Pays (pauvres) à vendre

La colonisation du vingt et unième siècle!

 

La nouvelle bataille que se livrent les puissances mondiales, c’est celle de la nourriture. Le terrain des hostilités n’est autre que  les pays en voie de développement, ceux qui n’ont aucun poids dans la balance économique mondiale.

 

Depuis peu, une nouvelle bataille a vu le jour: celle de la nourriture.Des régions entières sont vendues aux plus offrants, les pays émmergeants d’Asie ou les Etats arabes.

 

Pour assurer leur besoins en nourriture, ces pays ont trouver une solution miracle, qui ne s’encombre pas de scrupules inutiles.

 

Désormais, c’est la devise du MONEY TALK.

 

Débarquez avec vos dollars, vos euros et vos promesses de vouloir sauver notre bout de planète encore sauvage, fertile et inexploitée, et vous devenez des héros. Au pire, dieu tout puissant avec la ferme certitude de posséder des terres, des hommes et dominer un jour le monde par la nourriture.

 

Aussi vrai est que le meilleur des envoûtements pour un homme est la satiété, aussi vrai est-il qu’un homme acculé de dettes est à la merci de tout investisseur, promotteur, tout homme d’affaire ou tout sauveteur de la planète, aussi vert soit-il.

 

La Corée du sud, la Chine, les Etats du Golfe et quelques hommes « verts » bien « intentionné » se livrent à une course à la terre.

 

Des régions entières sont raflées par les uns et les autres. Qui pour cultiver le sésame, le mais ou des palmiers à huile. Quand ce n’est pas pour sauver les populations d’eux mêmes: ils ne savent pas protéger leurs forêts, poumons du monde. Alors on le fait à leur place.

 

Les pays riches nous auront, ils nous auront lorsqu’ils auront racheté toutes nos terres, ils nous auront lorsqu’ils auront rafflé toutes les terres cultivables, qu’ils  auront produit en quantité astronomique pour nourrir leurs propres populations avant de nous imorter le surplus cultivé sur nos propres terres.

 

Mon père nous a toujours rappelé la fable de l’ami trop gourmand.

Vous lui offrez gite et couvert, et est satisfait à tel point que’il vous demande, avant de s’en aller, s’il peut partir avec votre épouse….

 

C’est cela, la politique des nouveaux colons et des verts aussi.

  

A en croire Monsieur Hong Jon-Wan, la nourriture peut être une arme.

 

« Nous voulons planter du mais pour assurer notre sécurité alimentaire. Dans notre monde, la nourriture peut être une arme. Nous pourrons soit exporter nos cultures vers d’autres pays, soit les envoyer vers la Corée du sud en cas de crise alimentaire. » Hong Jon-wan, l’un des responsables de Daewoo Logistics, la filiale agricole du géant Coréen.

 

Demain  si nous n’y prenons pas garde, nous serons les témoins passifs et impuissants d’une guerre alimentaire livrée sur nos terres par des visiteurs en dollars, euros, ou autre monnaie étrangère.

 

A côté de ces hommes d’affaire, il y a ces âmes charitables, les VERTS, certains verts.

qui, après avoir acheté toutes les terres fertiles et cultivables afin disent -ils de sauver la planète, les transforment en parcs privés dont l’accès, à moins de débourser de l’argent pour le visiter, vous est refusé.

 

Prise de conscience politique est en train d’émerger. « «  la terre est un sujet très sensible. C’est l’identité des peuples mêmes qui est en jeu. Au Mozambique, on commence à réfléchir à une réforme du foncier qui reconnaîtrait les droits des communautés locales. Il y a même eu un moratoire sur le cession de terres pour les projets d’agro carburants », explique Michael Taylor, de l’international Land coalition.

 

 

Les verts sont nos bienfaiteurs comme si avant eux nous ne savions pas que toute notre vie était liée à la fôret. Evidemment, ils m’ont appris à utiliser la boite d’allumette pour faire le feu, Ces inombrables petite boites d’allumettes qui existent parce que le bois a été coupé, transformé et vendus aux population comme produoit miracle qui vous fait ganer du temps. Maintenant ils nous protègent de nous-mêmes, ils protègent nos fôrets. Ils sasvent si bien le faire, mieux que nous.

 

Ils vconstruisent même leurs maisons dans les arbres, oui, pour fusionner avec la nature. M^me nous n’avon pas connu ça. Mais honnêtement, je crois que je vais tester. ça fait un moment que je rêve de passer un week end dans els arbre , qu’on me serve mon petit déjeuner   posé dans un panier en osier, monté  dans ma cabane au bout d’une corde, il faudrait que j’en parle à ma mère , je ne sais pas si elle aimera).

 

Tous désirent sauver la foret qui nous appartient en la rachetant pour une bouchée de pain. La ruée vers les terres agricoles est engagée à l’échelle mondiale. Les prédateurs sont en marche.

  

Chacun viennent faire leur marché en Afrique ou en Asie, pour garantir leurs approvisionnements alimentaires.

 

Les paysans bradent leurs terres ou les louent à des investisseurs sans scrupules, avides de profit, qui exploitent les terres au maximum.

Cespseudo pratiques coloniales masquées qui portent atteintes aux droits coutumiers,  risquent à terme, de provoquer la révolte paysanne.

