Talons et fantasmes de designers

J’ai une obsession. Vous m’aiderez à guérir ou je me soignerai toute seule. Le problème qui me préoccupe depuis peu, c’est la question des chaussures, les chaussures que les designers créent pour nous. Les chaussures qu’ils présentent au défilé de mode, les chaussures que les mannequins sont forcées de porter au risque d’une entorse à la cheville ou d’être  » blacklistée » sur un défilé de créateurs ou de maison de couture.

Un vent de folie a soufflé sur les podiums. On fait défiler des zombies, il paraît que c’est tendance. Et si cela ne vous fait pas peur, on lance des bombes, pour vous fabriquer des pantalons denim destroy.

Mais les chaussures à talons vertigineux, mêmes invisibles, après nous avoir fait frôler la crise cardiaque, nous font rire, avant de nous attrister, pour les top models, pauvres êtres engagées dans une souffrance passive, mais riches en euros et dollars.

Les chaussures m’empêchent de dormir. Les talons m’obssèdent. Il fût un temps où j’ai pris des risques gratuits moi même, pauvre créature sans dollars ni euros.

Mais aujourd’hui, j’observe de loin celles qui bravent utile la chic attitude. Qui portent des talons hauts de 10 ou 12 centimètres, visibles ou invisibles.

Que retenir de cette période d’observation? Devons nous continuer à assouvir le fantasme de nos chers créateurs? Devons nous descendre de nos platformes, sur terre ou sur mocassins?

Avant de me donner la réponse, laissez moi le temps de me faire un plaisir virtuel avec mes Karo’s shoes, mes chaussures marc jacobs, mes sandales Louboutin, mes chaussures sans talons.

Et  vous pouvez regarder ce film très instructif. Un test sur un panel de femme de la vraie vie: essayer de marcher sur des chaussures à talons très très haut.

Journal d’une garde robe 7

Voilà, je n’arrête pas de faire des aller et retour entre hiver et été. Je renouvelle encore ma garde robe!

Cette fois, j’investis dans quelques valeurs sûres avant de me faire plaisir dans des tenues un peu folles. Vu les budgets restreints, il vaut mieux avoir des pièces pilliers dans sa garde robe. Indémodables

Quatre manteaux couleur caramel et crème Donna Karan et Max Mara: indémodables!

manteaucaramel donakaranmanteaucaramelmaxmaramanteaucrememaxmaramateaupanchomaxmara

Bien, maintenant des pièces pour se mettre en vedette en hiver; on s’habille comme en été, avec des cuissardes qui montent, qui montent, et qui vous font des jambes sans fin.

Rodarte a pensé à nous. Enfin, si je réussis à enfermer mes jambes dans leur étui!

ensemblerodartecuissardeetminiroberodarte

Je m’habille comme en été, mais je garde mes jambes au chaud.

L’assymetrie est de retour. C’est pourquoi j’en choisirai quelques unes avec ou sans gants

Carlos Miele est le créateur qu’il faut.

robeassymetricepaulettemilitairecarlosmielerobeassymetriccarlosmiele

Retour vers les années disco. Pour vous parce pour Willykean, ce n’est pas possible.

Balmain

vesteepaulestructureeveste epaulestructuree1

Pour faire comme Carla Bruni, pourquoi pas cet ensemble Dior mauve?

ensemblediormauve

Mieux encore faire une razia chez Just Cavalli en style punk chic

ensemblepunkjustcavalliensembleminijupejustcavalliJust_Cavalli_RF9_0545

Un peu de cuir ne me ferait pas de mal, tiens?

J’ai sélectionné cet ensemble Rodarte gris

ensemblerodarte

Faisons maintenant comme Michelle Obama. Jason Wu sait donner le sourire aux femmes en hiver avec des couleurs vives. Du Vert olive ou du jaune citron.

jupejaunecitronjasonwurobevertcitronjasonwu

Carlos Miele est ma star pour cet hiver. J’ai envie d’aller au bal.

robebustierdrapeecarlosmielerobecarlosmiele

Le journal de ma garde robe d’hiver bouclé, je vais pouvoir penser à l’été.

A bientôt pour la prochaine garde robe.

L’hiver est encore là, c’est déjà l’hiver!

A peine sortis de l’hiver, nous voilà de nouveau replongés dans les collections d’hiver!

De New york à Londres en passant par Milan, bref résumé en images…

La tendance qui oscille entre le revival hippie de l’été, le rockabilly des années 50, et le minimalisme à New York  fait la part belle à  Proenza Schouler

et Rodarte

 

A milan, la tendance mise plutôt sur les seventies  ou l’austérité.

GUCCI   et Emporio Armani  prennent la tête de fil et enfin à Londres où nous faisons un voyage avec Alice au pays des merveilles dans ce ensemble PPQ

 

Mais rien ne vous empêche d’adopter le total look de  Natalia Siodmiak