LE CHAUFFEUR, LES BRAQUEURS ET LE POLICIER selon GBICH

Depuis que j’ai découvert ce journal d’humour ivoirien, je ne peux plus m’en passer. Vous avez déjà eu droit à un extrait des blagues de Gbich, je reviens ce matin avec ceci. A ne manquer sous aucun prétexte.

Vers qui se tourne le citoyen lorsqu’il a besoin de protection?

La police bien entendu! Mais que peut on faire si l’instinct de survie est plus fort que le devoir?

Un chauffeur de taxi prend dans sa voiture des jeunes gens tout à fait comme vous et moi, de simples citoyens, des clients apparemment ordinaires. A peine ont-ils roulé quelques kilomètres que ces derniers sortent leurs armes et annoncent d’un air menaçant:

« c’est un braquage! »

Pris de panique, le chauffeur  roule jusqu’au pont H. Boigny, puis s’arrête à un poste de police sans qu’on lui ai rien demandé (habituellement, ce sont les policiers qui sifflent pour des contrôles d’identité ou pour les documents de la voiture, il n’en était rien dans le cas du chauffeur de taxi)

Il freine donc et s’arrête, à la grande surprise des voyous.

« aie! mon ami késia? » (disons plutôt « que se passe t-il?

« Excusez moi, nous sommes à un poste de police, je vais présenter  les papiers du taxi à l’agent, ensuite nous continuerons notre route. »

« ok, mais dépêche toi alors »

Le chauffeur descend de la voiture, ses documents à la main, il s’approche du policier et lui annonce discrètement:

« Chef, dans ma voiture là, il y a des braqueurs »

Et le policier de rétorquer impatient:

« Mais mon ami, qui t’a arrêté même? »

Le chauffeur reprend sans se décourager:

« Chef, c’est sérieux! il y a des braqueurs dans mon taxi! »

Le policier ne comprend toujours pas ou feint de ne pas comprendre.

« Je sais, mais qui t’a arrêté même? »

Comme le chauffeur tardait à revenir, les braqueurs, très en colère, sortent de la voiture en hurlant, arme au point:

« Mais où est passé ce idiot de chauffeur? »

C’est à ce moment là que le policier réalise l’ampleur de la situation. Mais au lieu de réagir comme un policier respectable dont le devoir est de protéger la population, il déclare calmement:

« Allez mon ami, on t’attend! tes clients s’impatientent, va vite les rejoindre! »

C’est vrai que de nos jours à Abidjan, on ne sait plus qui protège qui….

Extrait de Gbich interprété par Willykean

Tous pareils: humour selon Gbich

Pas un pour racheter l’autre!

Parole de Gazou.

La première fois que ma cousine m’a prêté un de ces Gbich journal, j’ai passé la soirée à rire aux éclats, aux larmes même.

Des faits de société illustrés de façon assez réaliste, surréaliste parfois même et drôle, tout drame se transforme en  délire, des films réputés parodiés (Prison love à la place de prison break)…

Laissez moi vous réecrire l’histoire dont les subtilités ne sautent pas forcément aux yeux de tous. L’humour ne peux être universilé que s’il est compris de celui qui le reçoivent.

Gazou reçoit la visite de sa meilleure amie qui, inquiéte de la savoir toujours seule, sans aucun prétendant, l’interroge:

« Ma chère Gazou, dis moi ce qui ne va pas. Tu n’as toujours pas trouvé  de petit ami? Tu me surprends… »

« Ma chère, pas un seul qui en vaille la peine!, plutôt rester seule que mal accompagnée »

L’amie de Gazou, très surprise de sa façon de voir les choses et heureuse de sa condition à elle, ne lui cache pas combien elle a l’intention de bien profiter de la vie et lui laisse entendre qu’elle a un rencart avec son Alino, lui prodigue quelques conseils d’amie bien intentionnée avant de prendre congé pour croquer la vie à pleines dents.

Gazou l’envie mais elle n’est heureuse de son sort actuel.

Tous pareils

 C’est avion qui t’a cogné ou bien c’est garçon qui t’a caressé ?

Elle n’avait pas tort. Quelques jours plus tard, voilà l’amie de Gazou qui revient lui rendre visite… complètement défigurée, comme si elle faisait de la figuration dans un film d’horreur.

Et Gazou de s’inquiéter à son tour.

« Ma chérie, qu’est ce qui t’est arrivé? »

Ah!!! ma chère Gazou, c’est toi qui avait raison! Tous pareils; pas un pour racheter l’autre, vois par toi même. »

C’est Gazou qui l’a dit, pas moi!

Et vous, pensez vous que les hommes sont tous pareils?

Vous les hommes, qu’avez vous à dire pour votre défense?