Les Deux Alpes: promenade en traineaux.

LA FERME DES DEUX ANES

Je n’aurais pas trouvé le sommeil si j’étais revenue des Deux Alpes sans avoir visité La ferme aux deux Anes.

Personne de ma bande n’avait envie de découvrir cet endroit. Alors je me suis organisée. Un quart d’heures de marche pour aller au point de départ. Avec quelques risques. Au retour c’était plus simple. Je connaissais le vrai chemin loin de la circulation, qui menait au parking des traineaux.

La ferme des deux ânes en elle même n’a rien de particulier; sauf que vous êtes réçus par une famille assez sympathique avec un goûter sympathique.

photo, willykean
photo, willykean

Une part de tarte, chocolat chaud, jus d’orange à volonté dans une pièce « musée ». Vous goûtez entourés d’objets anciens. Tout ce que j’aime. Quant à la ferme, c’est quelques moutons et un porc que les enfants peuvent admirer derrière le carreau.

Ce qui m’a incitée à faire cette promenade, c’est le voyage en traineau. Pour une Willykean pas très brave dans ce genre de situation. Les premières appréhensions passées, j’ai pu admirer le paysage. Magnifique, il faut éviter de regarder du côté du précipice. Admirez les sommets, la neige, les villages autour. C’est la pure beauté.

photo, willykean
photo, willykean

100_0523a

photo, willykean
photo, willykean
photo, willykean
photo, willykean

Bonne visite!


La grotte de glace, première partie

Voyage à 3600 mètres d’altitude

Cette visite ne m’enchantait guère. Pour la simple raison que je suis claustrophobe, que j’ai peur en altitude, en télésiège, télécabine en extérieur ou en souterrain. En plus j’ai l’imagination bien fertile. Mettez willykean dans un ascenceur, elle vous « pond » un roman d’horreur.

Les scénarios ne manquent pas. La télécabine qui se décroche, le télésiège qui m’éjecte. Ou pourquoi pas, le mécanisme qui se bloque alors que je suis seule là haut.

Mais je n’étais pas seule ce jour là. Il y avait même ma nièce, qui me demandait toute les deux minutes si j’avais peur.

Ce à quoi je répondais constamment:

« Non » Lucie », Tata Willykean n’a pas peur, elle est brave ta tata »

Mais je m’aggripe à la rampe de la télécabine en gardant le sourire.

Les photos que vous voyez là ont été prises, à 2600 mètres d’altitude, puis à 3600 mètres, j’avais enfin apprivoisé ma peur. J’étais un peu plus détendue.

Nous sommes donc allés visiter la grotte de glace. Je ne regrette pas d’avoir bravé mes démons. Avant de vous guider dans la grotte demain, je vous laisse voir le style des visiteurs et l’environnement. Il faisait très beau ce jour là, comme toute la semaine d’ailleurs, mais à 3600 en altitude, n’importe quel individu peut paraitre un peu « louche »

http://willykean.com
http://willykean.com

Un Ninja en altitude

http://willykean.com
http://willykean.com

On se protège comme on peut

http://willykean.com
http://willykean.com
http://willykean.com
http://willykean.com

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui; revenez demain pur visiter la grotte.

Une semaine à la station les deux Alpes

Première journée

Me voilà revenue, entière!

Une semaine à la Station Les Deux Alpes dans un paysage idyllique. Après trois heures de TGV et une heure en autocars, nous sommes arrivés dans les Deux Alpes, le plus grand glacier skiable en Europe.

Ici tout a été  conçu pour vous rendre la vie facile. Le domaine s’étendant en longueur, des navettes gratuites vous transportent où vous désirez à l’intérieur et à l’extérieur de la station.

Dès notre arrivée, nous avons commencé par la location des skis, des chaussures et pour les plus plus sportifs d’entre nous, des pass pour aller sur les pistes.

Willykean ne skie pas, j’ai donc passé plus de temps à admirer et à m’imprégner de mon environnement.

Tous les jours, jusqu’à hier, je passais devant cette cabine enneigée

cabineenneige1

installée devant la Maison de la Montagne

maisondelamontagne1

Mon premier couché de soleil, magnifique comme tous les couchers de soleil me direz vous, mais c’est différent, dans un contexte de blancheur et de pureté avec cette poudreuse partout où vous posez le regard

couchdusoleil1

Et enfin mon premier soir à la montagne avec cette sensation de protection naturelle qui finit par prendre le  dessus sur la crainte initiale, injustifiée d’une sensation d’oppression. C’est peut être cela qui fait que certains viennent découvrir la montagne et finissent par y rester. Lorsqu’ils ont apprivoisé la nature environnante. Ce fut le cas pour moi. Je n’y reste pas, mais je reviens avec la sensation d’avoir apprivoisé la montagne, de m’être adaptée, même si je ne skie pas. J’ai tout de suite aimé les paysages, la nature tout autour, les villages aux alentours, lovés au creux de la montagne, dans la vallée.

soirlamontagne1

Voilà pour une première après midi au domaine des Deux Alpes.