 

Le Président Houphouet disait:

 

« L’Homme qui a faim n’est pas un homme libre »

 

Vous n’êtes pas obligés de me croire, mais avant de me retrouver le dos au mur, mieux vaut être proactif, j’achète mes terres (propriétés de ma famille depuis des générations), avant  de les voir bradées et achetées pour une bouché de pain avec moi en prime.

 

A ce jeu de monopolie, les plus riches sont les gagnants. Quant on pauvre, mieux vaut être malin !

Déchets toxiques: nouveau terrorisme du siècle!

Une crise environnementale et sanitaire sans précédent touche la Côte d’Ivoire : des produits chimiques issus d’un navire étranger et déversés fin août dans des décharges publiques d’Abidjan ont intoxiqué des milliers de personnes.Selon Greenpeace, le Probo Koala, un navire russe battant pavillon panaméen, parti d’Espagne il y a plusieurs mois, a accosté à Abidjan, le plus grand port d’Afrique de l’ouest le 19 août pour une vidange.
Le liquide à vidanger – des boues issues du raffinage pétrolier, riches en matière organique et en éléments soufrés très toxiques (hydrogène sulfuré, H2S et mercaptans) – aurait alors mystérieusement été notifié sous la qualification d' »eaux usées », ce qui lui a permis de s’affranchir des exigences de traitement.

 

 

Une petite illustration pour introduire ce sujet

 

 

 

Une nuit de août 2006, une maman est profondément endormie dans sa chambre. Pendant qu’elle récupère d’une fatigue utile (elle est formatrice dans un centre de réinsertion pour jeunes filles ou jeunes mères isolées), les autres sont dehors. Curieux, ils veulent connaitre l’origine de cette odeur qui vous prend  à la gorge, vous fait suffoquer, l’air est irrespirable dehors, alors ils reviennent à l’intérieur, où ils ne sont pas plus protégés d’ailleurs. Elle dort toujours, les enfants essaient de la réveiller, ils y parviennent enfin.

 

 

 

De toutes façons qu’auraient-ils pu faire? 

 

 

 

Se réfugier dans des, quitter leurs maisons, pour aller où?… L’histoire serait très longue à vous raconter, tout ce que je peux dire c’est que quand les premiers signes ne sont pas fait attendre; elle s’est rendue à l’hôpital, on l’a très vite renvoyée chez elle avec du paracétamol. Aujourd’hui à l’heure où j’écris cette note, cette maman a le ventre ballonné, qui gargouille de façon  anormale, elle a parfois des remontées…. Mais elle n’est pas morte, elle est en vie alors pourquoi s’inquiéter, si elle avait été morte, sa famille aurait touché quelques millions de francs cfa, mais elle est vivante et ne peut même pas prétendre à des soins convenables car quelqu’un lui a usurpé son identité pour être indemnisé à sa place.

 

Quand je vous parle de terrorisme et de mafia, je veux dire éco-mafia, tout comme il y a des  réseaux pour écouler les déchets toxiques dans les pays en voie de développement, il y a des réseaux pour toucher les indemnités à la place des morts et des malades.

 

 

Certains plaignants ont vu leurs dossiers disparaitre dans la nature. Aujourd’hui encore, on les cherche. Ma soeur aurait été indemnisée. C’est vrai, même moi j’ignorais qu’elle avait une soeur jumelle qui porte les mêmes nom et prénom et qui serait née le même jour à la même heure de la même mère.

 

Un jour je tapai « déchets toxiques » et dans la liste des indemnisés classées par quartier, je la vois inscrite. Je l’appelle tout de suite pour la prévenir. Elle n’est pas surprise! Même si elle sait qu’elle n’a rien perçu, il faudrait qu’elle le prouve. et c’est si facile de trouver des témoins dans ces cas là, que les autres démontreront par A+B qu’il l’ont bien vue et qu’elle a bien touché son dû.

 

 

 

Il suffit de conjuguer le verbe « manger ».

C’est ce qu’on dit couramment là bas. Tout le monde mange.

 

Bref, elle est en vie, elles sont en vie, pour combien de temps? Personne ne sait. en attendant elles survivent et se soignent tant bien que mal avec leur paracétamol.

 

En attendant, on fait des procès et on tient des sommets!

 

Des sommets pour essayer d’enrayer le phénomène d’éco mafia, lutter contre les trafics internationaux de déchets toxiques. A l’heure où se déroule en Côte d’ivoire le procès du Probo Koala, un procès sans vrais coupables; rien de moins qu’une « masquarade » nommée procès .

 

Espérons qu’il se dégagera de cette réunion des vingt et un des solutions efficaces pour empêcher cette mafia écologique, pour empêcher ces terroristes de passer au travers des mailles.

 

Espérons que les « Spectromanes » de la planète seront aussi efficaces pour stopper le transfert de ces déchets du nord vers le sud autant qu’ils essaient de l’être pour les gens du sud qui s’embarquent pour la « galère » vers l’eldorado!

 

Il en va de la santé et la survie de milliers de populations.

 

Et au fait, normalement ces déchets auraient dû être bloqués au pays bas et auraient dûs être sous haute surveillance!!!!