Hystérie contagieuse pour Zalando!

Voilà où peuvent conduire bien des passions!

Achats frénétiques, un dressing qui se transforme en magasin de chaussures. Un compagnon au bord de la crise de nerf, une femme qui devient folle à la livraison de nouvelles boîtes à chaussures et un coursier dont l’hypersensibilité est au plus haut point.

Cette campagne pour les chaussures zalando me fait voir la vie en rose, avant, sans doute de tansformer celle de mon époux en enfer.

Zalando

J’adore!!

Allez vous craquer à votre tour?

Zalando

Marco: pour le confort de vos pieds

willykean.com

Les chaussures Marco étaient déjà là en 1939: confortables, pratiques, élégantes.
Elles sont encore là aujourd’hui pour le grand bonheur des dames.
Je n’ai pas besoin de faire la pub.
Marie Claire le faisait si bien en 1939 et je préfère garder cette réclame là.

Bloguer pour le plaisir ou bloguer pour l’argent?

Avoir une niche pour son blog c’est utile. Avoir assez de traffic pour attirer les marques c’est autre chose. En tirer partie est une autre paire de manches. Je ne cherche pas à faire une dissertation sur « comment monétiser son blog ».

Chaque blog devrait choisir une niche et s’y tenir. Ce n’est pas mon cas. Et garder secret le rêve de monayer le temps passé à faire de la publicité gratuite à des marques. Ce n’est toujours pas mon cas, mais ça risque de le devenir.

Jusqu’àlors, j’ai fait du « viral marketing » pour le plaisir. Toutes mes revues de sites, de marques se font au feeling; quelques marques m’ont approchée afin que je présente leurs produits sans contre partie. Sauf une fois avec Rose’N’ Roll de Jean Paul Gaultier.

Résultat du concours: deux flacons Rose’n’Roll de Gaultier, un casque avec en avant première la musique du clip et les images de sa collection. Ce n’est pas souvent que l’on est remercié pour avoir écrit sur les produits d’une marque.

Thanks Gaultier, You are a very nice brand marketer!!

Je continue de bloguer libre, pour ne pas « vendre mon âme ». Mais peut-on continuer de bloguer de façon assidue, produire du contenu, des médias sans vendre son âme?

C’est la question que je me pose. Si pour ne pas se « prostituer » l’on choisit de bloguer pour le plaisir des marques, pour quelle niche devrait-on bloguer sans avoir à faire avec le marché?

Les blogs personnels sont plagiés, des guerres lilliputiennes d’antériorité s’engagent pour révendiquer des histoires à éditer… J’ai d’ailleurs compressé certains de mes récits, déposés en attendant de savoir quoi en faire. Et je continue de m’intérroger quant à l’issue future de mes blogs (dont la plupart sont en phase de suppression).

En attendant de me lancer dans le brand blogging, je continue, sur wordpress.com à être ce que je suis: la blogueuse mode qui ne parle pas que de mode? La blogueuse qui vendra peut être bientôt son âme aux marques….

En attendant, je vais vous dire comment se faire remarquer par les marques ou se faire remarquer tout court.

Lipton can do that! Moi un peu moins

Illustrateur, Bruno BAGOURD

http://www.virginie.fr/bruno-bagourd.html

J’aime voir les campagnes publicitaires. Comme vous. Quelle influence elles peuvent avoir sur moi?

Aucune.  Les publicités ne sont que des divertissements pour moi. Je ne suis pas une buveuse de café, Nespresso me marquera parce qu’ils ont choisi de mettre en scène Georges Clooney.

Ne nous égarons pas. Ici il s’agit du thé Lipton.  Celle de Lipton me concerne particulièrement parce que j’ai été impliquée dans un projet de campagne pour le thé équitable. Pour sa campagne de thé équitable, ils avaient besoin d’illustrer les travailleurs kenyans en pleine cueillette, dans une plantation de thé. Le scénario est simple: une séquence qui part de la cueillette de la feuille de thé jusqu’à son atterrissage dans la hotte sur le dos de l’ouvrière. Simple comme une lettre à la poste. Avec le sourire en prime.

Je pense à mon costume, et j’essaie de me mettre en situation. Le thé, c’est précieux, beaucoup plus précieux qu’on ne le croit, pour celle qui le récolte que pour celui qui le consomme.

C’est souvent ainsi. Pareil que pour le café. On cultivé le café, on récolte  le café pour le vendre à ceux qui ont les moyens de le transformer. Il revient alors plus cher qu’à la récolte. Doublement cher pour le paysan. Cher parce qu’il s’est tué au travail, cher encore parce que une fois transformé et conditionné, le café devient innaccessible pour celui qui l’a cultivé et récolté.

C’est la même chose pour le thé. C’est pour cela que la séance photo a été plus ou moins compliquée.  On voudrait véhiculer une image de plénitude et de bonheur. L’ouvrière dont je jouait le rôle, devait exploser de bonheur lorsqu’elle qu’elle tient cette précieuse feuille dans la main. Je n’arrive pas à comprendre. Certaines publicités me laissent perplexe. ça été le cas pour cette campagne.

Il a fallu plusieurs essais pour enfin parvenir à donner ce résultat que vous pouver voir ci dessus.  Le problème?

Mon manque je joie de vivre pendant les prise de vue. Pourtant je suis d’habite assez joviale. Mais sourire comme vous voyez là dans un champ de thé avec une hotte sur le dos, pendant des heures, il m’était difficile d’imaginer ce genre de situation. Le moment était un peu trop solennel pour moi. Et il me paraissait même plus naturel d’adopter un air sérieux plutôt que de sourire jusqu’aux oreilles.

Pour moi,  on sourit quand on est en train de siroter son thé dans un salon avec un macaron, ou sur son canapé. On n’a pas envie de sourire lorsqu’on est épuisé, en plein soleil dans un champ.

Mais j’ai fini par trouver la force de sourire, de garder le sourire.  C’est la loi du commerce. Et puis, quand on a fait de la figuration dans Familienschande, un téléfilm allemand, que l’on a été la prétendue petite amie d’un autre figurant qui ne comprend ni un seul mot d’anglais ni de français.  Et que l’on doit jouer aux amoureux transits, je crois qu’il est possible de sourire jusqu’aux oreilles dans un champ de thé. De même que sur un plateau télé, on vous ordonne de sourire, de rire, de crier à des moments précis, de vous mettre debout même. Bon ça c’est une autre affaire.

La plupart du temps, on est volontaire pour participer à ces genres d’émissions. Dans une plantation de thé, ils n’ont pas vraiment le choix.

Mais je l’ai fait. J’ai gardé le sourire.  J’ai fait les photos pour Lipton. Et pour finir, sur toute la planche, qui nous a valu deux séances photos, il n’a été retenu que ma main, ma main en train de cueillir le thé. VOus parlez d’une affaire.

Finallement c’est peut être mieux ainsi. Ma pensée se lisait sans doute dans l’image. Un sourire qui en dit long.

Lipton peut le faire et cela ne m’empêche pas d’aimer le thé!

Yes, Lipton can do it.

Que pensez vous de la publicité?

What else?

I am a teatotaller!

But, someone could perhaps make me become a coffee addict????

Could you guess who?

Watch this video and you will know!

This ad with Clooney is so wild, so funny, so appealing,sooooooooooooo

What else?

Posted by Technobiosphere on Youtube

I Love Georges Clooney!