Week end ensoleillé

Ce week-end, nous sommes passés du froid et de la pluie à une journée merveilleuse, ensoleillée.

Le voyage s’est effectué sous la pluie. Impossible de faire demi tour. Le lendemain, surprise, nous avons été reveillés par les rayons de soleil qui venaient lécher les vitres de la chambre. Sans hésitation, nous avons opté pour une promenade à la Hauteville.

Falaise de la hauteville

Promenade le long des remparts
Promenade le long des remparts

De la Hauteville, nous voilà en route pour la plage de Carolle où quelques courageux ont choisi de prendre un bain de 1 er mars .

baigneur
baigneur

Chacun choisit  sa façon de communiquer avec la nature. Pour moi, le soleil est primordial. nous avons un rapport particulier.

Lorsque je ne suis pas en train de courir après, je suis capable de rester des heures à contempler son évolution vers le coucher et l’effet produit sur la mer.

Le résultat est là.

PLAGE DE CAROL REFLET DU SOLEIL SUR MERPLAGE DE CAROL REFLET DU SOLEIL SUR MER 1PLAGE DE CAROL REFLET SU SOLEIL SUR MER 3PLAGE DE CAROL REFLET DU SOLEIL SUR MER 4PLAGE DE CAROL RELFET SU SOLEIL SUR MER 5

Pour enfin capter le bouquet final. Encore et toujours le coucher de soleil.

COUCHER DE SOLEIL 1COUCHER DE SOLEILPLAGE DE CAROL RELFET SU SOLEIL SUR MER 5 COUCHER DE SOLEIL 1COUCHER DE SOLEIL 2COUCHER DE SOLEIL 3COUCHER DE SOLEIL4COUCHER DE SOLEIL 5COUCHER DE SOLEIL 6COUCHER DE SOLEIL 7COUCHER DE SOLEIL 8COUCHER DE SOLEIL 9COUCHER DE SOLEIL 10COUCHER DE SOLEIL 11COUCHER DE SOLEIL 12COUCHER DE SOLEIL 13COUCHER DE SOLEIL 14

J’aime pas le soleil, j’aime pas la plage, et j’aime pas la piscine.

Non je ne suis pas la cousine de Schtroumpf grognon!

Attentionsoleil-1

Touchepasmapeau-1

Jemetartine-1

C’est vrai je n’aime pas le soleil, ni la plage, ni la piscine. Mais attention, je n’aime pas ces endroits comme vous les aimez. J’adore le soleil, mais à l’ombre d’un cocotier ou d’un palmier. Je regrette le soleil quand en hiver je rentre du travail et que je ne peux pas ouvrir ma porte parce que j’ai les doigts gelés et engourdis.

Cet été, j’ai fait de la résistance. En Normandie, deux semaines, la mer partout. Où que vous posiez le regard, vous aviez la mer. Deux promenades en mer, et  deux en bord de mer. En charente maritime, une semaine, deux promenades à la plage.

Quand je dis que je n’aime pas la mer, je veux dire pas au risque de m’abimer la peau en m’exposant des heures durant tel un lézard en attente d’une femelle.

La mer pour moi, c’est la marche sur la plage, la recherche de nacre quand je suis en vendée ou en charente. La mer c’est admirer les vagues, c’est me mouiller les pieds, c’est randonner comme à Plouharnel. C’est comme ça que j’aime la mer. Le soleil et moi ce n’est pas le grand amour. la peau souffre, je n’aime pas maltraiter la peau. Je fais du camouflage. Avant de me lover au creux de ma tente ou sous mon parasol, le moindre morceau de peau dépassant protégé d’un morceau de tissus… ou de tout ce qui me passe sous la main?

Pourquoi devrais-je griller au soleil? et subir un gommage forcé de sable?  Pour quelle raison devrais-je me jeter, par 35 degrés à l’ombre dans l’ocean dont j’ignore l’état?

Je préfère rester à l’ombre, comme un être affranchi. affranchi du tartinage, affranchi de la loi bikini- monokini- maillot une pièce.

La piscine, n’en parlons pas. J’y allais très tôt, en vacances, pour faire de l’aquagym. C’est tout. Pourquoi m’allonger au soleil pour lire un livre alors que je peux le faire sur mon transat au fond du jardin ou à l’intérieur. En charente, j’ai été définitivement convaincue que la piscine ou la plage en vacances c’est horrible. Du monde partout.  la crainte de voir son parasol s’envoler et éborgner le voisin, le sable dans le maillot, dans les yeux, les cheveux.

Avant dernier jour de vacances, Monsieur a réussi à me trainer à la piscine.  J’étais d’accord pour le Jaccuzzi. C’est un peu plus confidentiel même si dans un endroit populaire, vous êtes parfois obligés de regarder dans les narines des gens que vous ne connaissez pas. Et de baigner dans le même jus. Je n’ai pas du tout aimé finalement. Alors l’épisode piscine-jaccuzzi  n’a duré que un quart d’heures.

Je préfère de loin prendre ma douche, me protéger d’un chapeau, et de visiter le marais, les ateliers de sucre, les conchiliculteurs, la grotte de Matata…

Au moins je suis sûre de sauver ma peau! Et de faire d’agréables rencontres…

Je ne suis pas une schrompfette et je n’aime pas m’exposer au soleil, ni céder à l’esclavage de la plage et la piscine!