d’ici »!! presque comme dans cette émission de téléréalité. Sauf que celle qui crie

« Sortez moi d’ici », c’est moi!

J’ai craqué, oui craqué comme on ne peut pas imaginer. Il a fallu que j’aille en consultation le lendemain après le travail. Rencontre donc de la plus dure des conséquences de grève. La foule agitée devenait menaçante. Les agents ont eu du renfort: armée, pompiers, CRS.

Il y avait ceux qui, déversés sur le quai par les trains arrivant, qui ne pouvaient pas sortir, ceux qui partaient et qui ne voulaient pas râter le train de 18 h 47. Une chasse à l’homme (policiers après ceux qui tentaient de traverser les voies pour passer en premier. Et puis il y avait ceux qui, énervés ou épuisés avaient besoin de très peu pour exploser. Au milieu de la foule compacte, ils y en avaient qui se battaient, l’horreur. Impossible de regarder le tableau d’affichage tellement il yavait du monde.

Je réussi à m’isoler du côté de la barre qui délimite l’espace devant les tableaux d’affichage et la borne de la voie 11 me croyant en sécurité dans mon coin. Plus le temps passait, plus on me plaquait contre ma barre, impossible de résister dans ces conditions. J’interpelle le jeune policier devant moi.

 » je voudrais sortir d’ici, pouvez vous me dégager de là? »

« désolée Madame, il n’y a aucune issue, la gare est fermée ( par la foule) »

 » il faut que je sorte, je vais faire un malaise, en cas de stress, la panique me gagne, je vais faire une crise de spasmophilie, faites moi sortir d’ici, je veux rentrer chez moi ».

Les autres derriere continuaient de pousser, certains s’amusaient encore de la situation, pas pour longtemps d’ailleurs, car derriere moi on commençait à se disputer aussi. J’ai eu peur de la foule qui m’écrase, d’une crise de spasmophilie, de malaise. Au point où ils en étaient, je les croyais capables de vous piétiner pour atteindre leur train.

« JE VEUX SORTIR D’ICIIIIIIIIIIIIIIIIIIII »

Inquiet, un des policiers m’a donné la main pour m’aider à escalader la barrière, puis à traverser la voie pour aller sur l’autre quai désert pour le moment car aucun train en vue mais cela ne me mettait pas à l’abri. Dès que la foule aperçoit un train, que ce soit le leur où pas, c’est l’agitation garantie….

Ces grèves qui n’ont font parfois vivre les pire moment de notre vie ne sont pas les seules désagréments que nous rencontrons avec la SNCF.

Il y a aussi les retards, dont je vais vous parler dans le post suivant. C’es retards de trains qui nous font parfois perdre le nord.

Lire aussi La danse de la mante religieuse

 

La danse de la mante religieuse ou comment marcher en biais

La mante religieuse est un long insecte pouvant atteindre 6 cm, le mâle est plus petit, de couleur allant du vert fluo au beige clair, possédant un prothorax long et étroit qui forme un  » cou  » mobile. Au bout de ce cou, une tête triangulaire caractéristique, particulièrement mobile. Les pattes supérieures sont ravisseuses et fortement épineuses.

mantis_religiosa_04

Pourquoi la mante religieuse en exemple? Tout simplement parce que c’est à cela que peut ressembler mon quotidien depuis que je gagne ma vie. Tout dépend de l’itinéraire emprunté en fait. Au début, en empruntant la ligne pontoise paris nord saint lazare, mon style était tout autre. Là bas on marche, droit, tel Claudia Schiffer sur le T qui la guide vers les invités à un défilé dont elle est la vedette.

La différence avec Claudia Schiffer, c’est que moi, une fois dans le RER, je subis une séance d’amincissement. On est droit, compressé, on mincit malgré nous , sacoches  et sacs à mains compris. On apprend à faire un voyage en apnée par moment tant l’on est serré dans les commodités qui nous portent vers l’eldorado qui n’en est pas un.

Puis un jour, on m’a annoncé qu’un miracle, humain venait de se produire. Une ligne directe de chez moi à Saint Lazare; Le bonheur, mais ce que j’ignorais, c’est que avec cette ligne, je changeais de démarche et que désormais un apprentissage nouveau s’imposait. D’où la technique de la mante religieuse ou la marche en biais.  Exactement comme pour les ourlets: ne pas piquer droit, pour marcher, c’est les deux pieds d’un côtés puis de l’autre en gardant son équilibre. Ou si vous voulez, comme les roseaux, on plie, on se tord, sans se casser.

La mante religieuse c’est moi. j’arrive à paris saint lazare, il y a du monde, trop de monde, j’ai peur de la foule. Heureusement que ce n’est pas permanent. Lorsque le train nous déverse à Saint Lazare, on n’est plus Claudia schiffer, celle qui marche la tête haute. On se méfie, comme la mante religieuse; avez vous eu l’occasion d’en observer une? Moi si. Une mante religieuse est philosophe, prudente, c’est naturel.

Elle hésite, elle balance, un pas en arrière, un en avant, la tête haute mais toujours décalée, en biais, exactement ce que je fais. A saint Lazare, tout le monde court. Les mamis, les papis, les jeunes… Si vous ne savez pas marcher en biais, vous entrez en collision avec quelqu’un. Et ça peut être fatal. Depuis que j’emprunte cette ligne, j’ai gardé les talons, moins hauts et je marche en biais, il faut savoir le faire sinon c’est vous qui vous retrouvez par terre.

Marcher en biais pour éviter les collisions à gauche et à droite, garder la tête légèrement portée en arrière, pour éviter un choc frontal.

mante11

Comme là. Parfois on entend des femmes pas des hommes, et dire que nous sommes mauvaises langues. Mais je vous jure que là c’est une femme que j’ai entendue.

« bouscule moi encore, tu vas voir si je t’éclate pas »

Vous comprenez pourquoi je marche en biais et pourquoi je continue d’être une parfaite mante religieuse.

Un proverbe espagnol dit: « En bocca serrada no entran moscas »

Rien à voir avec la mante religieuse mais c’est très sage et le sens rejoint mon propos. Au milieu d’une foule agitée et stressée, savoir marcher peut vous sauver d’une agression ou d’un accident tout bête.

Bonne soirée